1894

Articles qui évoquent Nietzsche

Anonyme, {Bibliographie}, in Revue Blanche, tome 6, n˚27, janvier 1894, p. 86.

Compte-rendu de Karl Adolf Brodtbeck, Geistesblitze grosser Maenner für freie Denker gesammelt : "Réunion de maximes, de pensées et d'aphorismes recueillis avec goût et classés méthodiquement. Bonne occasion de reprendre contact avec Heine et Bismarck, Goethe et Nietzsche". [2]

 

Anonyme, "Das Problem. Grundzüge einer Analyse des Realen, par Paul Weisengrün", in Revue de métaphysique et de morale, tome II, supplément de janvier 1894, p. 3.

Evoque une parenté des idées de l'auteur avec celles de Nietzsche.

 

BERNARDINI Louise, « En Scandinavie », {Voyages}, in Revue hebdomadaire, tome 20, n°87, 20 Janvier 1894, p. 221-241.

Cite Georges Brandès sur Nietzsche (p. 239-240).

 

ALBERT Henri, {Journaux et revues}, in Mercure de France, tome 10, n˚50, février 1894, p. 184-189.

Henri Albert traduit un long extrait de M. E. Horn, La Liberté de l'Egoïsme, qui finit ainsi : "Nous, les hommes libres, nous sommes anarchistes, puisque nous nous gouvernons nous même et que nous n'avons pas besoin du gouvernement des autres. Nous ne sommes pas "sur-humains", mais nous ne voulons non plus être "sous-humains"" (p. 187).

 

PORTAL Emile, "L'œuvre : Ames solitaires, par Gerhart Hauptmann", {Les théâtres}, in L'Ere Nouvelle, février 1894, 313-316.

Déplore : "Des littérateurs qui s'exercent depuis quelques temps à prononcer en extase le nom de Nietzsche et qui sont possédés d'Ibsen ont éclairci Ames solitaires à l'aide de Rosmersholm préalablement saturé d'individualisme aristocratique. L'originalité d'Hauptmann n'y a pas gagné" (p. 315).

 

PORTAL Emile, "La Revue Blanche", {Revue des revues}, in L'Ere Nouvelle, février 1894, p. 319-320.

Se réjouit que la Revue Blanche ait "élargi ou plutôt modifié son esprit au point de vue sociologique. Jusqu'à présent, elle était comme la serre chaude des bons jardiniers de l'individualisme aristocratique, des anarchistes de lettres. Barrès et Nietzsche y régnaient, bien entendu sans y gouverner" (p. 319).

 

Anonyme, "Revue internationale de l'enseignement", in Revue de métaphysique et de morale, tome II, supplément de mars 1894, p. 5.

Remarque que "les deux seuls philosophes", Hartmann et Nietzsche, qui "jouissent d'une véritable popularité" ont "acqauis leur réputation hors des Universités".

 

ALBERT Henri, "Au-dessus des forces humaines", {Théâtre de l'Oeuvre}, in Mercure de France, tome 10, n˚51, mars 1894, p. 274-277.

Compte-rendu de la pièce de B. Björnson ; Henri Albert évoque la tentative de Georges Brandès de régénérer la Scandinavie en ébranlant sa foi grâce à "Nietzsche et sa théorie du surhumain" (p. 277).

 

GOURMONT Remy de, "Dernière Conséquence de l'Idéalisme", in Mercure de France, tome 10, n˚51, mars 1894, p. 193-202.

"Nietzsche, le négrier de l'idéalisme, le prototype du néronisme mental, réserve, après toutes les destructions, une caste d'esclaves sur laquelle le moi du génie peut se prouver sa propre existence en exerçant d'ingénieuses cruautés. Lui aussi veut qu'on le connaisse et que l'on approuve sa gloire d'être Frédérik Nietzsche, - et Nietzsche a raison" (p. 201).

 

BOURDEAU Jean, « L’anarchisme révolutionnaire », in Revue de Paris, tome 2, 15 mars 1894, p. 196-224.

