Trois bibliographies

La bibliographie nietzschéenne française a la particularité d'être la réunion de trois bibliographies établies séparément dans la perspective d'une histoire de la réception de Nietzsche en France, c'est-à-dire pour servir de corpus, et non dans un but d'érudition pour l'érudition.

Ce découpage présente des avantages. Contrairement aux travaux sur le long terme ou à l'échelle internationale, elle repose sur des intervalles (relativement) courts pour ne pas imposer des critères de sélection uniquement liés à des difficultés pratiques ou matérielles. Ce découpage a par ailleurs permis d'élaborer des bibliographies adaptées à chacune des périodes. Ainsi, la liste des revues dépouillées varie en fonction de l'orientation de la réception de Nietzsche et du contexte historique et intellectuel. Les critères de sélection varient également en fonction des années.

  • Bibliographie 1869-1910

La première bibliographie s'est penchée particulièrement sur les petites revues littéraires, les revues politiques, les quotidiens et quelques revues spécialisées: médicales, militaires, académiques, féminines... Pour mieux cernier la diffusion des idées de Nietzsche, elle accorde une large place aux articles qui évoquent Nietzsche. (Lire la présentation détaillée)


  • Bibliographie 1911-1918

La deuxième bibliographie suit l'évolution de la diffusion des idées de Nietzsche autour des questions qui animent la réception. Elle privilégie les thèmes majeurs: le féminisme, les propos de guerre, le pragmatisme, Bergson... (Lire la présentation détaillée)


  • Bibliographie 1919-1940

La troisième bibliographie s'attache aux débats dans l'entre-deux guerre. (Lire la présentation détaillée)


"Zu seinem 175. Geburtstag am 15. Oktober 2019 sollen gleich drei neue Werkausgaben mit insgesamt 45 Bänden erscheinen. Wozu eigentlich, könnte man sich fragen. Ist nicht längst jede Zeile ediert und kommentiert und jede dunkle Stelle im Nachlass ausgeleuchtet?" (Christian Niemeyer, "Auch Fußnoten können einen Pferdefuß haben", in Tagesspiegel, 2015)

"Viele neue Nietzsches sollen zutage treten? - Ein paar wenige würden genügen..." (Reto Winteler, Friedrich Nietsche, der erste tragische Philosoph, eine Entdeckung, Basel Schwabe Verlag, 2014)

" (...) [l]es philosophes de profession [...] oublient que Nietzsche ne promulgue pas un catéchisme nouveau mais nous invite à créer nous- même le système des valeurs auquel nous voulons dévouer notre vie. Dosons en nous la quantité de dionysisme et de christianisme mystique qui va nous inspirer. Il y aura autant de solutions qu'il y aura d'individus et c'est de leur collaboration que naîtra la vie nouvelle." (Charles Andler, 1932)

Becoming a Destiny: The Nietzsche Vogue in French intellectual Life, 1891-1918 (Christopher E. Forth, Dissertation, State University of New York, Buffalo, 1994)

(Biographie universelle des musiciens et bibliographie générale de la musique, 1880)

Traces orales (en cours)

Nietzsche « n'est pas allé assez loin dans le sens de sa propre doctrine ; il n'a pas été assez nietzschéen. L'attitude où il veut qu'on se place est bien celle qui convient ; mais nous ne pouvons pas dire d'avance qu'on doive, en s'y plaçant, aboutir à l'exaltation de l'individu plutôt qu'à son absorption dans la société : cela dépend des cas et des moments. Nietzsche n'a pas encore un sens suffisant de la relativité : il est encore trop systématique. » (Frédéric RAUH, extrait de cours à la Sorbonne, 1904)

 

Nietzsche en France pendant la guerre

Citation

"Chaque doctrine nouvelle présente certaines arêtes et extrémités outrancières autour desquelles la curiosité frivole de la multitude voltige hâtivement mais ce n'est pas l'exactitude ou la fausseté de quelques points particuliers, ce sont l'étendue et la profondeur de la création qui doivent retenir notre attention. Je ne me suis jamais demandé si les théories nietzschéennes du «surhomme » ou de l'« éternel retour » sont justes ou non: et qui se le demanderait encore, en dehors de quelques ratiocineurs et éplucheurs de livres ? Une grande œuvre ne nous intéresse toujours que par ce double côté: l'homme créateur et l'action créatrice." (Stefan Zweig, L'Humanité, 21 mai 1926)

Comoedia, 28 mars 1914
Comoedia, 28 mars 1914

Le Rire, 10 décembre 1910