René Doumic (1860-1937)

Premier de sa promotion à l’École Normale Supérieure en 1879, René Doumic est également premier à l’agrégation de lettres. De 1883 à 1897, il est professeur de rhétorique au collège Stanislas et donne aussi un cours de littérature à l’Alliance française.

Parallèlement , il fait une brillante carrière dans le journalisme. Critique littéraire dans de nombreux journaux (Le Journal des Débats, Le Gaulois, La Revue bleue, Le Correspondant, Lectures pour tous, La Revue des deux mondes). De 1916 à 1937, il dirige la Revue des Deux Mondes.

En 1909, il est élu à l'Académie française.


DOUMIC René, Les jeunes : études et portraits, Paris, Perrin et Cie, 1896.

 

DOUMIC René, "Le bilan d'une génération", {Revue littéraire}, in Revue des Deux Mondes, tome 157, 15 janvier 1900, p. 434-445.

A propos de l'invasion des littératures étrangères, Doumic décrit l'intolérance des "tolstoïsants", des "ibséniens", des "nietzschéens" : " (...) ce sont toujours les mêmes. (...) Ils apprennent le dilettantisme chez Amiel, le nihilisme chez Tourguéniew, l'évangélisme chez Tolstoï, l'individualisme chez Ibsen, et la philosophie du sur-homme chez Nietzsche" (p. 441).

 

DOUMIC René, "Le cosmopolitisme littéraire en 1900", in Revue bleue, tome 13, n˚10, 10 mars 1900, p. 289-295.

Texte d'une conférence faite le 20 février pour la Société des Conférences. Doumic passe en revue les "invasions" littéraires successives : "la dernière en date de ces importations étrangères, ç'a été une importation allemande, celle de la philosophie de Nietzsche" (p. 290). Le cosmopolitisme littéraire est une mode : le snob cite "Ainsi parla Zarathustra" (p. 292). Analyse les conséquences sociales du cosmopolitisme et plus particulièrement les incidences morales de la philosophie de Nietzsche (p. 294).

 

DOUMIC René, « Romans de femmes », {Revue littéraire}, in Revue des Deux Mondes, tome 33, 15 mai 1906, p. 447-458.

A propos de la publication récente des romans de Marcelle Tynaire, Gérard d'Houville et de la Comtesse Mathieu de Noailles. Remarque que ces romans sont « tout imprégnés de l'atmosphère où ils furent conçus. Ils nous renseignent sur certains états d'esprit, et se trouvent, sans y avoir tâché, avoir une valeur de documens. Combien sont précieux, à ce point de vue, les romans de la comtesse de Noailles! Vivant dans un monde qui est précisément celui où les nouvelles modes intellectuelles sont tout de suite adoptées et exagérées, elle excelle à en reproduire la physionomie. » Précise : « Elles avaient à peine commencé de tolstoïser, qu'il leur fallait devenir ibséniennes ou nietzschéennes. (...) On devine quel chaos toutes ces doctrines disparates peuvent faire dans des cerveaux mal préparés pour les accueillir. Quelle incohérence! Quel fatras! Quelle prétention! Telles qui eussent été de délicieuses perruches se métamorphosent en d'insupportables pédantes. » (p. 449)

 

 

DOUMIC René, « Le théâtre déliquescent », {Revue dramatique}, in Revue des Deux Mondes, tome 36, 15 décembre 1906, p. 912-922.

A propos de la pièce de Paul Adam, Les Mouettes (p. 912-917). Résume l'intrigue et présente le personnage de Chambalot comme un « butor » qui « s'étale avec impudence dans son cynisme de malotru : il parle fort, fait taire les gens, fume devant les dames, se sert le premier à table et commet toutes les incongruités qui concernent son état. » Remarque que sa « goujaterie s'autorise des plus récentes hypothèses mise en circulation par la philosophie et la science » et en conclut que Chambalot est « darwinien et nietzschéen. » (p. 914)

 

------------

 en cours

------------

 

DOUMIC René, "Le retour à la culture française", {Revue littéraire}, in Revue des Deux Mondes, tome 24, 15 novembre 1914, p. 317-328.

