Voir aussi Traces orales/cours

Charles du Bos (1882-1939)

Ecrivain et critique littéraire français, converti au catholicisme en 1927, Charles du Bos est traducteur, directeur de collections, préfacier, auteur de notes pour la NRF et plusieurs revues littéraires. Conférencier, il est l'auteur de cours publics partiellement improvisés, animateur des Décades de Pontigny,

D'après Bénédicte Coste (lire), "Du Bos a lu Nietszche dès 1900, et continue de le lire quand il verra en lui « le plus grand adversaire de ma religion » , Journal VI 1928 (Paris : Corréa, 1950) 122. Il connaît les écrits de Charles Andler, germaniste qui publie son Nietszche, sa vie et sa pensée (4 vols.) à partir de 1920."

Lire Marie Savouret, Nietzsche et Du Bos: avec trois fragments de Du Bos sur Nietzsche, Paris, Lettres modernes, 1960.

C'est dans son Journal (1924) qu'il parle le plus de Nietzsche. Cette année-là, il assiste avec le frères Baruzi aux cours de Charles Andler sur Nietzsche; il lit "avec avidité" les quatre volumes du Nietzsche déjà parus et, comme Bernard Grothuysen, attend impatiemment les suivants. Lui-même fait en 1924 un cours sur Nietzsche dans le salon des Guy de Pourtalès.


DU BOS Charles, Dialogue avec André Gide, Paris, "Au Sans pareil", 1929.

 

DU BOS Charles, "Nietzsche", in Table ronde, n°4, avril 1948, p. 563-580.

Le texte est écrit avant 1939.

 

DU BOS Charles, "Le drame Wagner-Nietzsche", in Bulletin de la Société d'Etudes nietzschéennes, n°3/4, 1948, p. 30-34.

Le texte est écrit avant 1939. 

 

DU BOS Charles, "Trois inédits sur Nietzsche", in Revue des lettres modernes, n°54-55, été 1960, p. 207-222.

Le texte est écrit avant 1939.

 

DU BOS Charles, Journal 1921-1939, tomes 1 à 4, Paris, Correa, 1946-1950.

Sur Nietzsche, voir surtout le tome 2 (1924-1925).

Dans son Journal (1928), il écrit en date du 27 juillet: "Oui, ce matin, en sortant de la chapelle de Bénédictines, après mon entretien avec l'aumônier, j'avais – comment dire ? – le sens qu'il y a comme une accablante dignité dans ce qui nous est à la fois offert et demandé, et que rien de tout cela n'est pour rire, et que somme toute il n'existe ici-bas que deux solutions également radicales, également exigeantes : la foi qui ne soit pas pour rire, ou bien le nihilisme héroïque, consumant, destructeur de l'être même, d'un Nietzsche ; – et il m'apparaît aujourd'hui qu'à partir du moment où, tout en ne cessant d'avoir pour la personne et peut-être même pour la figure de Nietzsche la plus tendre vénération, j'avais fait le tour de sa doctrine et senti non seulement ses limites, mais son caractère de cercle vicieux, j'étais prédestiné à ma situation actuelle" (p. 151-152).

 

 


Site: dernières modifications

 

 

Moteur de recherche:

NOUVEAU:

 

Jean-Pierre DUMONT

Nietzsche et Loti. Et vice versa (2021)

 

 

 Julien Dupré

Nietzsche et les nationalistes français. Réceptions et usages d’une œuvre philosophique (1898 – 1945) lire

 

Renée Thomas

"Nietzsche dans l'enseignement de la philosophie en classe Terminale" (1985)

 

Rahel Wartenweiler

Charles Andler et la politisation de Nietzsche: une analyse de la dimension politique d’un transfert culturel (1890-1933)  lire

 

Projet de recherche

“The work must go on.” An investigation of Charles Andler, Malwida von Meysenbug, and the Nexus of Nietzschean Socialism (1890-1930) (Martine Béland) – CCÉAE (umontreal.ca)

 

La philosophie de  Nietzsche et le mouvement socialiste français (1890-1914)

Don LONGO

 

"Le Sang de Nietzsche" testament d'Arnaud Dandieu. Edition commentée par Christian Roy (2015/2020) 

 

 

Nietzsche et Zola

(Jean-Pierre Dumont, septembre 2019)

 

Que pensait Emile Zola de Nietzsche? de Wagner? lire

 

"Nietzsche wirkt in die populäre Breite, und man muss in die Breite gehen" (Andreas Urs Sommer, Nietzsche und die Folgen, 2017)

 

"Viele neue Nietzsches sollen zutage treten? - Ein paar wenige würden genügen..." (Reto Winteler, Friedrich Nietzsche, der erste tragische Philosoph, eine Entdeckung, Basel Schwabe Verlag, 2014)

Laure Verbaere

Nietzsche et l'agrégation de philosophie (avril 2019) lire

OUTIL: Nietzsche et les philosophes français: traces empiriques et paroles 1889-1903 lire

Les éditions de Zarathoustra de 1920 à 1935 voir

et de 1935 à 1950 voir

Dominique de Gaultier de Laguionie, petit-neveu du philosophe français Jules de Gaultier (1858-1942) met à disposition les archives dont il dispose. voir

Jules de Gaultier et Nietzsche

Don Longo:

Les pèlerins à Sils-Maria voir

" (...) [l]es philosophes de profession [...] oublient que Nietzsche ne promulgue pas un catéchisme nouveau mais nous invite à créer nous- même le système des valeurs auquel nous voulons dévouer notre vie. Dosons en nous la quantité de dionysisme et de christianisme mystique qui va nous inspirer. Il y aura autant de solutions qu'il y aura d'individus et c'est de leur collaboration que naîtra la vie nouvelle." (Charles Andler, 1932)

 

Traces orales

Nietzsche « n'est pas allé assez loin dans le sens de sa propre doctrine ; il n'a pas été assez nietzschéen. (…) Nietzsche n'a pas encore un sens suffisant de la relativité : il est encore trop systématique. » (Frédéric RAUH, extrait de cours à la Sorbonne, 1904)

 

 

"Chaque doctrine nouvelle présente certaines arêtes et extrémités outrancières autour desquelles la curiosité frivole de la multitude voltige hâtivement mais ce n'est pas l'exactitude ou la fausseté de quelques points particuliers, ce sont l'étendue et la profondeur de la création qui doivent retenir notre attention. Je ne me suis jamais demandé si les théories nietzschéennes du «surhomme » ou de l'« éternel retour » sont justes ou non: et qui se le demanderait encore, en dehors de quelques ratiocineurs et éplucheurs de livres ? Une grande œuvre ne nous intéresse toujours que par ce double côté: l'homme créateur et l'action créatrice." (Stefan Zweig, L'Humanité, 21 mai 1926)

Le Rire, 10 décembre 1910