Georges Deherme (1867-1937)

Ouvrier sculpteur sur bois, typographe libertaire, Georges Deherme est à l'origine des Universités populaires.

Lire sa notice dans le Dictionnaire des militants anarchistes.


DEHERME Georges, "Le Bien et le Mal, par Eugène de Roberty", {Les livres qui font penser}, in Coopération des idées, n˚6, juillet 1896, p. 71.

A propos de la religion : "Avec Nietzsche, il la considère comme une hygiène morale et mentale, comme une thérapeutique de l'âme. Ce rôle est dorénavant dévolu à l'irreligion. Mais on devra, cependant, revoir les anciennes méthodes curatives".

 

DEHERME Georges, "La synergie sociale, par Henri Mazel", {Les livres qui font penser}, in Coopération des idées, n˚7, août 1896, p. 83.

L'humanité n'est pas un théâtre pour les héros, et surtout pas pour les "surhommes" dont "l'épilepsie sanguinaire s'étiquette héroïsme".

 

DEHERME Georges, in Coopération des idées, juin 1899, p. 75.

Cite Nietzsche contre Maurras et contre l'Empire allemand.

 

DEHERME Georges, "Frédéric Nietzsche, par Eugène de Roberty", in Coopération des idées, octobre 1902, p. 87-91.

Remarque : "Voilà un Nietzsche inaccoutumé". Cite de longs extraits qui forment une "partie mal comprise de la sociologie nietzschéenne" et révèlent un Nietzsche démocratique et révolutionnaire.

 

DEHERME Georges, "Réflexions sur Nietzsche, par Paul-Louis Garnier", in Coopération des idées, novembre 1902, p. 155.

Préfère "l'individualisme héroïque" de Nietzsche au "fumeux panthéisme moniste" de l'auteur.

 

DEHERME Georges, « La morale de Nietzsche, de Pierre Lasserre », in Coopération des idées, janvier 1903, p. 220-222.

Au sujet de la controverse qui oppose Lasserre et Roberty, remarque : « Ni M. P. Lasserre, ni M. de Roberty ne nous trompent, d'ailleurs. On peut trouver ce qu'ils disent dans les aphorismes nietzschéens, et d'autres choses. ».

 

 


Moteur de recherche:

Valentine de Saint-Point et Nietzsche

 

 

 

Nietzsche et Zola

(Jean-Pierre Dumont, septembre 2019)

 

Que pensait Emile Zola de Nietzsche? de Wagner? lire

 

"Nietzsche wirkt in die populäre Breite, und man muss in die Breite gehen" (Andreas Urs Sommer, Nietzsche und die Folgen, 2017)

 

"Viele neue Nietzsches sollen zutage treten? - Ein paar wenige würden genügen..." (Reto Winteler, Friedrich Nietzsche, der erste tragische Philosoph, eine Entdeckung, Basel Schwabe Verlag, 2014)

Laure Verbaere

Nietzsche et l'agrégation de philosophie (avril 2019) lire

OUTIL: Nietzsche et les philosophes français: traces empiriques et paroles 1889-1903 lire

Les éditions de Zarathoustra de 1920 à 1935 voir

et de 1935 à 1950 voir

Dominique de Gaultier de Laguionie, petit-neveu du philosophe français Jules de Gaultier (1858-1942) met à disposition les archives dont il dispose. voir

Jules de Gaultier et Nietzsche

Don Longo:

Les pèlerins à Sils-Maria voir

" (...) [l]es philosophes de profession [...] oublient que Nietzsche ne promulgue pas un catéchisme nouveau mais nous invite à créer nous- même le système des valeurs auquel nous voulons dévouer notre vie. Dosons en nous la quantité de dionysisme et de christianisme mystique qui va nous inspirer. Il y aura autant de solutions qu'il y aura d'individus et c'est de leur collaboration que naîtra la vie nouvelle." (Charles Andler, 1932)

Becoming a Destiny: The Nietzsche Vogue in French intellectual Life, 1891-1918 (Christopher E. Forth, Dissertation, State University of New York, Buffalo, 1994)

Traces orales

Nietzsche « n'est pas allé assez loin dans le sens de sa propre doctrine ; il n'a pas été assez nietzschéen. (…) Nietzsche n'a pas encore un sens suffisant de la relativité : il est encore trop systématique. » (Frédéric RAUH, extrait de cours à la Sorbonne, 1904)

 

"Chaque doctrine nouvelle présente certaines arêtes et extrémités outrancières autour desquelles la curiosité frivole de la multitude voltige hâtivement mais ce n'est pas l'exactitude ou la fausseté de quelques points particuliers, ce sont l'étendue et la profondeur de la création qui doivent retenir notre attention. Je ne me suis jamais demandé si les théories nietzschéennes du «surhomme » ou de l'« éternel retour » sont justes ou non: et qui se le demanderait encore, en dehors de quelques ratiocineurs et éplucheurs de livres ? Une grande œuvre ne nous intéresse toujours que par ce double côté: l'homme créateur et l'action créatrice." (Stefan Zweig, L'Humanité, 21 mai 1926)

Comoedia, 28 mars 1914
Comoedia, 28 mars 1914

Le Rire, 10 décembre 1910