« Sa situation vis-à-vis du penseur allemand est celle d’un disciple, mais d’un disciple qui conserve une grande liberté d’esprit, va plus loin que son maître, et se distingue de lui par des qualités toutes personnelles, le goût de l’ordre constructeur et une sagesse qui lui permettent d’ignorer cette fureur combative dont Nietzsche fut toujours animé. » (LOUIS THOMAS, 1908)

Jules de Gaultier (1858-1942)

Jules Achille de Gaultier de Laguionie (connu comme Jules de Gaultier) est né le 2 juin 1858 à Paris et mort en janvier 1942 à Boulogne-sur-Seine. Philosophe français aujourd’hui tombé dans l’oubli, il jouit d’une certaine renommée pendant un temps, surtout pendant la Belle Epoque, dans le monde des lettres et de la pensée. Il fut l’auteur d’une douzaine de livres et de nombreux articles, et collaborateur aux revues les plus prestigieuses de son temps telles que La Revue Blanche, la Revue des Idées, et surtout le Mercure de France dont il écrivit pendants quelques années la chronique philosophique. Il se tint à l’écart de la philosophie officielle, qu’il détestait, et n’exerça jamais de fonction universitaire. Il fut très influencé par des écrivains français (surtout Flaubert) et des philosophes allemands (Kant, Schopenhauer et par Nietzsche auquel il consacra de nombreux ouvrages et articles de revue). Son idée fondamentale fut la notion du « bovarysme », qui lui permet d’examiner les limites de la connaissance et les manières par lesquelles l’homme crée une image faussée et embellie, voire mensongère, de la réalité.  -[Don Longo, 2014]

Voir Alice Gonzi, Jules de Gaultier: la filosofia del bovarismo, Florence, Le Càriti Editore, coll. "Logos", 2008.


GAULTIER Jules de, "Frédéric Nietzsche", in Revue Blanche, tome 17, n˚132, 1er décembre 1898, p. 515-524.

 

GAULTIER Jules de, "De Kant à Nietzsche", in Mercure de France, tome 30, n˚112, avril 1899, p. 52-105.

"Introduction" et "I. L'Instinct vital, Platon, le Judaïsme".

 

GAULTIER Jules de, "De Kant à Nietzsche : L'Instinct de la Connaissance. Kant et l'Hindouisme", in Mercure de France, tome 30, n˚114, juin 1899, p. 664-703.

 

GAULTIER Jules de, "De Kant à Nietzsche : Les Idoles du ciel logique : Vérité", in Mercure de France, tome 31, n˚115, juillet 1899, p. 41-65.

 

GAULTIER Jules de, "De Kant à Nietzsche : Les Idoles du ciel logique : Liberté", in Mercure de France, tome 31, n˚116, août 1899, p. 346-371.

 

GAULTIER Jules de, "De Kant à Nietzsche : La Régression philosophique", in Mercure de France, tome 32, n˚118, octobre 1899, p. 136-174.

 

GAULTIER Jules de, "De Kant à Nietzsche : La Transformation philosophique", in Mercure de France, tome 32, n˚120, décembre 1899, p. 719-748.

 

GAULTIER Jules de, "De Kant à Nietzsche : Frédéric Nietzsche", in Mercure de France, tome 33, n˚121, janvier 1900, p. 76-115.

 

GAULTIER Jules de, "De Kant à Nietzsche : Frédéric Nietzsche (suite)" in Mercure de France, tome 33, n˚122, février 1900, p. 318-352.

 

GAULTIER Jules, "De Kant à Nietzsche : Métaphysiques et Morales du point de vue de la Connaissance", in Mercure de France, tome 33, n˚123, mars 1900, p. 667-686.

 

GAULTIER Jules de, "Le bovarysme des Déracinés", in Mercure de France, tome 35, n˚ 127, juillet 1900, p. 5-30.

