1899

Ouvrages qui évoquent Nietzsche

Collectif, Morale sociale, Paris, Alcan, 1899.

Contient le texte d'une conférence d'Alphonse Darlu : "Classification des idées morales du temps présent".

 

CROISET Alfred, Histoire de la literature grecque, Période alexandrine, Paris, E. Thorin, 1899.

Cite un article de Nietzsche dans le Rheinisches Museum. (note 1, p. 820).

 

FIERENS-GEVAERT Hyppolite, La tristesse contemporaine, essai sur les grands courants moraux et intellectuels du XIXe siècle , Paris, Alcan, 1899.

Ibid., 4ème édition, 1903.

Ibid., 5ème édition, 1908.

Nouvelle édition en 1934.

 

GARNIER Paul-Louis, La jeunesse devant la notion, Paris, 1899.

 

LABRIOLA Antonio, Socialisme et philosophie (Lettres à G. Sorel), Giard et Brière, Paris, 1899.

Dans la lettre VII, 16 juin 1897, Labriola écrit : « Les ferments de la pensée, ces ferments qui sont implicites dans les sciences nouvelles ou renouvelées n'indiquaient pas, comme elles n'indiquent pas encore, le développement d'une nouvelle systématique philosophique qui contienne et domaine tout le terrain de l'expérience. Je néglige ces philosophies d'usage et d'invention privées, comme par exemple celles de Nietzsche et de von Hartmann » (p. 120).

 

PRAT Louis (voir RENOUVIER Charles)

 

RENOUVIER Charles et Louis PRAT, La nouvelle monadologie, Paris, A. Colin, 1899.

Sans citer le nom de Nietzsche ni mentionner aucune de ses oeuvres, examine "l'individualisme", "l'optimisme nouveau", la "doctrine" de "l'auteur", la "théorie du surhomme" (p. 445 et suivantes). Selon Charles Renouvier, cette théorie est "la folie des grandeurs érigée en système social. Aussi est-elle l'œuvre d'un fou, ou qui l'est devenu. Le système est cohérent et trouve des disciples, mais l'ordre des idées dans lequel a passionnément travaillé l'auteur, en embrassant avec enthousiasme l'idée du mal à la place de celle du bien, pouvait facilement s'allier avec la prédisposition à l'aliénation mentale. « Les hommes sont si nécessairement fous, a dit Pascal, que ce serait être fou par un autre tour de folie, de ne pas être fou. » Le philosophe optimo-pessimiste a trouvé un nouveau tour de folie qui montre bien à quel jugement se prête encore notre civilisation, et à quelles vues sociales peut se laisser conduire, en la méditant, un de ces penseurs qui se sentent la vocation de répandre dans le monde leur conception de l'idéal de la vie. La dernière solution proposée par le plus récent philosophe original qui ait spéculé sur le problème universel de l'existence est une folie."

 

VACHER DE LAPOUGE Georges, L'Aryen, son rôle social, Paris, Albert Fontemoing, 1899.

Nietzsche dans la littérature

TINAN Jean de, Aimienne ou le détournement de mineure, Paris, Mercure de France, 1899.

Evoque Nietzsche (p. 142).

 

ZOLA Emile, Les quatre évangiles. Fécondité, Fasquelle, Paris, 1899. 

Cite Nietzsche (p. 51)

Le passage avec Nietzsche dans Fécondité paraît dans L'Aurore du 23 mai 1899, p. 2.


Moteur de recherche:

Valentine de Saint-Point et Nietzsche

"Le Sang de Nietzsche" testament d'Arnaud Dandieu. Edition commentée par Christian Roy (2015/2020) 

 

 

Nietzsche et Zola

(Jean-Pierre Dumont, septembre 2019)

 

Que pensait Emile Zola de Nietzsche? de Wagner? lire

 

"Nietzsche wirkt in die populäre Breite, und man muss in die Breite gehen" (Andreas Urs Sommer, Nietzsche und die Folgen, 2017)

 

"Viele neue Nietzsches sollen zutage treten? - Ein paar wenige würden genügen..." (Reto Winteler, Friedrich Nietzsche, der erste tragische Philosoph, eine Entdeckung, Basel Schwabe Verlag, 2014)

Laure Verbaere

Nietzsche et l'agrégation de philosophie (avril 2019) lire

OUTIL: Nietzsche et les philosophes français: traces empiriques et paroles 1889-1903 lire

Les éditions de Zarathoustra de 1920 à 1935 voir

et de 1935 à 1950 voir

Dominique de Gaultier de Laguionie, petit-neveu du philosophe français Jules de Gaultier (1858-1942) met à disposition les archives dont il dispose. voir

Jules de Gaultier et Nietzsche

Don Longo:

Les pèlerins à Sils-Maria voir

" (...) [l]es philosophes de profession [...] oublient que Nietzsche ne promulgue pas un catéchisme nouveau mais nous invite à créer nous- même le système des valeurs auquel nous voulons dévouer notre vie. Dosons en nous la quantité de dionysisme et de christianisme mystique qui va nous inspirer. Il y aura autant de solutions qu'il y aura d'individus et c'est de leur collaboration que naîtra la vie nouvelle." (Charles Andler, 1932)

Becoming a Destiny: The Nietzsche Vogue in French intellectual Life, 1891-1918 (Christopher E. Forth, Dissertation, State University of New York, Buffalo, 1994)

Traces orales

Nietzsche « n'est pas allé assez loin dans le sens de sa propre doctrine ; il n'a pas été assez nietzschéen. (…) Nietzsche n'a pas encore un sens suffisant de la relativité : il est encore trop systématique. » (Frédéric RAUH, extrait de cours à la Sorbonne, 1904)

 

"Chaque doctrine nouvelle présente certaines arêtes et extrémités outrancières autour desquelles la curiosité frivole de la multitude voltige hâtivement mais ce n'est pas l'exactitude ou la fausseté de quelques points particuliers, ce sont l'étendue et la profondeur de la création qui doivent retenir notre attention. Je ne me suis jamais demandé si les théories nietzschéennes du «surhomme » ou de l'« éternel retour » sont justes ou non: et qui se le demanderait encore, en dehors de quelques ratiocineurs et éplucheurs de livres ? Une grande œuvre ne nous intéresse toujours que par ce double côté: l'homme créateur et l'action créatrice." (Stefan Zweig, L'Humanité, 21 mai 1926)

Comoedia, 28 mars 1914
Comoedia, 28 mars 1914

Le Rire, 10 décembre 1910