Pour appuyer l'idée de que la culture française et allemande sont "deux ennemies", cite des extraits du livre d'Agathon (L'esprit de la Nouvelle Sorbonne) sur Nietzsche (p. 326).

 

DOUMIC René, La défense de l'esprit français, Paris, Bloud et Gay, 1915.

Allusions à Nietzsche.

 

 


Novembre 2019

Biennale Nietzscheana

Nietzsche et la France. La France et Nietzsche

 

NOUVEAU:

 

Nietzsche et Zola

(Jean-Pierre Dumont, septembre 2019)

 

Que pensait Emile Zola de Nietzsche? de Wagner? lire

 

"Nietzsche wirkt in die populäre Breite, und man muss in die Breite gehen" (Andreas Urs Sommer, Nietzsche und die Folgen, 2017)

NOUVEAU

Laure Verbaere

Nietzsche et l'agrégation de philosophie (avril 2019) lire

OUTIL: Nietzsche et les philosophes français: traces empiriques et paroles 1889-1903 lire

Les éditions de Zarathoustra de 1920 à 1935 voir

et de 1935 à 1950 voir

 

Nouvelle trace inédite

Lettre d'Eric Blondel à Don Longo lire

  

Dominique de Gaultier de Laguionie, petit-neveu du philosophe français Jules de Gaultier (1858-1942) met à disposition les archives dont il dispose. voir

Jules de Gaultier et Nietzsche

Don Longo:

Les pèlerins à Sils-Maria voir

 

Alan Schrift:

“Le nietzschéisme comme épistémologie”, extrait de Patrice Maniglier (dir.), Le Moment philosophique des années 1960 en France (PUF, 2011) lire

 

Alan Schrift:

French Nietzscheanism lire

 

Nouveaux outils

The Nietzsche Canon: a publication history and bibliography (William Schaberg) lire

 

"Viele neue Nietzsches sollen zutage treten? - Ein paar wenige würden genügen..." (Reto Winteler, Friedrich Nietzsche, der erste tragische Philosoph, eine Entdeckung, Basel Schwabe Verlag, 2014)

" (...) [l]es philosophes de profession [...] oublient que Nietzsche ne promulgue pas un catéchisme nouveau mais nous invite à créer nous- même le système des valeurs auquel nous voulons dévouer notre vie. Dosons en nous la quantité de dionysisme et de christianisme mystique qui va nous inspirer. Il y aura autant de solutions qu'il y aura d'individus et c'est de leur collaboration que naîtra la vie nouvelle." (Charles Andler, 1932)

Becoming a Destiny: The Nietzsche Vogue in French intellectual Life, 1891-1918 (Christopher E. Forth, Dissertation, State University of New York, Buffalo, 1994)

Traces orales

Nietzsche « n'est pas allé assez loin dans le sens de sa propre doctrine ; il n'a pas été assez nietzschéen. L'attitude où il veut qu'on se place est bien celle qui convient ; mais nous ne pouvons pas dire d'avance qu'on doive, en s'y plaçant, aboutir à l'exaltation de l'individu plutôt qu'à son absorption dans la société : cela dépend des cas et des moments. Nietzsche n'a pas encore un sens suffisant de la relativité : il est encore trop systématique. » (Frédéric RAUH, extrait de cours à la Sorbonne, 1904)

 

"Chaque doctrine nouvelle présente certaines arêtes et extrémités outrancières autour desquelles la curiosité frivole de la multitude voltige hâtivement mais ce n'est pas l'exactitude ou la fausseté de quelques points particuliers, ce sont l'étendue et la profondeur de la création qui doivent retenir notre attention. Je ne me suis jamais demandé si les théories nietzschéennes du «surhomme » ou de l'« éternel retour » sont justes ou non: et qui se le demanderait encore, en dehors de quelques ratiocineurs et éplucheurs de livres ? Une grande œuvre ne nous intéresse toujours que par ce double côté: l'homme créateur et l'action créatrice." (Stefan Zweig, L'Humanité, 21 mai 1926)

Comoedia, 28 mars 1914
Comoedia, 28 mars 1914

Le Rire, 10 décembre 1910