Après avoir redéfini le Bovarysme, Gaultier compare la théorie de "groupement national" de Maurice Barrès avec "la belle analyse de Nietzsche", p. 9-10. Analyse plus particulièrement les Déracinés et dresse de nombreux parallèles avec Nietzsche qu'il cite à plusieurs reprises (p. 13-30).

 

GAULTIER Jules, "Frédéric Nietzsche", in L'Illustration, 15 septembre 1900, p. 172.

 

GAULTIER Jules de, De Kant à Nietzsche, Paris, Société du Mercure de France, 1900, 355 pages, vol. in-18.

Réunion des articles publiés dans le Mercure de France en 1899 et 1900.

Ibid., 3ème édition, 1905.

 

GAULTIER Jules, "Le philosophe comme créateur de valeurs", in Flegrea 1, 20 Janvier 1901, p. 137-155.

 

GAULTIER Jules de, "Le sens de la hiérarchie chez Nietzsche", in Revue hebdomadaire, tome 4, 16 mars 1901, p. 509-539.

 

GAULTIER Jules de, « Etat de la philosophie en France », in Flegrea, 20 novembre 1901, p. 345.

 

GAULTIER Jules de, "Enquête sur l'influence allemande. M. Jules de Gaultier", in Mercure de France, tome 44, n˚155, novembre 1902, p. 328-332.

"Un Pascal, qui procède en ceci d'un Montaigne, les barrières religieuses ôtées, professe en morale un nihilisme de même ordre que celui d'un Machiavel, un nihilisme précurseur de celui de Nietzsche qui, à cet égard, accepte aussi pour ancêtre un La Rochefoucauld ou un Montesquieu" (p. 329). Cite Nietzsche pour affirmer la suprématie française : "Nietzsche a nommé la forme française "l'unique forme d'art moderne" (Humain, trop humain). Il n'en voyait d'autre à lui comparer que la grecque. Faut-il rappeler qu'il nous a donné dans Par delà le bien et le mal ce témoignage : "la noblesse européenne, celle du sentiment, du goût, des mœurs, la noblesse enfin dans l'acceptation la plus élevée du mot est l’œuvre et l'invention de la France" (p. 330). Nietzsche constitue "le plus puissant antidote contre le rationalisme à forme théologique instauré par Kant. A ce titre, contre l'influence allemande de Kant, il nous faut accepter l'influence allemande de Nietzsche comme souverainement efficace et bienfaisante" (p. 332). Il conclut : Nietzsche, Schopenhauer, Nietzsche sont "des hommes d'un haut génie dont l’œuvre, largement humaine, est faite pour nous stimuler et conquérir notre admiration" (p. 332).

 

GAULTIER Jules de, "Flaubert et le bovarysme. L'Enfance. -Le Génie. -Le Snobisme" in Revue du nouveau siècle 4, 1902, p. 258-265.

 

 

 

GAULTIER Jules de, Nietzsche et la réforme philosophique, Paris, Société du Mercure de France, 1904, 311 pages, vol. in-18.

 


 

GAULTIER Jules de, « Schopenhauer et Nietzsche », in Revue des idées, volume 1, n˚2, 15 février 1904, p. 135-144.

 

GAULTIER Jules de, « Schopenhauer et Nietzsche », in Revue des idées, volume 1, n˚3, 15 mars 1904, p. 200-212.

Suite et fin.

 

GAULTIER Jules de, « Nietzsche et la pensée française », in Mercure de France, tome 51, n˚177, septembre 1904, p. 577-602.

 

GAULTIER Jules de, « Nietzsche et la croyance idéologique », in Revue des Idées, volume 1, n˚9, 15 septembre 1904, p. 677-694.

 

GAULTIER Jules de, « Frédéric Nietzsche. Par delà le Bien et le Mal, prélude d'une philosophie de l'avenir », {Notes et analyses}, in Revue des idées, volume 1, 1904, p. 384-385.

Compte-rendu de la nouvelle version française de Jenseits von Gut und Böse, cette fois entièrement traduite par Henri Albert.

 

GAULTIER Jules de, « Frédéric Nietzsche. La Volonté de Puissance, essai de transmutation de toutes les valeurs », in Revue des idées 1, 1904, p. 385-387.

