François Picavet (1851-1921)


François Picavet entre dans l'enseignement en 1870 comme instituteur. Agrégé de philosophie en 1882, il est docteur ès lettres en 1890 avec une thèse sur les Idéologues français. D'abord professeur au collège Rollin (1896), il est nommé en 1904 professeur à l'Ecole des Hautes Etudes et secrétaire du Collège de France. En 1906, il est chargé de cours à la Sorbonne où il enseigne l'histoire de la philosophie médiévale.



PICAVET François, De Epicuro novae religionis auctore, sive De diis quid senserit Epicurus disquisivit, Paris, Alcan, 1888.

Cite Nietzsche (note p. 47).

 

PICAVET François, « Luigi Credaro. Lo scetticismo degli accademici », in Revue philosophique de la France et de l’étranger, juillet-décembre 1891, p. 314-316.

Evoque les travaux de Nietzsche (p. 315).

 

PICAVET François, "Thomisme et philosophie médiévale (fin)", {Revue générale}, in Revue philosophique de la France et de l'étranger, tome 67, n°1, janvier 1909, p. 57-68.

Signale des articles de la Revue néo-scolastique qui évoquent une "conspiration ourdie par un certain nombre de catholiques de France contre la philosophie scolastique" (p. 60) et cite : "(...) sous prétexte de rajeunissement, (...) la philosophie scolastique sera remplacée par l'étude autrement pratique de l'évolution progressive des idées philosophiques modernes, pendant toute la période qui s'étend de Bacon à Nietzsche." (p. 61)

 

PICAVET François, "L'histoire de la philosophie à la licence ès lettres", in Revue internationale de l'enseignement, t. 58, octobre 1910, p. 332-337.

 

Enumère les auteurs (grecs, latins, français...) au programme pour la licence de 1910 et 1911. Parmi les auteurs allemands pour la licence de philosophie, Kant apparaît 15 fois, Schopenhauer 7 fois, Nietzsche 3 fois, Fichte 2 fois, Wundt et Weber 1 fois. (p. 336) Donne le détail par faculté.

 

Signale que ces auteurs allemands ne figurent pas pour la licence de langues et littératures étrangères vivantes.