Bibliographie inédite des publications françaises sur Nietzsche 1868-1940 (Laure Verbaere et Donato Longo)

 

(en savoir plus)

Yvonne Sarcey (1869-1950)


Philanthrope et femme de lettres française, Madeleine-Yvonne Sarcey est la fille de l'écrivain et critique Francisque Sarcey et de Madeleine Varnier. Elle collabore activement aux Annales politiques et littéraires, périodique dirigé par son père puis par son mari Adolphe Brisson.

Elle signe parfois "La cousine" ou "Cousine Yvonne".

En 1907, elle fonde l'Université des Annales qui organise des conférences gratuites et laïques. Elle lance le Journal de l'université des Annales qui publie le texte des conférences. Après la première guerre mondiale, ce journal devient Conferencia qu'elle dirige pendant plusieurs décennies.

Elle est nommée commandeur de la Légion d'honneur le 21 mars 1934.


SARCEY Yvonne, "A propos de Nietzsche", {Les lettres de la cousine}, in Annales politiques et littéraires, n°1288, 1er mars 1908, p. 210-211.

Au sujet des conférences sur Nietzsche d'Emile Faguet.

 

SARCEY YvonneLa route du bonheur, Paris, Librairie des Annales politiques et littéraires, 1909

7ème édition, 1909

Avec un chapitre sur les conférences d'Emile Faguet sur Nietzsche.

 

SARCEY Yvonne, {Les Lettres de la Cousine}, in Annales politiques et littéraires, n°1430, 20 novembre 1910, p. 504.

Commence: "Je suis très frappée d'un fait que je vais vous dire... Jamais, peut-être, à aucune époque, il ne s'est trouvé tant de femmes

d'esprit, tant de femmes de talent, tant d'intellectuelles..,, ou, si vous trouvez le mot disgracieux, tant d'intelligences. Et, cependant,

je crois que jamais les femmes n'ont mis plus de maladresse à diriger cette barque si fragile : leur vie.

Elles raisonnent sur tout, sauf sur les choses raisonnables; s'il le fallait, elles dirigeraient leur pays, mais le gouvernement de l'office ou

de la cuisine leur est un épouvantail; elles débrouillent sans peine les quintessences de la psychologie de Nietzsche, mais l'âme de l'enfant, du petit enfant qu'elles ont mis au monde, échappe à leur compréhension...

Il semble que la faculté qu'elles ont acquise de s'assimiler les plus rudes problèmes métaphysiques leur enlève cette autre faculté toute simple, toute bonne, de s'adapter aux circonstances plus ou moins obligeantes de leur propre destinée. Elles ont des yeux de lynx pour

l'humanité, et sont chez elles, dans leur propre foyer, de pauvres aveugles".

 

SARCEY Yvonne, {Les Lettres de la Cousine}, in Annales politiques et littéraires, n°1434, 18 décembre 1910, p. 21-22.

Post-scriptum à propos de la conférence de Jules Bois sur "Le Nietzschéisme Féminin et Mme Daniel Lesueur" au Cercle d'Auteuil.

Signale: "M. Jules Bois a fait une conférence, longuement applaudie, sur Daniel Lesueur et le féminisme, tel que son oeuvre le représente. M. Jules Bois, après avoir dit tout le bien qu'il pensait du brillant écrivain, a développé cette idée très goûtée de ce jeune public, qu'il ne faut prendre de Nietzsche que ses admirables leçons d'énergie et garder au coeur l'idéal, la foi d'un au delà qui l'embellisse et le rende meilleur" (p. 22).