 

GAULTIER Jules de, « La métaphysique du spectacle », in Mercure de France, tome 60, n˚209, 1er mars 1906, p. 22-34.

Rappelle la définition et la réflexion autour de la notion de Bovarysme qu'il a exposées dans Nietzsche et la Réforme philosophique, p. 22-23. A propos de l'immoralisme de Nietzsche, se réfère à son De Kant à Nietzsche (p. 28-29).

 

GAULTIER Jules de, L'indépendance de la morale et l'indépendance des mœurs, Paris, Société du Mercure de France, 1907.

 

GAULTIER Jules de, « La dépendance de la morale et l'indépendance des mœurs », in Revue philosophique de la France et de l'étranger, tome 64, n˚10, octobre 1907, p. 337-364.

Exposé inspiré de la pensée de Nietzsche et qui contient des références explicites. Définit la morale en tant que phénomène social, un « instinct du troupeau dans l'individu selon la formule de Nietzsche. » (p. 349) Décrit le parti-pris, « ce roc de fatalité », ce « je suis cela » de Nietzsche. » (p. 362) Parle du « créateur de valeurs de Nietzsche ». (p. 363)

 

--------------

en construction

--------------

GAULTIER Jules, "Le génie de Flaubert", in Mercure de France, tome 100, n°370, 16 novembre 1912, p. 225-260.

Evoque Nietzsche (p. 253 et 260).

 

GAULTIER Jules de, "Nietzsche et la vertu des contraires, in Mercure de France, 1912.

 

GAULTIER Jules de, Entretiens avec ceux d'hier et d'aujourd’hui. Comment naissent les dogme, Paris, Mercure de France, 1912.

Contient: "Nietzsche et la vertu des contraires" (p. 191-234)

 

GAULTIER Jules de, "La guerre et les destinées de l'art", in Le Monde nouveau, août 1920, p. 1898-1912.

Dans cet article de 1920, il poursuivit les réflexions commencées vingt ans auparavant dans son livre De Kant à Nietzsche (Paris, Mercure de France, 1900, rééd. 2006). Il parle longuement de son ouvrage précédent. -[Don Longo, 2014]

 

GAULTIER Jules de, "Nietzsche et sa pensée", in Le Monde nouveau, 15 janvier 1922, p. 203-207.

 

GAULTIER Jules de, "Nietzsche et sa pensée", in Le Monde nouveau, 15 novembre 1922, p. 128-131.

Nietzsches Wirkung auf Frankreich

GAULTIER Jules de, "Introduction à une morale de la force", in Revue philosophique de la France et de l'étranger, tome 95, janvier-juin 1923, p. 348-378.

 

GAULTIER Jules de, La sensibilité métaphysique, Paris, Ed. du Siècle, 1924.

 

GAULTIER Jules de, "Introduction" de Léon Chestov, L'idée de Bien chez Tolstoï et Nietzsche, Paris, Ed. du Siècle, 1925.

Une partie de l'introduction est publiée dans le Mercure de France, 1er mai 1925.

 

 

GAULTIER Jules de, Nietzsche, Paris, Ed. du Siècle, 1926.

 

Dans un compte-rendu d'une réédition, Emile Bréhier mentionne ce qu'on appellerait aujourd'hui l'antisémitisme des propos.

Wirkung Nietzsches auf Frankreich

GAULTIER Jules de, "Léon Chestov: Sur les confins de la vie", in Revue philosophique de la France et de l'étranger, tome 104, novembre-décembre 1927, p. 470-472.

 

GAULTIER Jules de, "De l'éthique à l'esthétique à travers la mystique", in Revue philosophique de la France et de l'étranger, tome 105, mai-juin 1928, p. 385-427.

 

GAULTIER Jules de, La sensibilité métaphysique, Paris, Alcan, 1928.

 

GAULTIER Jules de, "Nietzsche et le retour éternel", in Mercure de France, tome 227, 1er mai 1931, p. 513-549.

