Charles Maurras (1868-1952)


Journaliste, essayiste, homme politique et poète français. Académicien, il est le théoricien du nationalisme intégral.

Il signe souvent "Criton".

Prolifique, Charles Maurras laisse de nombreuses évocations de Nietzsche, accessibles sur Textes et œuvres de Charles Maurras (incomplet).



MAURRAS Charles, "La Vie intellectuelle", in La Cocarde, 7 mars 1895, p. 2.

Insiste: "Mais ces premiers français [Jules Soury, Louis Ménard] ne nous ont point seuls retenus. Nationalistes, nous avions le pouvoir d’être internationaux; nous en avons eu la passion. Justement en raison du mépris que nous inspirait à Paris le Métèque arrogant et vil, nous nous appliquions à relever ce qui paraissait d’éminent parmi les races étrangères et, par exemple, nous avons suivi d’assez près le développement de Frédéric Niestzche.

Mais toute récapitulation serait vaine. Il y a dans nos cent cinquante feuilletons une assez curieuse abondance de faits, d’idées, qui allongerait bien hors de propos cette conclusion hâtive. Je ne veux que remercier ceux chez qui nous avons appris ces faits et recueilli ces belles idées, qu'ils aient été collaborateurs conscients de notre Cocarde ou que nous les ayons fait pénétrer par la force brutale et à coup de ciseaux..."

Passage repris par Henri Clouard dans "La "Cocarde" de Barrès", in Revue critique des idées et des livres, 10 janvier 1910, p. 332-358, p. 354.

 

MAURRAS Charles, Le chemin de paradis. Mythes et fabliaux, Paris, Calmann-Lévy, 1895.

Contient "Les Serviteurs", publié dans la Revue bleue en 1892 et une note à son sujet dans laquelle Charles Maurras évoque sa connaissance de Nietzsche.

Cette note figure aussi dans une réédition en 1921.

 

MAURRAS Charles, Enquête sur la monarchie, Paris, Nouvelle librairie nationale, 1900.

Dans la deuxième édition publiée en 1909, cf. "Lettre de M. Hugues Rebell" (p. 148-150).

 

MAURRAS Charles, « Le tien et le mien dans Nietzsche », in Gazette de France, 19 janvier 1903, p. 1.

Compte-rendu du livre de Pierre Lasserre, La morale de Nietzsche.

Cet article sera repris dans Quand les Français ne s'aimaient pas. Chronique d'une renaissance, 1895-1905, 1ère édition en 1916, nouvelle éditions, Versailles, 1928, p. 111-122  ; il figure également dans le Dictionnaire politique et Critique, fascicule 12, p. 186-191.

 

CRITON, "Nietzsche et Barrès", in L'Action française, 23 avril 1908, p. 3.

A propos de l'article de Léon Delfour sur le analogies et les différences entre Nietzsche et Maurice Barrès.

Pas convaincu par les analogies mais sensible à l'analyse des différences, Charles Maurras cite un extrait et conclut:

"Ceux de nos amis qui sont restés nietzschéens trouveront M. l'abbé Delfour un peu rude. Mais l'emphase tudesque a besoin d'être rudoyée. II faut appeler bienfaiteur quiconque diminue le fardeau d'impertinence et d'hébétement que représente la vogue de Nietzsche dans un certain monde français."

 

CRITON, "Nietzsche", in L'Action française, 12 février 1909, p. 3.

Article de Charles Maurras.

 

CRITON, "Une brochure catholique contre l'Action Française", in L'Action Française, 17 décembre 1910, p. 5.

 

Précisions et protestation à propos de Jules PierreAvec Nietzsche à l'assaut du christianisme.

 

MAURRAS Charles, L'Action française et la religion catholique : les éléments d'une imposture, agressions libérales, démocratiques, sillonistes : les maîtres de l'Action française, l'Action française et la morale, Paris, Nouvelle librairie nationale, 1913.

En réaction au livre de Jules Pierre, Avec Nietzsche à l'assaut du christianisme, long démenti quant à l'influence des idées de Nietzsche sur l'Action française (p. 115-120)

 

MAURRAS Charles, Quand les Français ne s'aiment pas, Paris, Nouvelle librairie nationale, 1916.

Nietzsche (p. 107-108 et 126-138).

 

MAURRAS Charles, Le chemin de paradis, Paris, Flammarion, 1927.

Réédition revue.

 

MAURRAS Charles, Dictionnaire politique et critique, Paris, Fayard, 1932.

Texte établi par Pierre Chardon. Sur Nietzsche, voir le tome 3, fasc. 12 (p. 183-191).

 

MAURRAS Charles, Enquête sur la monarchie, Paris, Fayard, 1937.

Réédition.

 

MAURRAS Charles, Dictionnaire politique et critique, Paris, Cahiers Ch. Maurras, 1960.

Texte établi par Jean Pélissier. Sur Nietzsche, voir le fascicule 17.