Bibliographie inédite des publications françaises sur Nietzsche 1868-1940 (Laure Verbaere et Donato Longo)

1868-1910: BIBLIOGRAPHIE ET COMMENTAIRES DE LAURE VERBAERE

 

(en savoir plus)

1901

Ouvrages qui évoquent Nietzsche

ARREAT Lucien, Dix ans de philosophie (1890-1900), Paris, Alcan, 1901, 1 vol. in-16.

Contient quelques pages sur Nietzsche.

 

BESSON Emmanuel, "Séance du mardi soir 12 juin", in Congrès international de la propriété foncière, Paris Imprimerie de P. Dupont, 1901 (p. 451-464).

Conférence sur la dette hypothécaire et le crédit foncier. Fait l'éloge de la situation "dans le pays de Frédéric II, de Goethe et de Nietzsche" (p. 462).

Conférence donnée le 12 juin lors du Congrès international de la propriété foncière qui s'est tenu les 11, 12 et 13 juin 1900 à Paris.

 

FOUILLEE Alfred, Histoire de la philosophie, Paris, Delagrave, 9ème édition, 1901.

Plusieurs évocations de Nietzsche.

L'édition originale publiée en 1875 ne contenait pas le nom de Nietzsche.

 

FOUILLEE Alfred, La réforme de l'enseignement de la philosophie, Paris, A. Colin, 1901.

Note: "Après le culte cousinien du lieu commun, sous le nom de sens commun, nous avons aujourd'hui le culte du paradoxe. Le succès du nietzschéisme en Allemagne et le succès d'un certain «contingentisme» en France nous en paraissent deux éclatants témoignages; nietzschéisme et contingentisme s'accordent d'ailleurs dans la guerre aux principes de la raison, à tout « rationalisme ». Le rationalisme une fois détruit, la question n'est plus que de savoir si on se jettera dans le sein de l'Église ou dans la morale du Surhomme. Des deux côtés, c'est la raison remplacée, abolie, ou par le sentiment ou par le culte de la puissance, Wille zur Macht. Les classes de philosophie ne doivent pas coopérer à ce «décadentisme » intellectuel. Elles sont faites pour enseigner les choses acquises en philosophie, et ces

choses sont nombreuses, malgré les dires des théologiens, qui ont intérêt à faire croire que la raison en peut rien établir de solide." (p. 188-189)

 

FOURNIERE Eugène, Essai sur l'individualisme, Paris, Alcan, 1901, 1 vol. in-12.

Contient quatre pages sur Nietzsche, p. 77sq. 

 

LECLERE Albert, Essai critique sur le droit d’affirmer, Alcan, Paris, 1901.

Evoque « le génie malfaisant qui écrivit Par delà le bien et le mal » (p. 246).

 

MIRBEAU Octave, Les vingt et un jours d'un neurasthénique, Paris, Fasquelle, 1901.

Evoque Nietzsche (p. 14-15)

 

PALANTE Georges, Précis de sociologie, Paris, Alcan, 1901, 1 vol. in-16.

Ibid., 2ème édition, 1903.

 

VALENTIN Louis, Le devoir intellectuel de la femme, Retaux, Paris, E. Vitte, Lyon, Privat, Toulouse, 1901.

Signale les propos contre les femmes de Lessing et ceux pire encore de Schopenhauer et de Nietzsche (p. 15).

Nietzsche dans la poésie

JAMMES Francis, Le deuil des primevères, Paris, Mercure de France, 1901.

Contient le poème « Ils m’ont dit », sur Nietzsche (p. 155-156).

Nouvelle édition en 1920.


dernières mises à jour

 

 

Moteur de recherche:

NOUVEAU:

 

Jean-Pierre DUMONT

Nietzsche et Loti. Et vice versa (2021)

 

 

 Julien Dupré

Nietzsche et les nationalistes français. Réceptions et usages d’une œuvre philosophique (1898 – 1945) lire

 

Renée Thomas

"Nietzsche dans l'enseignement de la philosophie en classe Terminale" (1985)

 

Rahel Wartenweiler

Charles Andler et la politisation de Nietzsche: une analyse de la dimension politique d’un transfert culturel (1890-1933)  lire

 

Projet de recherche

“The work must go on.” An investigation of Charles Andler, Malwida von Meysenbug, and the Nexus of Nietzschean Socialism (1890-1930) (Martine Béland) – CCÉAE (umontreal.ca)

 

La philosophie de  Nietzsche et le mouvement socialiste français (1890-1914)

Don LONGO

 

"Le Sang de Nietzsche" testament d'Arnaud Dandieu. Edition commentée par Christian Roy (2015/2020) 

 

 

Nietzsche et Zola

(Jean-Pierre Dumont, septembre 2019)

 

Que pensait Emile Zola de Nietzsche? de Wagner? lire

 

 

"Nietzsche wirkt in die populäre Breite, und man muss in die Breite gehen" (Andreas Urs Sommer, Nietzsche und die Folgen, 2017)

 

"Viele neue Nietzsches sollen zutage treten? - Ein paar wenige würden genügen..." (Reto Winteler, Friedrich Nietzsche, der erste tragische Philosoph, eine Entdeckung, Basel Schwabe Verlag, 2014)

Laure Verbaere

Nietzsche et l'agrégation de philosophie (avril 2019) lire

OUTIL: Nietzsche et les philosophes français: traces empiriques et paroles 1889-1903 lire

Les éditions de Zarathoustra de 1920 à 1935 voir

et de 1935 à 1950 voir

Dominique de Gaultier de Laguionie, petit-neveu du philosophe français Jules de Gaultier (1858-1942) met à disposition les archives dont il dispose. voir

Jules de Gaultier et Nietzsche

Don Longo:

Les pèlerins à Sils-Maria voir

" (...) [l]es philosophes de profession [...] oublient que Nietzsche ne promulgue pas un catéchisme nouveau mais nous invite à créer nous- même le système des valeurs auquel nous voulons dévouer notre vie. Dosons en nous la quantité de dionysisme et de christianisme mystique qui va nous inspirer. Il y aura autant de solutions qu'il y aura d'individus et c'est de leur collaboration que naîtra la vie nouvelle." (Charles Andler, 1932)

 

Traces orales

Nietzsche « n'est pas allé assez loin dans le sens de sa propre doctrine ; il n'a pas été assez nietzschéen. (…) Nietzsche n'a pas encore un sens suffisant de la relativité : il est encore trop systématique. » (Frédéric RAUH, extrait de cours à la Sorbonne, 1904)

 

 

"Chaque doctrine nouvelle présente certaines arêtes et extrémités outrancières autour desquelles la curiosité frivole de la multitude voltige hâtivement mais ce n'est pas l'exactitude ou la fausseté de quelques points particuliers, ce sont l'étendue et la profondeur de la création qui doivent retenir notre attention. Je ne me suis jamais demandé si les théories nietzschéennes du «surhomme » ou de l'« éternel retour » sont justes ou non: et qui se le demanderait encore, en dehors de quelques ratiocineurs et éplucheurs de livres ? Une grande œuvre ne nous intéresse toujours que par ce double côté: l'homme créateur et l'action créatrice." (Stefan Zweig, L'Humanité, 21 mai 1926)

Le Rire, 10 décembre 1910