Georges Henri Luquet (1876-1965)


Normalien, très jeune agrégé de philosophie et docteur ès lettres, Georges Henri Luquet enseigne d'abord dans des lycées de provinces avant d'être nommé à Paris au lycée Saint-Louis puis au lycée Rollin.


LUQUET G. -H., "R. Berthelot. - Evolutionnisme et platonisme. Mélanges d'histoire de la philosophie et d'histoire des sciences", {V. Histoire de la philosophie}, in Revue philosophique de la France et de l'étranger, tome 67, n°1, janvier 1909, p. 95-98.

Félicite René Berthelot "de faire nettement des penseurs des hommes dont les idées ne sont pas le résultat d'une sorte de génération spontanée, mais sont conditionnées dans une large mesure par l'histoire des individu et les circonstances où il a vécu : c'est en particulier le leitmotiv des études sur Renan et Nietzsche." (p. 96)

Donne comme exemple l'influence "du vitalisme romantique sur Spencer, Guyau, Nietzsche, Bergson" et  celle de "Hoelderlin, Emerson et Paul Rée sur Nietzsche." (p. 97)

Félicite l'auteur d'avoir par ailleurs dissocié "ces thèses indépendantes pour confronter chacune d'elles isolément avec l'expérience" et d'avoir ainsi pu démontrer que "la philosophie de Nietzsche n'est ni une forme de l'anarchisme, ni une glorification de la force, ni un dilettantisme." (p. 97)

 

LUQUET G. -H., "W. Windelband. - Die Philosophie im deutschen Geistesleben des XIX. Jahrhunderts", {I. Philosophie générale}, in Revue philosophique de la France et de l'étranger, tome 68, n°12, décembre 1909, p. 657-660.

Détaille le contenu du chapitre V : "Les nouveaux problèmes de la valeur et le retour à l'idéalisme". (p. 659-660) Note : "Tendance toujours croissante à l'individualisme, qui se manifeste surtout dans l'art (impressionnisme) et qui a trouvé son expression dans Nietzsche, ce qui explique le succès de celui-ci. Il a bien posé, s'il n'a pas su le résoudre, le problème, qui consiste dans l'opposition entre intellectualisme et volontarisme, rationalisme et irrationalisme." (p. 660)