Bibliographie inédite des publications françaises sur Nietzsche 1868-1940 (Laure Verbaere et Donato Longo)

1868-1910: BIBLIOGRAPHIE ET COMMENTAIRES DE LAURE VERBAERE

 

(en savoir plus)

Notes de 1904

[1] Article publié en plusieurs fois : n˚66, p. 1-36 ; n˚67, p. 190-230 ; n˚ 68, p. 256-290 ; n˚69, p. 329-378. Cf. Davies, item 175 et 192. Evgenii Nikolaevich Trubetskoi (1863-1920) est professeur de philosophie à l'Université de Kiev de 1897 à 1906 puis à l'Université de Moscou de 1906 à 1917.

 

[2] Né en 1862, Abel Hermant est reçu premier à l'Ecole normal supérieure en 1880 mais il démissionne à la fin de la première année pour se consacrer entièrement aux lettres. En 1883, il publie un volume de vers avant de se tourner vers le roman d'abord naturaliste, puis impressionniste, enfin psychologique au début des années 1890. Il trouve enfin sa voie comme chroniqueur des moeurs de son époque : au total, il publia plus de cent volumes. Il sera élu à l'Académie française en 1927.

 

[3] Cette référence est citée d'après Longo, p. 25.

 

[4] Cf. Wilhelm Wundt, Ethik, deux volumes, Stuttgart, Enke, 1903. W. Wundt est professeur à l'Université de Leipzig.

 

[5] Cf. Dr. Richard Oehler, Friedrich Nietzsche und die Vorsokratiker, Leipzig, Dürrsche Buchhandlung, 1904 [Krummel, II, 387, p. 168-169]. Cf. aussi Krummel, II, 266 et 266a, p. 109.

 

[6] Cf. Krummel, II, 314, p. 128-129.

 

[7] Eugène de Montfort (1877-1936) commence sa carrière littéraire en publiant des poèmes en prose puis des essais.

En novembre 1903, il fonde Les Marges dont il rédige seul le première série de 1903 à 1908 ; par la suite, il continue avec des collaborateurs jusqu'à la guerre. En 1908, il participe à la création de la Nouvelle Revue française dont le premier numéro paraît le 15 novembre. Il se brouille avec le reste du groupe et s'en va. La Nouvelle Revue française prendra un second départ sans lui le 1er février 1909. Cf. Eugène de Montfort, Vingt-cinq ans de littérature française, Paris, Librairie de France, 1920.

 

[8] Il s'agit probablement du poète français Robert, Comte de Montesquiou-Fezensac (1855-1921)

 

[9] Cf. Elisabeth Förster-Nietzsche, Das Leben Friedrich Nietzsche's, 2. Bd., 2. abt., Leipzig, C. G. Naumann, 1904 [Krummel, II, 416, p. 179]. Cf. aussi Krummel, II, 416a, p. 179 et 416b, p. 180.

Cf. Friedrich Nietzsches Briefwechsel mit Fr. Ritschl, J. Burckhardt, H. Taine, G. Keller, Frhrn. v. Stein, G. Brandes, herausgegeben von Elisabeth Förster-Nietzsche und Curt Wachsmuth, Berlin und Leipzig, Schuster und Loeffler, 1904 [Krummel, II, X, p. 159]. Il s'agit du tome 3, 1ère partie des Gesammelte Briefe.

 

[10] Cf. Albert Kalthoff, Zarathustra-Predigten. Reden über die sittliche Lebensauffassung F. Nietzsches, Leipzig, E. Diederichs, 1904 [Krummel, II, 389, p. 169-171. Cf. aussi Krummel, II, 389a, p. 171.

 

[11] Cf. Dr. Phil. Fr. Rittelmeyer, Friedrich Nietzsche und die Religion. Vier Vorträge, Ulm, Heinr. Kerler, 1904 [Krummel, II, 386, p. 167-168]. Voir aussi Krummel, II, 386a et 386b, p. 168.

 

[12] Cf. Rudolf Willy, Friedrich Nietzsche. Eine Gesammtschilderung, Zürich, Schulthess, 1904 [Krummel, II, 384, p. 166-167].

 

[13] Cf. Dr. Jakob J. Hollitscher, Friedrich Nietzsche. Darstellung und Kritik, Wien und Leipzig, W. Braunmüller, 1904 [Krummel, II, 377, p. 163-164].