Termine son étude par quelques mots sur « les anarchistes de lettres », dont Nietzsche (p. 220).

 

MAUCLAIR Camille, "Conférence sur Solness le constructeur", in Mercure de France, tome 11, n˚53, mai 1894, p. 16-27.

Pièce d'Ibsen. Utilisation de "surhumain" en relation avec le génie (p. 22).

 

ALBERT Henri, "Théâtre de vaudeville. Maison de poupée", {Théâtre}, in Mercure de France, tome 11, n˚54, juin 1894, p. 170-173.

Pièce d'Ibsen. Dans le cours du compte-rendu, Henri Albert évoque l'"intervention de quelque chose de surhumain" (p. 171).

 

TAILHADE Laurent, "L'ennemi du peuple", in Mercure de France, tome 11, n˚ 54, juin 1894, p. 97-110.

Texte d'une conférence prononcée au Théâtre de l'Oeuvre avant la répétition générale et la première représentation, les jeudi 9 et vendredi 10 novembre 1893. Tailhade rappelle la vague de traductions de littératures du Nord dont Nietzsche (p. 100).

 

HERR Lucien, "Bruno Wille. - Philosophie der Befreiung durch das reine Mittel", {Philosophie}, in Revue universitaire, tome II, n˚7, 15 juillet 1894, p. 186.

Critique brève et sévère de la pensée, "misérablement plate", et de la forme, "boursouflée et grandiloquente". "Quant aux tendances, c'est un individualisme antiétatiste qui se réclame d'Ibsen et de Nietzsche".

 

MAUCLAIR Camille, "Chants de la Pluie et du Soleil, par Hugues Rebell", {Les livres}, in Mercure de France, tome 11, n˚56, août 1894, p. 385.

"M. Rebell s'est épris de l'individualisme absolu de Nietzsche, et est allé vers une aristocratie cruelle, un paganisme esthétique et violent, un matérialisme jouisseur qui l'entraîne de plus en plus".

 

Anonyme, "Ossit", {Instantanés}, in Le Figaro, n°236, 24 août 1894, p. 1.

Compte-rendu du roman Ilse signé Ossit, pseudonyme de la Baronne Madeleine Deslandes, auparavant Comtesse Fleury. Remarque qu'il n'y a pas de femme à Paris "connaissant aussi à fond la philosophie de Schopenhauer et de Nietzsche qu'elle a étudiées en allemand".

 

WYZEWA Teodor de, "Littérature wagnérienne (suite). Le Drame wagnérien par H. S. Chamberlain (Chailley)", {Les livres nouveaux}, in Revue bleue, tome 2, n˚13, 29 septembre 1894, p. 409-411.

Evoque les relations entre Wagner et Nietzsche (p. 409).

 

COURRIERE B. de, "César Antéchrist. Paraphrase", in Mercure de France, tome 12, n˚58, octobre 1894, p. 158-161.

A propos d'Alfred Jarry, César Antéchrist : "Il (l'Antéchrist) sera le triomphe du Néronisme, la plus complète réalisation d'un esprit tel que le font entrevoir les Nietzsche, -philosophe comme Frédéric II, dilettante, cabotin et féroce comme Néron" (p. 160-161).

 

MAZEL Henri, "Le danger", in L'Ermitage, 9, novembre 1894, p. 273-279.

Salue les idées et le succès de Nietzsche qui représente "une lueur d'espoir contre la "Bassesse"" (p. 276).

 

STIRNER Max, "Les hommes de l'ancien temps", in Mercure de France, tome 12, n˚59, novembre 1894, p. 210-221.

Le traducteur, Henri Albert remarque en note et entre parenthèses : "(le volume porte 1845, mais il parut en octobre 1844 - date de la naissance de Nietzsche!)" (p. 211).

 

ALBERT Henri, "Auguste Strindberg", in Revue Blanche, tome 7, n˚38, décembre 1894, p. 481-498.

