Lire la notice biographique dans Le Maitron.

 

Conférences

Jean Jaurès (1859-1914)

"Jaurès a terminé la série de ses conférences sur Nietzsche devant un public enthousiaste qui n'a pas cessé de lui témoigner son admiration par des applaudissements frénétiques. (…)

- Nous voulons, s'écrie Jaurès, la force de l'individu conscient, et c'est toute l'humanité qui sera le surhomme.

Je ne saurais dire de quelles acclamations fut suivie cette merveilleuse conférence, mais je puis affirmer que bien des gens, ici, qui avaient vu jusqu'alors dans le socialisme je ne sais quelle poussée de désorganisation, vont, après le lumineux exposé de réorganisation sociale qu'a fait Jaurès, se joindre au puissant effort en marche vers un idéal de justice et de vérité." (Robert Haas, "Jaurès à Genève", in La Petite République 26 février 1902)


JAURES Jean, "Esthétisme et socialisme", in Le Matin, 21 octobre 1896.

Prend la défense de Nietzsche contre les attaques de Bernard Lazare.

 

JAURES Jean, "Conférence de M. Jaurès", in Le Journal, n°4665, 9 juillet 1905, p. 5.

Texte d'un discours sur "L'idée de la paix et la solidarité prolétarienne" qui devait être prononcé à Berlin le 9 juillet 1905 mais qui a été interdit par le Chancelier d'Empire, le prince de Bülow. Le discours a finalement été prononcé à Paris.

Evoque Nietzsche: "Quand Nietzsche fait appel, pour diversifier le monde et pour relever l'homme, à une aristocratie nouvelle, il oublie de se demander sur quelle base économiques s'appuierait, dans le monde transformé, cette aristocratie de privilège et de proie. Mais enfin ce n'est pas dans l'enceinte de nationalités exclusives et jalouses qu'il prévoit le large développement des individualités humaines. il affirmé sans cesse que l'homme nouveau doit être avant tout « un bon Européen » que l'Europe va vers l'unité, et qu'il faut qu'elle y aille. Mais comment Nietzsche lui-même pourrait-il nier que c'est l'action du prolétariat social qui est dès maintenant, et qui sera de plus en plus la force décisive d'unification de l'Europe et du monde?"

 

JAURES Jean, "La paix et le socialisme", in L'Humanité, 9 juillet 1905, p. 1-2.

Discours qui devait être prononcé à Berlin le 9 juillet 1905 mais qui a été interdit par le Chancelier d'Empire, le prince de Bülow. Le discours a finalement été prononcé à Paris.

Evoque Nietzsche: "Quand Nietzsche fait appel, pour diversifier le monde et pour relever l'homme, à une aristocratie nouvelle, il oublie de se demander sur quelle base économiques s'appuierait, dans le monde transformé, cette aristocratie de privilège et de proie. Mais enfin ce n'est pas dans l'enceinte de nationalités exclusives et jalouses qu'il prévoit le large développement des individualités humaines. il affirmé sans cesse que l'homme nouveau doit être avant tout « un bon Européen » que l'Europe va vers l'unité, et qu'il faut qu'elle y aille. Mais comment Nietzsche lui-même pourrait-il nier que c'est l'action du prolétariat social qui est dès maintenant, et qui sera de plus en plus la force décisive d'unification de l'Europe et du monde?"

 

Novembre 2019

Biennale Nietzscheana

Nietzsche et la France. La France et Nietzsche

 

NOUVEAU:

 

Nietzsche et Zola

(Jean-Pierre Dumont, septembre 2019)

 

Que pensait Emile Zola de Nietzsche? de Wagner? lire

 

"Nietzsche wirkt in die populäre Breite, und man muss in die Breite gehen" (Andreas Urs Sommer, Nietzsche und die Folgen, 2017)

NOUVEAU

Laure Verbaere

Nietzsche et l'agrégation de philosophie (avril 2019) lire

OUTIL: Nietzsche et les philosophes français: traces empiriques et paroles 1889-1903 lire

Les éditions de Zarathoustra de 1920 à 1935 voir

et de 1935 à 1950 voir

 

Nouvelle trace inédite

Lettre d'Eric Blondel à Don Longo lire

  

Dominique de Gaultier de Laguionie, petit-neveu du philosophe français Jules de Gaultier (1858-1942) met à disposition les archives dont il dispose. voir

Jules de Gaultier et Nietzsche

Don Longo:

Les pèlerins à Sils-Maria voir

 

Alan Schrift:

“Le nietzschéisme comme épistémologie”, extrait de Patrice Maniglier (dir.), Le Moment philosophique des années 1960 en France (PUF, 2011) lire

 

Alan Schrift:

French Nietzscheanism lire

 

Nouveaux outils

The Nietzsche Canon: a publication history and bibliography (William Schaberg) lire

 

"Viele neue Nietzsches sollen zutage treten? - Ein paar wenige würden genügen..." (Reto Winteler, Friedrich Nietzsche, der erste tragische Philosoph, eine Entdeckung, Basel Schwabe Verlag, 2014)

" (...) [l]es philosophes de profession [...] oublient que Nietzsche ne promulgue pas un catéchisme nouveau mais nous invite à créer nous- même le système des valeurs auquel nous voulons dévouer notre vie. Dosons en nous la quantité de dionysisme et de christianisme mystique qui va nous inspirer. Il y aura autant de solutions qu'il y aura d'individus et c'est de leur collaboration que naîtra la vie nouvelle." (Charles Andler, 1932)

Becoming a Destiny: The Nietzsche Vogue in French intellectual Life, 1891-1918 (Christopher E. Forth, Dissertation, State University of New York, Buffalo, 1994)

Traces orales

Nietzsche « n'est pas allé assez loin dans le sens de sa propre doctrine ; il n'a pas été assez nietzschéen. L'attitude où il veut qu'on se place est bien celle qui convient ; mais nous ne pouvons pas dire d'avance qu'on doive, en s'y plaçant, aboutir à l'exaltation de l'individu plutôt qu'à son absorption dans la société : cela dépend des cas et des moments. Nietzsche n'a pas encore un sens suffisant de la relativité : il est encore trop systématique. » (Frédéric RAUH, extrait de cours à la Sorbonne, 1904)

 

"Chaque doctrine nouvelle présente certaines arêtes et extrémités outrancières autour desquelles la curiosité frivole de la multitude voltige hâtivement mais ce n'est pas l'exactitude ou la fausseté de quelques points particuliers, ce sont l'étendue et la profondeur de la création qui doivent retenir notre attention. Je ne me suis jamais demandé si les théories nietzschéennes du «surhomme » ou de l'« éternel retour » sont justes ou non: et qui se le demanderait encore, en dehors de quelques ratiocineurs et éplucheurs de livres ? Une grande œuvre ne nous intéresse toujours que par ce double côté: l'homme créateur et l'action créatrice." (Stefan Zweig, L'Humanité, 21 mai 1926)

Comoedia, 28 mars 1914
Comoedia, 28 mars 1914

Le Rire, 10 décembre 1910