 

[14] R. Hourticq est agrégé de philosophie.

 

[15] Cf. Arthur Drews, Nietzsches Philosophie, C. Winter, Heidelberg, 1904 [Krummel, II, 324, p. 133-134].

 

[16] Cf. Oscar Ewald, Nietzsches Lehre in ihren Grundbegriffen. Die ewige Wiederkunft des Gleichen und der Sinn des Übermenschen. Eine kritische Untersuchung, E. Hofmann, Berlin, 1903 [Krummel, II, 314, p. 128-129].

 

[17] Eugen Kretzer est l'auteur d'un article intitulé « Gobineau, Nietzsche, Chamberlain » publié en juillet 1902 dans le Frankfurter Zeitung : cf. Krummel, II, 204, p. 84-85.

 

[18] Cf. Emile Tardieu, L'ennui, étude psychologique, Paris, Alcan, 1903.

 

[19] Lucien Jean est le pseudonyme de Jean Dieudonné (1870-1908), fils d'ouvrier, ami de Charles-Louis Philippe, de Georges Valois et de Gressent. Il est l'auteur de contes, de nouvelles et de petits essais réunis en un volume intitulé Parmi les Hommes, Paris, Société du Mercure de France, 1910. En juin, il écrit à G. Valois : « Je sais combien il me manque de volonté, de persévérance pour être celui que j'aurais voulu être. Et si j'ai droit à votre affection, c'est plutôt par l'absence de certains défauts que par des qualités ; d'ailleurs j'en suis heureux et je serais fier de me savoir parfaitement bon. Je ne nie pas que j'eusse voulu aussi édifier une œuvre, je n'y crois plus aujourd'hui, la vie est trop dure et je ne suis pas assez fort » ; lettre inédite citée d'après Henri Poulaille, Nouvel âge littéraire, deuxième édition, Bassac, Ed. plein chant, 1986 d'après laquelle nous citons, p. 242.

 

[20] Cette référence est citée d'après Longo, p. 23.

 

[21] Paris, Alcan.

 

[22] Cf. Carl Friedrich Selle, Herbert Spencer und Friedrich Nietzsche. Vereinigung der Gegensätze auf Grund einer neuen These, Leipzig, J. A. Barth, 1902 [Krummel, II, 213, p. 88]. Cette thèse de l'Université de Leipzig est aussi publiée sous le titre Die Philosophie der Weltmacht. Ein Entwurf [Krummel, II, 213a, p. 88]

 

[23] Cf. Prof. Dr. Paul Schwartzkopff, Das Leben als Einzelleben und Gesamtleben, Halle a. S. et Brème, Müller, 1903. Né en 1849, Paul Schwartzkopff est l'auteur de Nietzsche der "Antichrist". Eine Untersuchung, Wilh. Schäfer, Schkeuditz b. Leipzig, 1903 [Krummel, II, 309, p. 125].

 

[24] Guillaume Apollinaire est le pseudonyme de Wilhelm Apollinaris de Kostrowitzky (1880-1918), poète qui fréquente les mardis de Rachilde et collabore au Mercure de France à partir de 1904.

 

[25] Paris, librairie Hachette, 1904.

Gustave Lanson (1857-1934), ancien élève de l'Ecole normale, commence par enseigner la rhétorique à Toulouse. Docteur ès lettres en 1888, il est nommé maître de conférence à l'Ecole normale et à la Sorbonne en 1900 où il enseigne l'éloquence française. A partir de 1910, il sera assesseur au doyen de la Faculté des lettres. De 1920 à 1927, il sera directeur de l'Ecole normale.

 

[26] Paul Wiegler (1878-1949) est l'auteur en 1901 de Geschichte der deutschen Philosophie im neunzehnten Jahrhundert : cf. Krummel, II, 26, p. 12.

 

[27] Cf. Oscar Lévy, Das neunzehnte Jahrhundert, Dresden, E. Pierson, 1904 [Krummel, II, 350, p. 151-152].

 

[28] Paris, Alcan, 1904.

 

[29] Berlin, Harmonie, 1904.

 

[30] Masson et Cie éditeurs, 1903.

Né en 1866, Georges Dumas est un ancien élève de l'Ecole normale supérieure. Agrégé de philosophie, docteur en médecine, docteur ès lettres, il est chargé du cours de psychologie expérimentale à la Sorbonne en 1902. Il sera professeur titulaire en 1912. Il publie de nombreux travaux de psychologie scientifique, collabore régulièrement à la Revue philosophique et au Journal de psychologie qu'il fonde avec Pierre Janet. Il sera élu membre de l'Académie de médecine en 1926 et membre de l'Académie des sciences morales et politiques en 1933.