A la demande d'Elisabeth Förster-Nietzsche, insère une note rectificative concernant son article publié dans la Revue Blanche de novembre 1894 (p. 498).

 

LEMAÎTRE Jules, « De l’influence récente des littératures du Nord », in Revue des Deux Mondes, tome 126, 46e année, 15 décembre 1894, p. 847-872.

Evoque Nietzsche (p. 869).

 

 


Evolution du site

historique des modifications

 

 

EXPOSITION: Übermensch - Friedrich Nietzsche et les conséquences 16 octobre 2019 - 22 mars 2020 voir

 

NOUVEAU:

 

Nietzsche et Zola

(Jean-Pierre Dumont, septembre 2019)

 

Que pensait Emile Zola de Nietzsche? de Wagner? lire

 

"Nietzsche wirkt in die populäre Breite, und man muss in die Breite gehen" (Andreas Urs Sommer, Nietzsche und die Folgen, 2017)

 

"Viele neue Nietzsches sollen zutage treten? - Ein paar wenige würden genügen..." (Reto Winteler, Friedrich Nietzsche, der erste tragische Philosoph, eine Entdeckung, Basel Schwabe Verlag, 2014)

Laure Verbaere

Nietzsche et l'agrégation de philosophie (avril 2019) lire

OUTIL: Nietzsche et les philosophes français: traces empiriques et paroles 1889-1903 lire

Les éditions de Zarathoustra de 1920 à 1935 voir

et de 1935 à 1950 voir

 

Nouvelle trace inédite

Lettre d'Eric Blondel à Don Longo lire

  

Dominique de Gaultier de Laguionie, petit-neveu du philosophe français Jules de Gaultier (1858-1942) met à disposition les archives dont il dispose. voir

Jules de Gaultier et Nietzsche

Don Longo:

Les pèlerins à Sils-Maria voir

 

Alan Schrift:

“Le nietzschéisme comme épistémologie”, extrait de Patrice Maniglier (dir.), Le Moment philosophique des années 1960 en France (PUF, 2011) lire

 

Alan Schrift:

French Nietzscheanism lire

The Nietzsche Canon: a publication history and bibliography (William Schaberg) lire

" (...) [l]es philosophes de profession [...] oublient que Nietzsche ne promulgue pas un catéchisme nouveau mais nous invite à créer nous- même le système des valeurs auquel nous voulons dévouer notre vie. Dosons en nous la quantité de dionysisme et de christianisme mystique qui va nous inspirer. Il y aura autant de solutions qu'il y aura d'individus et c'est de leur collaboration que naîtra la vie nouvelle." (Charles Andler, 1932)

Becoming a Destiny: The Nietzsche Vogue in French intellectual Life, 1891-1918 (Christopher E. Forth, Dissertation, State University of New York, Buffalo, 1994)

Traces orales

Nietzsche « n'est pas allé assez loin dans le sens de sa propre doctrine ; il n'a pas été assez nietzschéen. (…) Nietzsche n'a pas encore un sens suffisant de la relativité : il est encore trop systématique. » (Frédéric RAUH, extrait de cours à la Sorbonne, 1904)

 

"Chaque doctrine nouvelle présente certaines arêtes et extrémités outrancières autour desquelles la curiosité frivole de la multitude voltige hâtivement mais ce n'est pas l'exactitude ou la fausseté de quelques points particuliers, ce sont l'étendue et la profondeur de la création qui doivent retenir notre attention. Je ne me suis jamais demandé si les théories nietzschéennes du «surhomme » ou de l'« éternel retour » sont justes ou non: et qui se le demanderait encore, en dehors de quelques ratiocineurs et éplucheurs de livres ? Une grande œuvre ne nous intéresse toujours que par ce double côté: l'homme créateur et l'action créatrice." (Stefan Zweig, L'Humanité, 21 mai 1926)

Comoedia, 28 mars 1914
Comoedia, 28 mars 1914

Le Rire, 10 décembre 1910