Les éditions françaises de La Volonté de puissance

(Laure Verbaere, 2017)


Ce graphique a été réalisé à partir des mentions figurant sur les volumes publiés conservés (bibliothèques ou sites marchands), sachant que ces mentions sont fictives mais cohérentes (à de rares exceptions près). Il permet vraisemblablement de visualiser de manière assez fiable le rythme de publication mais pas d'estimer le nombre d'exemplaires effectivement mis en vente.

En général, chaque édition correspond à un tirage de mille exemplaires mais les éditeurs avouent souvent que "le 1000 est à 500". D'après certains recoupements, il faut même envisager que (au moins pour certaines œuvres) les éditions du Mercure de France ont encore davantage baissé les tirages.


Der Wille zur Macht: Versuch einer Umwerthung aller Werthe (Studien und Fragmente) est le livre que réalisent Elisabeth Förster-Nietzsche et Peter Gast à partir des fragments posthumes de Nietzsche. Publié pour la première fois en 1901 (il connaîtra plusieurs versions), il sert de base à la traduction française réalisée par Henri Albert, publiée par les éditions du Mercure de France à partir de 1903 sous le litre: La Volonté de Puissance. Essai d'une transmutation de toutes les valeurs (Etudes et fragments)

Après le passage des oeuvres de Nietzsche dans le domaine public en 1930, Geneviève Bianquis propose une traduction du travail sur les fragments posthumes de Friedrich Würzbach (qui paraît en 1940 sous le titre Das Vermächtnis Friedrich Nietzsches). C'est une version très différente (elle est sous-titrée: "seule édition complète en France"). Le tome 1 paraît en 1935 et le tome 2 en 1937.


Au sujet de Der Wille zur Macht, lire: Mazzino Montinari, "«La Volonté de puissance » n'existe pas" et la postface de Paolo d'Iorio. Pour aller plus loin, lire David Marc Hoffmann, Zur Geschichte des Nietzsche-Archivs. Chronik, Studien und Dokumente, Berlin-New York, De Gruyter, 1991 et Ralf Eichberg, Freunde, Jünger und Herausgeber: Zur Geschichte der ersten Nietzsche-Editionen (Europäische Hochschulschriften), Peter Lang, 2009.

La place de Der Wille zur Macht dans les éditions allemandes des oeuvres complètes de Nietzsche de la fin du XIXe siècle à nos jours (Laure Verbaere, 2018) lire

nouveau:

La place de Der Wille zur Macht dans les éditions allemandes des oeuvres complètes de Nietzsche de la fin du XIXe siècle à nos jours (Laure Verbaere, 2018) lire

 

Les éditions françaises de La Volonté de puissance (1903-1949) lire

"Viele neue Nietzsches sollen zutage treten? - Ein paar wenige würden genügen..." (Reto Winteler, Friedrich Nietzsche, der erste tragische Philosoph, eine Entdeckung, Basel Schwabe Verlag, 2014)

" (...) [l]es philosophes de profession [...] oublient que Nietzsche ne promulgue pas un catéchisme nouveau mais nous invite à créer nous- même le système des valeurs auquel nous voulons dévouer notre vie. Dosons en nous la quantité de dionysisme et de christianisme mystique qui va nous inspirer. Il y aura autant de solutions qu'il y aura d'individus et c'est de leur collaboration que naîtra la vie nouvelle." (Charles Andler, 1932)

Becoming a Destiny: The Nietzsche Vogue in French intellectual Life, 1891-1918 (Christopher E. Forth, Dissertation, State University of New York, Buffalo, 1994)

(Biographie universelle des musiciens et bibliographie générale de la musique, 1880)

Traces orales (en cours)

Nietzsche « n'est pas allé assez loin dans le sens de sa propre doctrine ; il n'a pas été assez nietzschéen. L'attitude où il veut qu'on se place est bien celle qui convient ; mais nous ne pouvons pas dire d'avance qu'on doive, en s'y plaçant, aboutir à l'exaltation de l'individu plutôt qu'à son absorption dans la société : cela dépend des cas et des moments. Nietzsche n'a pas encore un sens suffisant de la relativité : il est encore trop systématique. » (Frédéric RAUH, extrait de cours à la Sorbonne, 1904)

 

Nietzsche en France pendant la guerre

Citation

"Chaque doctrine nouvelle présente certaines arêtes et extrémités outrancières autour desquelles la curiosité frivole de la multitude voltige hâtivement mais ce n'est pas l'exactitude ou la fausseté de quelques points particuliers, ce sont l'étendue et la profondeur de la création qui doivent retenir notre attention. Je ne me suis jamais demandé si les théories nietzschéennes du «surhomme » ou de l'« éternel retour » sont justes ou non: et qui se le demanderait encore, en dehors de quelques ratiocineurs et éplucheurs de livres ? Une grande œuvre ne nous intéresse toujours que par ce double côté: l'homme créateur et l'action créatrice." (Stefan Zweig, L'Humanité, 21 mai 1926)

Comoedia, 28 mars 1914
Comoedia, 28 mars 1914

Le Rire, 10 décembre 1910