 

[31] C'est le dernier numéro du Festin d'Esope fondé par G. Apollinaire en octobre 1903.

 

[32] Tübingen et Leipzig, Mohr, 1904.

 

[33] Paris, Michalon, 1904. Avec une préface de M. H. Morselli.

G. -L. Duprat est docteur ès lettres, professeur au lycée d'Aix.

dernières mises à jour

 

 

Moteur de recherche:

NOUVEAU:

 

Jean-Pierre DUMONT

Nietzsche et Loti. Et vice versa (2021)

 

 

 Julien Dupré

Nietzsche et les nationalistes français. Réceptions et usages d’une œuvre philosophique (1898 – 1945) lire

 

Renée Thomas

"Nietzsche dans l'enseignement de la philosophie en classe Terminale" (1985)

 

Rahel Wartenweiler

Charles Andler et la politisation de Nietzsche: une analyse de la dimension politique d’un transfert culturel (1890-1933)  lire

 

Projet de recherche

“The work must go on.” An investigation of Charles Andler, Malwida von Meysenbug, and the Nexus of Nietzschean Socialism (1890-1930) (Martine Béland) – CCÉAE (umontreal.ca)

 

La philosophie de  Nietzsche et le mouvement socialiste français (1890-1914)

Don LONGO

 

"Le Sang de Nietzsche" testament d'Arnaud Dandieu. Edition commentée par Christian Roy (2015/2020) 

 

 

Nietzsche et Zola

(Jean-Pierre Dumont, septembre 2019)

 

Que pensait Emile Zola de Nietzsche? de Wagner? lire

 

 

"Nietzsche wirkt in die populäre Breite, und man muss in die Breite gehen" (Andreas Urs Sommer, Nietzsche und die Folgen, 2017)

 

"Viele neue Nietzsches sollen zutage treten? - Ein paar wenige würden genügen..." (Reto Winteler, Friedrich Nietzsche, der erste tragische Philosoph, eine Entdeckung, Basel Schwabe Verlag, 2014)

Laure Verbaere

Nietzsche et l'agrégation de philosophie (avril 2019) lire

OUTIL: Nietzsche et les philosophes français: traces empiriques et paroles 1889-1903 lire

Les éditions de Zarathoustra de 1920 à 1935 voir

et de 1935 à 1950 voir

Dominique de Gaultier de Laguionie, petit-neveu du philosophe français Jules de Gaultier (1858-1942) met à disposition les archives dont il dispose. voir

Jules de Gaultier et Nietzsche

Don Longo:

Les pèlerins à Sils-Maria voir

" (...) [l]es philosophes de profession [...] oublient que Nietzsche ne promulgue pas un catéchisme nouveau mais nous invite à créer nous- même le système des valeurs auquel nous voulons dévouer notre vie. Dosons en nous la quantité de dionysisme et de christianisme mystique qui va nous inspirer. Il y aura autant de solutions qu'il y aura d'individus et c'est de leur collaboration que naîtra la vie nouvelle." (Charles Andler, 1932)

 

Traces orales

Nietzsche « n'est pas allé assez loin dans le sens de sa propre doctrine ; il n'a pas été assez nietzschéen. (…) Nietzsche n'a pas encore un sens suffisant de la relativité : il est encore trop systématique. » (Frédéric RAUH, extrait de cours à la Sorbonne, 1904)

 

 

"Chaque doctrine nouvelle présente certaines arêtes et extrémités outrancières autour desquelles la curiosité frivole de la multitude voltige hâtivement mais ce n'est pas l'exactitude ou la fausseté de quelques points particuliers, ce sont l'étendue et la profondeur de la création qui doivent retenir notre attention. Je ne me suis jamais demandé si les théories nietzschéennes du «surhomme » ou de l'« éternel retour » sont justes ou non: et qui se le demanderait encore, en dehors de quelques ratiocineurs et éplucheurs de livres ? Une grande œuvre ne nous intéresse toujours que par ce double côté: l'homme créateur et l'action créatrice." (Stefan Zweig, L'Humanité, 21 mai 1926)

Le Rire, 10 décembre 1910