1897

Ouvrages qui évoquent Nietzsche

BASCH Victor, Le mouvement intellectuel en Allemagne depuis 1870, Rouen, 1897. 

 

BOUVERY J., Le spiritisme et l’anarchie devant la science et la philosophie, Chamuel, Paris, 1897.

Constate et déplore le règne de L’antéchrist de Nietzsche, le triomphe de l’individualisme. « Ah ! Si Nietzsche n’était pas enfermé dans une maison d’aliénés… quelle satisfaction d’orgueil, ce maître de la pensée moderne aurait eue en assistant au triomphe de sa théorie favorite » (p. 213).

 

COPPEE François, Œuvres complètes, tome VI, Paris, Lemerre, 1897.

A propos du dilettante: "Aujourd'hui, à cause de Nietsche, qu'il n'a pas lu , - ni moi non plus, du reste, - le voici "individualiste", en d'autres termes, anarchiste de doctrine." (p. 258)


FERRI Enrico, Les criminels dans l’art et la littérature, Alcan, Paris, 1897.

Traduit de l'italien par Eugène Laurent.

 

MONOD Gabriel,  Portraits et souvenir, Paris, Calmann Lévy, 1897.

Contient quelques pages sur Nietzsche lors de l'évocation du festival de Bayreuth de 1876. Note que "(...) le séjour à Bayreuth fut pour lui l'occasion d'une crise morale" (p. 284). Raconte : "Sans attendre la fin des représentations, malade et troublé, il s'enfuit dans les montagnes. Ceux qui l'ont approché alors, qui ont contemplé ce visage singulier et puissant, aux yeux fulgurants, avec une chevelure de poète et une grosse moustache d'officier de cavalerie, garderont de lui un ineffaçable souvenir" (p. 287).

Au sujet du conflit entre Nietzsche et Wagner, rectifie : "Quelques personnes ont cru que le revirement d'idées [de] Nietzsche (...) était dû à une blessure d'amour propre, parce que Wagner, au milieu de l'agitation de ce mois d'août 1876, n'avait pas montré à son plus éminent disciple tous les égards et toute l'attention que celui-ci attendait. Le divorce entre Nietzsche et Wagner eut des causes plus profondes et plus élevées".

 

MONTESQUIOU Robert, Roseaux Pensants, Fasquelle, Paris, 1897.

Evoque la « Surfemme », l’héroïne du surhomme selon Nietzsche (p. 135).

 

NETTLAU M., Bibliographie de l’anarchie, Bruxelles/Paris, Bibliothèque des temps nouveaux/Stock, 1897.

Avec une préface d’Elisée Reclus.

Raconte que certains écrivains à tendance libertaire ont professé avec ostentation un individualisme soi-disant aristocratique et ont copié Nietzsche. (p. 103)

 

OFNER Dr. Julius, "L'influence du droit positif sur les actes punissables", in Congrès international d'anthropologie criminelle, comptes rendus des travaux de la quatrième session tenue à Genève du 24 au 29 août 1897, Genève, Georg, 1897, p. 50-55.

A propos de la morale, cite Nietzsche (p. 52)

 

ROSSEL Virgile, Histoire des relations littéraires entre la France et l'Allemagne, Paris, Fischbacher, 1897.

 

SAINT-AULAIRE, Anatole Beaupoil de, Lettres de vieillards, études contemporaines, C. Lévy, Paris, 1897.

Contient : Lettre de M. Lamonzie, homme de lettres, ancien professeur de sciences morales au Collège de France à M. Nivercelles, agronome, ancien ministre de l’agriculture et du commerce. Dans cette lettre, l’auteur se désole que les jeunes gens se passionnent pour Nietzsche, « un Prussien fanatique, un monomane dangereux, un véritable fou furieux, interné d’ailleurs en cette qualité dans un hospice d’Iéna. » (p. 127-128)

 

WYZEWA Teodor de, Beethoven et Wagner, Paris, Perrin, 1897.

Contient un passage sur l'amitié entre Nietzsche et Wagner (p. 174-197).

 



EXPOSITION: Übermensch - Friedrich Nietzsche et les conséquences 16 octobre 2019 - 22 mars 2020 voir

 

NOUVEAU:

 

Nietzsche et Zola

(Jean-Pierre Dumont, septembre 2019)

 

Que pensait Emile Zola de Nietzsche? de Wagner? lire

 

"Nietzsche wirkt in die populäre Breite, und man muss in die Breite gehen" (Andreas Urs Sommer, Nietzsche und die Folgen, 2017)

 

"Viele neue Nietzsches sollen zutage treten? - Ein paar wenige würden genügen..." (Reto Winteler, Friedrich Nietzsche, der erste tragische Philosoph, eine Entdeckung, Basel Schwabe Verlag, 2014)

NOUVEAU

Laure Verbaere

Nietzsche et l'agrégation de philosophie (avril 2019) lire

OUTIL: Nietzsche et les philosophes français: traces empiriques et paroles 1889-1903 lire

Les éditions de Zarathoustra de 1920 à 1935 voir

et de 1935 à 1950 voir

 

Nouvelle trace inédite

Lettre d'Eric Blondel à Don Longo lire

  

Dominique de Gaultier de Laguionie, petit-neveu du philosophe français Jules de Gaultier (1858-1942) met à disposition les archives dont il dispose. voir

Jules de Gaultier et Nietzsche

Don Longo:

Les pèlerins à Sils-Maria voir

 

Alan Schrift:

“Le nietzschéisme comme épistémologie”, extrait de Patrice Maniglier (dir.), Le Moment philosophique des années 1960 en France (PUF, 2011) lire

 

Alan Schrift:

French Nietzscheanism lire

The Nietzsche Canon: a publication history and bibliography (William Schaberg) lire

" (...) [l]es philosophes de profession [...] oublient que Nietzsche ne promulgue pas un catéchisme nouveau mais nous invite à créer nous- même le système des valeurs auquel nous voulons dévouer notre vie. Dosons en nous la quantité de dionysisme et de christianisme mystique qui va nous inspirer. Il y aura autant de solutions qu'il y aura d'individus et c'est de leur collaboration que naîtra la vie nouvelle." (Charles Andler, 1932)

Becoming a Destiny: The Nietzsche Vogue in French intellectual Life, 1891-1918 (Christopher E. Forth, Dissertation, State University of New York, Buffalo, 1994)

Traces orales

Nietzsche « n'est pas allé assez loin dans le sens de sa propre doctrine ; il n'a pas été assez nietzschéen. (…) Nietzsche n'a pas encore un sens suffisant de la relativité : il est encore trop systématique. » (Frédéric RAUH, extrait de cours à la Sorbonne, 1904)

 

"Chaque doctrine nouvelle présente certaines arêtes et extrémités outrancières autour desquelles la curiosité frivole de la multitude voltige hâtivement mais ce n'est pas l'exactitude ou la fausseté de quelques points particuliers, ce sont l'étendue et la profondeur de la création qui doivent retenir notre attention. Je ne me suis jamais demandé si les théories nietzschéennes du «surhomme » ou de l'« éternel retour » sont justes ou non: et qui se le demanderait encore, en dehors de quelques ratiocineurs et éplucheurs de livres ? Une grande œuvre ne nous intéresse toujours que par ce double côté: l'homme créateur et l'action créatrice." (Stefan Zweig, L'Humanité, 21 mai 1926)

Comoedia, 28 mars 1914
Comoedia, 28 mars 1914

Le Rire, 10 décembre 1910