Bibliographie inédite des publications françaises sur Nietzsche 1868-1940

(Laure Verbaere et Donato Longo)

 

(en savoir plus)

Gabriel Monod

(1844-1912)


Historien français, Gabriel Monod a connu Nietzsche personnellement. Il joue un rôle dans l'introduction de Nietzsche en France, notamment parce qu'on suppose qu'il est l'auteur de trois comptes rendus anonymes publiés dans la Revue critique.


MONOD Gabriel, « Le jubilé des Niebelungen. Bayreuth il y a vingt ans », in Cosmopolis, t. 1, n°2, février 1896, p. 471-493.

Raconte le séjour de Nietzsche à Bayreuth en 1876 et donne sa version de la brouille avec Wagner (p. 480-482).

 

MONOD Gabriel, « A travers l’Allemagne », in Cosmopolis, T. 4, n°11, novembre 1896, p. 459-476.

Evoque  et justifie le "prestige" de Bayreuth et "l’incroyable réputation de Nietzsche en France" (p. 476).

 

MONOD Gabriel, « Quelques opinions sur l’œuvre de H. Taine », in Revue Blanche, 15 août 1897, p. 275-279.

Réponse à l'enquête lancée par Léon Bélugou.

Note qu'on ne doit « pas oublier la puissance du talent littéraire à faire vivre et agir les idées. Schopenhauer et Nietzsche ont dû à leur talent littéraire de faire figure de philosophes. » (p. 276)

 

MONOD Gabriel,  Portraits et souvenir, Paris, Calmann Lévy, 1897.

Contient quelques pages sur Nietzsche lors de l'évocation du festival de Bayreuth de 1876. Note que "(...) le séjour à Bayreuth fut pour lui l'occasion d'une crise morale" (p. 284). Raconte : "Sans attendre la fin des représentations, malade et troublé, il s'enfuit dans les montagnes. Ceux qui l'ont approché alors, qui ont contemplé ce visage singulier et puissant, aux yeux fulgurants, avec une chevelure de poète et une grosse moustache d'officier de cavalerie, garderont de lui un ineffaçable souvenir" (p. 287).

Au sujet du conflit entre Nietzsche et Wagner, rectifie : "Quelques personnes ont cru que le revirement d'idées [de] Nietzsche (...) était dû à une blessure d'amour propre, parce que Wagner, au milieu de l'agitation de ce mois d'août 1876, n'avait pas montré à son plus éminent disciple tous les égards et toute l'attention que celui-ci attendait. Le divorce entre Nietzsche et Wagner eut des causes plus profondes et plus élevées".

 

MONOD Gabriel, « Souvenirs sur Nietzsche », in La Grande Revue, 1907.