Un extrait est publié dans Les Nouvelles littéraires, 23 mai 1931, p. 9.

 

GAULTIER Jules de, "Métamorphose de la conscience morale chez Nietzsche", in Revue philosophique de la France et de l'étranger, tome 116, juillet-décembre 1933, p. 5-27.

 

 

Retour

 

Novembre 2019

Biennale Nietzscheana

Nietzsche et la France. La France et Nietzsche

 

ACTUEL

 

2018-2019

Séminaire de Jacques Le Rider sur la première époque de la réception de Nietzsche en France: jusqu'en 1914 (voir)

NOUVEAU

Dominique de Gaultier de Laguionie, petit-neveu du philosophe français Jules de Gaultier (1858-1942) met à disposition les archives dont il dispose. voir

Les éditions de Zarathoustra de 1920 à 1935 voir

et de 1935 à 1950 voir

Don Longo:

Les pèlerins à Sils-Maria voir

Alan Schrift:

“Le nietzschéisme comme épistémologie”, extrait de Patrice Maniglier (dir.), Le Moment philosophique des années 1960 en France (PUF, 2011) lire

 

Alan Schrift:

French Nietzscheanism lire

 

 

Nouvelles traces inédites

Lettres à Don Longo lire

 

Nouveaux outils

The Nietzsche Canon: a publication history and bibliography (William Schaberg) lire

 

Der Wille zur Macht dans les éditions allemandes des œuvres complètes de Nietzsche de la fin du XIXe siècle à nos jours (Laure Verbaere, 2018) lire

 

Les éditions françaises de La Volonté de puissance de 1903 à 1949 (Laure Verbaere) lire

"Viele neue Nietzsches sollen zutage treten? - Ein paar wenige würden genügen..." (Reto Winteler, Friedrich Nietzsche, der erste tragische Philosoph, eine Entdeckung, Basel Schwabe Verlag, 2014)

" (...) [l]es philosophes de profession [...] oublient que Nietzsche ne promulgue pas un catéchisme nouveau mais nous invite à créer nous- même le système des valeurs auquel nous voulons dévouer notre vie. Dosons en nous la quantité de dionysisme et de christianisme mystique qui va nous inspirer. Il y aura autant de solutions qu'il y aura d'individus et c'est de leur collaboration que naîtra la vie nouvelle." (Charles Andler, 1932)

Becoming a Destiny: The Nietzsche Vogue in French intellectual Life, 1891-1918 (Christopher E. Forth, Dissertation, State University of New York, Buffalo, 1994)

Traces orales

Nietzsche « n'est pas allé assez loin dans le sens de sa propre doctrine ; il n'a pas été assez nietzschéen. L'attitude où il veut qu'on se place est bien celle qui convient ; mais nous ne pouvons pas dire d'avance qu'on doive, en s'y plaçant, aboutir à l'exaltation de l'individu plutôt qu'à son absorption dans la société : cela dépend des cas et des moments. Nietzsche n'a pas encore un sens suffisant de la relativité : il est encore trop systématique. » (Frédéric RAUH, extrait de cours à la Sorbonne, 1904)

 

Nietzsche en France pendant la guerre

Citation

"Chaque doctrine nouvelle présente certaines arêtes et extrémités outrancières autour desquelles la curiosité frivole de la multitude voltige hâtivement mais ce n'est pas l'exactitude ou la fausseté de quelques points particuliers, ce sont l'étendue et la profondeur de la création qui doivent retenir notre attention. Je ne me suis jamais demandé si les théories nietzschéennes du «surhomme » ou de l'« éternel retour » sont justes ou non: et qui se le demanderait encore, en dehors de quelques ratiocineurs et éplucheurs de livres ? Une grande œuvre ne nous intéresse toujours que par ce double côté: l'homme créateur et l'action créatrice." (Stefan Zweig, L'Humanité, 21 mai 1926)

Comoedia, 28 mars 1914
Comoedia, 28 mars 1914

Le Rire, 10 décembre 1910