Théodore Ruyssen (1868-1967)


Militant pacifiste, Théodore Ruyssen est agrégé de philosophie. Il enseigne d'abord à La Rochelle puis à l'Université de Bordeaux.

 

Voir aussi Traces orales/cours


RUYSSEN Théodore, "L'enseignement de la philosophie en Allemagne", in Revue internationale de l'enseignement, t. XXVII, avril 1894, p. 297-319.

Note que le niveau moyen de l'enseignement philosohique allemand "s'est notablement déprimé depuis un demi-siècle. Entre le grand public et les professeurs de philosophie la circulation des idées a cessé d'être active et efficace. Les dernières statistiques accusent une diminution appréciable et régulière du nombre des étudiants en philosophie. La recherche originale s'est retirée du cours public dans la conférence privée, puis de celle-ci dans les livres. Il est remarquable que les deux seuls philosophes qui, à l'heure présente, jouissent d'une véritable popularité, de Hartmann et Nietzsche, ont acquis leur réputation en dehors des Universités. Hartmann n'a jamais enseigné et Nietzsche était professeur de philologie et jamais n'a laissé entendre du haut de sa chaire aucun des brillants paradoxes qui ont soulevé en Allemagne tant d'applaudissements et de colères" (p. 316)

 

RUYSSEN Th., "La morale dans la philosophie allemande contemporaine. MM. de Hartmann, Wundt et Paulsen", [Etudes critiques}, in Revue de métaphysique et de morale, 1895, p. 211-230.

Parmi les études qui servent à l'étude, cite Nietzsche, Zur Genealogie der moral (p. 213).

 

RUYSSEN Théodore, Essai sur l'évolution psychologique du jugement, Paris, Alcan, 1904.

Evoque les idées de Nietzsche "le plus individualiste des chercheurs"

 

 ***

 

 

RUYSSEN Th., "Nietzsche contre la guerre et l'antisémitisme", in La Paix par le droit, octobre 1938, p. 364-365.