Paul Souday

Paul Souday (1869-1929)


Paul Souday est journaliste et critique littéraire. En 1891, il a collaboré au Rappel. A partir de 1892, il est attaché au service de l'information du quotidien Le Temps. A partir de 1900, il est critique dramatique à la Revue encyclopédique et à la Revue universelle.

 

Lire les ouvrages qu'il publie autour de 1930: Les livres du temps, Paris, Emile-Paul frères, où il maintient son admiration pour Nietzsche, Goethe, Wagner...



SOUDAY Paul (signé : N, P.), "Humain trop humain de F. Nietzsche", in Le Temps, 4 juin 1900.

Commence par quelques mots sur A. M. Desrousseaux, "un helléniste qui sait à la fois l'allemand et le grec" et signale qu'il a traduit avec une "précision élégante". Sur l'ouvrage même, précise qu'il a été écrit après Richard Wagner à Bayreuth, "panégyrique de l'auteur du Ring" et avant le Cas Wagner, "pamphlet où l'illustre musicien poète est déchiré". Résume : le livre "est placé sous l'invocation de Voltaire et dédié aux "esprits libres", c'est-à-dire affranchis des traditions religieuses et des préjugés démagogiques. Et Nietzsche oppose déjà aux idées anciennes et modernes, aux dieux, aux princes et aux démocrates le culte de l'individu supérieur du "surhomme" considéré comme le seul artisan de la vraie civilisation. Et à cause de cette doctrine il fait figure tantôt de fléau de la sottise tantôt de jongleur de paradoxes tantôt de réactionnaire et tantôt d'anarchiste". Conclut : "En tout cas, Schopenhauer qui passait jadis pour le plus marquant des philosophes risque de perdre son rang car c'est une lecture infiniment piquante, savoureuse et suggestive que celle de ce Nietzsche surtout lorsqu'elle nous est facilitée par un traducteur comme M. Desrousseaux".

 

SOUDAY Paul, {Notes et lectures}, in Le Temps, 16 septembre 1908, p. 3.

A propos des lettres de Nietzsche publiées par Paul Lévy dans La Revue.

Conclut: "Nous, serions bien ingrats de ne pas aimer un peu ce pauvre, étrange et merveilleux Nietzsche, qui a tant aimé l'esprit français".

 

SOUDAY Paul, "Richard Strauss et Nietzsche", {Les Concerts}, in L'Eclair, 24 janvier 1910, p. 2.

 

SOUDAY Paul, "Les livres", in Le Temps, n°19393, 11 août 1914, p. 2.

A propos d'Henri Guilbeaux, Anthologie des lyriques allemands contemporains depuis Nietzsche.

 

SOUDAY Paul, "Un problème historique", in Le Temps, n°19754, 7 août 1915, p. 1.

"Des polémistes ont voulu impliquer les grands Allemands dans le procès de l'Allemagne actuelle, voire les dénoncer, comme les plus coupables, et leur attribuer la principale responsabilité dans les présentes abominations. Luther, Gœthe, Schiller, Kant, Hegel, Wagner, Nietzsche ont été accusés d'être les véritables inventeurs du bochisme, si l'on peut s'exprimer ainsi."

 

SOUDAY Paul, "Les livres", in Le Temps, 19799, 21 septembre 1915, p. 3.

A propos de Maurice Barrès, L'âme française et la guerre. Estime que Barrès est injuste avec Nietzsche.

 

SOUDAY Paul, "Remy de Gourmont", {Les livres}, in Le Temps, n°19844, 5 novembre 1915, p. 3.

A propos de la relation de Gourmont à Nietzsche.

 

SOUDAY Paul, "Wagner et Nietzsche", in Le Temps, 15 novembre 1915, p. 1.

Sur Cosima Wagner et Elisabeth Förster-Nietzsche.

 

SOUDAY Paul, "Malebranche", in Le Temps, n°19973, 13 mars 1916, p. 1.

"Spinoza et à Leibnitz, le premier emploie le latin, le second également le latin, ou notre langue, presque jamais sa langue maternelle tous deux s'expriment aussi nettement que possible, sans qualités proprement littéraires. Mais Kant est terriblement aride et broussailleux; Hegel est décourageant. Presque tous les philosophes allemands sont d'une lecture redoutable, à l'exception de Schopenhauer, qui n'est qu'un philosophe de second rang, et de Nietzsche, qui est surtout un littérateur."

 

SOUDAY Paul, "Pierre Lasserre, Le germanisme et l'esprit humain", {Les livres}, in Le Temps, n°19919, 19 janvier 1916, p. 3.

Note que Lasserre range Nietzsche parmi les bons Allemands européens.

 

SOUDAY Paul, "Les livres", in Le Temps, n°20066, 14 juin 1916, p. 3.

En désaccord avec Barrès qui accuse les admirateurs de Wagner et de Nietzsche d'être de mauvais citoyens.

 

SOUDAY Paul, "Remy de Gourmont. Pendant la guerre...", {Les livres}, in Le Temps, n°20620, 20 décembre 1917, p. 3.

Examine le sort de Nietzsche.

 

SOUDAY Paul, "Une découverte de Pierre Loti", in Le Temps, 20 mai 1918, p. 1.

Raconte comment Pierre Loti a découvert Nietzsche.

 

SOUDAY Paul, "Nietzsche et M. Pierre Lasserre", in Paris-Midi, 24 juin 1921, p. 3. (L.V.)