Léon Daudet (1867-1942)

Léon Daudet a fait des études médicales avant de se tourner vers les lettres. Journaliste au Figaro, au Gaulois, au Soleil, à la Libre Parole où il a secondé Drumont dans sa campagne antisémite. En 1897, il devient membre de l'Académie Goncourt. Il adhère au nationalisme intégral de Charles Maurras et participe avec à la fondation de l'Action française quotidienne en 1907. Il est l'auteur de plus de soixante-dix volumes d’œuvres diverses. Il évoque Nietzsche dans ses souvenirs : cf. Léon Daudet, Souvenirs des milieux littéraires, politiques, artistiques et médicaux, Paris, Nouvelle librairie nationale, 1920, notamment p. 425.

En juin 1933, il raconte: "J'avais vingt ans quand un ami me rapporta, d'Allemagne, les brochures bleues qui composaient l'antiévangile allégorique du surhomme. Je lus cela avec beaucoup d'intérêt, puis me procurai par la suite, dès leur apparition, toutes les œuvres du nouveau prophète" (Candide, 8 juin 1933, p. 4)


DAUDET Léon, "Frédéric Masson: Napoléon et les femmes", {Quinzaine littéraire}, in Nouvelle revue, tome 85, décembre 1893, p. 625-628.

Evoque le sur-homme de Nietzsche (p . 626).

 

DAUDET Léon, « M. Nordau : Dégénérescence », {Quinzaine littéraire}, in Nouvelle Revue, tome 88, juin 1894, p. 625-628.

Critique : « Ses analyses des pièces d’Ibsen, des poèmes de Wagner et du Zarathustra de Nietzsche sont incompréhensibles par sa faute et non par celle des auteurs qu’il cite » (p. 627)

 

DAUDET Léon, "Enquête sur l'influence allemande. M. Léon Daudet", in Mercure de France, tome 44, n˚155, novembre 1902, p. 311-312. [14]

"Il semble que le génie germanique, si ardent et si impétueux quand il se manifeste en un Wagner, un Nietzsche, un Virchow, lutte et peine dans les intervalles contre une gangue de pédantisme, de suffisance, de satisfaction à bon marché qui n'a pas sa pareille en Europe" (p. 311).

 

DAUDET Léon, "Hors du joug allemand. Mesures d'après-guerre", in Le Correspondant, 86ème année, 25 décembre 1914, p. 785-816.

 

DAUDET Léon, Hors du joug allemand. Mesures d'après-guerre, Paris, Nouvelle Librairie Nationale, 1915.

In-16, 59 pages.

Contient: "Nietzsche et le nietzschéisme" (p. 93-108) et des allusions.

Aussi dans Contre l'esprit allemand, Mesures d'après-guerre, Paris, Bloud et Gay, 1915.

 

DAUDET Léon, Contre l'esprit allemand. De Kant à Krupp, Paris, Bloud et Gay, Pages actuelles 1914-1915, n°7, p. 3-64.

Allusions à Nietzsche.

 

DAUDET Léon, L'hérédo, Paris, Nouvelle librairie nationale, 1916.

 

DAUDET Léon, Les horreurs de la guerre, Paris, Grasset, 1928.

Voir "un philosophe de combat: Nietzsche" (p. 243-256).

 

DAUDET Léon, "L'effondrement de Nietzsche", in Candide, 16 avril 1931, p. 4.

 

DAUDET Léon, L'entre-deux-guerre, Paris, Grasset, 1932.

Voir Nietzsche (p. 165-167).

 

DAUDET Léon, "Nietzsche, par Th. Maulnier", in Candide, 8 juin 1933, p. 4.

 

DAUDET Léon, "De Nietzsche à Hitler", in Revue universelle, 1er avril 1936, p. 90-91.

 

 

 

 


Moteur de recherche:

Valentine de Saint-Point et Nietzsche

"Le Sang de Nietzsche" testament d'Arnaud Dandieu. Edition commentée par Christian Roy (2015/2020) 

 

 

Nietzsche et Zola

(Jean-Pierre Dumont, septembre 2019)

 

Que pensait Emile Zola de Nietzsche? de Wagner? lire

 

"Nietzsche wirkt in die populäre Breite, und man muss in die Breite gehen" (Andreas Urs Sommer, Nietzsche und die Folgen, 2017)

 

"Viele neue Nietzsches sollen zutage treten? - Ein paar wenige würden genügen..." (Reto Winteler, Friedrich Nietzsche, der erste tragische Philosoph, eine Entdeckung, Basel Schwabe Verlag, 2014)

Laure Verbaere

Nietzsche et l'agrégation de philosophie (avril 2019) lire

OUTIL: Nietzsche et les philosophes français: traces empiriques et paroles 1889-1903 lire

Les éditions de Zarathoustra de 1920 à 1935 voir

et de 1935 à 1950 voir

Dominique de Gaultier de Laguionie, petit-neveu du philosophe français Jules de Gaultier (1858-1942) met à disposition les archives dont il dispose. voir

Jules de Gaultier et Nietzsche

Don Longo:

Les pèlerins à Sils-Maria voir

" (...) [l]es philosophes de profession [...] oublient que Nietzsche ne promulgue pas un catéchisme nouveau mais nous invite à créer nous- même le système des valeurs auquel nous voulons dévouer notre vie. Dosons en nous la quantité de dionysisme et de christianisme mystique qui va nous inspirer. Il y aura autant de solutions qu'il y aura d'individus et c'est de leur collaboration que naîtra la vie nouvelle." (Charles Andler, 1932)

Becoming a Destiny: The Nietzsche Vogue in French intellectual Life, 1891-1918 (Christopher E. Forth, Dissertation, State University of New York, Buffalo, 1994)

Traces orales

Nietzsche « n'est pas allé assez loin dans le sens de sa propre doctrine ; il n'a pas été assez nietzschéen. (…) Nietzsche n'a pas encore un sens suffisant de la relativité : il est encore trop systématique. » (Frédéric RAUH, extrait de cours à la Sorbonne, 1904)

 

"Chaque doctrine nouvelle présente certaines arêtes et extrémités outrancières autour desquelles la curiosité frivole de la multitude voltige hâtivement mais ce n'est pas l'exactitude ou la fausseté de quelques points particuliers, ce sont l'étendue et la profondeur de la création qui doivent retenir notre attention. Je ne me suis jamais demandé si les théories nietzschéennes du «surhomme » ou de l'« éternel retour » sont justes ou non: et qui se le demanderait encore, en dehors de quelques ratiocineurs et éplucheurs de livres ? Une grande œuvre ne nous intéresse toujours que par ce double côté: l'homme créateur et l'action créatrice." (Stefan Zweig, L'Humanité, 21 mai 1926)

Comoedia, 28 mars 1914
Comoedia, 28 mars 1914

Le Rire, 10 décembre 1910