1893

Articles qui évoquent Nietzsche

PUJO Maurice, "L'Art et la Vie", in L'Art et la Vie. Revue jeune, tome 2, 1er janvier 1893, p. 1-4.

A propos de l'esprit dans lequel fut fondée la Revue jeune, Pujo se souvient : "On connut Tolstoï et les maîtres du roman russe. Les littératures du Nord avec Ibsen, Nietzsche et tant d'autres nous apportaient un souffle d'action, de vie forte, profond et violente même, éveillaient en nous le regret de la puissance, que des stimulations factices n'avaient pu nous donner" (p. 2).

 

ANONYME, {Paris et départements}, in Le Ménestrel, n°2, 8 janvier 1898, p. 14-15.

Evoque une "épidémie de suicide" et note: "on annonce d'Olympia (Etats-Unis) qu'un musicien allemand, élève
de Listz, Frédéric Nietsche, s'est pendu à un arbre. Nous nous rappelons qu'un artiste de ce nom, après avoir publié naguère une apologie enthousiaste de Richard Wagner et de ses théories, a publié depuis une sorte
de confession dans laquelle, au contraire, il traînait aux gémonies celui qu'il avait encensé précédemment et se livrait à une critique impitoyable de son système et de ses oeuvres. Il nous paraît bien que c'est de celui-là qu'il est ici question." (p. 15)

 

ALBERT Henri, {Journaux et revues}, in Mercure de France, tome 7, n˚38, février 1893, p. 186-187.

Cite le nom de Nietzsche apparaît, à côté de celui de Goethe et de Verlaine, dans un extrait traduit de Richard Dehmel, "L'idée de réincarnation dans la littérature contemporaine" publié dans Le Sphinx (p. 187). [2]

 

DUKAS Paul, {Chronique musicale}, in Revue hebdomadaire, tome 10, 11 mars 1893, p. 299-308.

Cite le Cas Wagner (p. 303-304).

 

BARINE Arvède, "Le théâtre cruel en Allemagne. M. Hermann Sudermann", {Hors de France}, in Journal des débats, 2 mai 1893, p. 1-2.

Note que l'héroïne, Magda est "une élève de Nietzsche, le philosophe allemand dont M. Bourdeau entretenait l'autre jour les lecteurs des Débats et qui est en train de devenir populaire dans notre jeunesse lettrée. Magda soutient, comme Nietzsche, qu'il faut tendre
de toutes nos forces, et sans nous laisser arrêter par aucune considération, vers la vie « puissante », la vie intense, car tout est là, et il n'y a point d'autre loi morale." (p. 2)

 

 

ALBERT Henri, "Un manifeste littéraire allemand", in Mercure de France, tome 8, n˚41, mai 1893 (p. 65-69).

Analyse le réveil littéraire de l'Allemagne et le rôle de Nietzsche dans la montée de l'individualisme, Nietzsche : "le grand lyrique subjectif, l'intuitif visionnaire de l'avenir, Nietzsche le libérateur!" (p. 65).

 

SOULLIER E., "Richard Wagner et sa musique", in Etudes religieuses, volume 59, mai 1893, p. 114-130.

A propos du succès de Wagner en Allemagne, remarque : "A peine si là-bas il s'élève une voix discordante. Dernièrement, un auteur allemand, F. Nietzche, a combattu l'engouement de ses compatriotes, mais craignant sans doute de prêcher dans le désert, il a vite fait traduire sa brochure en français. Aura-t-il plus de succès parmi nous? Nous en doutons. Il est obscur comme tout philosophe allemand, et mal traduit, malgré ses prétentions à parler la langue des boulevards de Paris. En outre, il se trompe sur nos sentiments ; ce ne sont pas les œuvres de Wagner qui nous sont antipathiques, c'est sa personne" (p. 114). Cite Nietzsche à l'appui de ses conclusions (p. 126). Estime que Nietzsche fait trop d'honneur à Wagner (p. 128).

 

GANDERAX Louis, {Chronique théâtrale}, in Revue hebdomadaire, tome 13, juin 1893, p. 138-149.

Parle d’un ami qui apprécie depuis un moment déjà la poésie de Nietzsche (p. 138).

 

ALBERT Henri, {Journaux et revues}, in Mercure de France, tome 8, n˚43, juillet 1893, p. 285-286.

Compte-rendu d'un article de Ola Hansson sur Victor Rydberg. Constate qu'Ola Hansson y "prend position vis-à-vis du Socialisme, de l'Industrialisme et de l'Aristocratie intellectuelle et nietzschéenne" (p. 286).

 

SAINT ANTOINE, "Sixième affirmation d'art. Que l'art sera protectionniste ou qu'il ne sera pas!", {Variétés}, in L'Ermitage, 7, juillet 1893, p. 62-63.

Saint Antoine cite les produits exotiques à la mode, dont la "tyranniate de nietzschine", p. 62 ; Nietzsche épargné mais néanmoins cité parmi d'autres écrivains étrangers lorsque Saint Antoine défend l'idée, sinon d'un protectionnisme littéraire, du moins d'une sélection à la frontière (p. 63).

 

THOREL Jean, "Une nouvelle méthode de critique. M. Max Nordau", in Revue bleue, tome 52, n˚7, 12 août 1893, p. 208-214.

Compte-rendu de Max Nordau, Dégénérescence : analyse du chapitre consacré à Nietzsche (p. 212-213). [10]

 

DELINES Michel, "Le wagnérisme (d'après Max Nordau)", {Variétés}, in Gazette de Lausanne, 24 août 1893, p. 3.

Note que Nietzsche, "dans le Cas de Wagner, appelle Wagner "le magnétiseur, l'assembleur de bibelots, le peintre de fresques"."

 

Anonyme, "Une pièce de M. Max Nordau", {Nouvelles de l'étranger}, in Revue bleue, tome 52, n˚11, 9 septembre 1893, p. 354.

"Nietsche" cité avec Ibsen et autres écrivains étrangers attaqués par Nordau.

 

MERKI Charles (signé C. Mr.), {Les livres}, in Mercure de France, tome 9, n˚45, septembre 1893, p. 84-93.

Compte rendu d'Henrik Ibsen, Solness le Constructeur ; Nietzsche est cité parmi d'autres écrivains étrangers lorsque Merki remarque que tous les pères spirituels sont étrangers (p. 84).

 

DAUDET Léon, "Frédéric Masson: Napoléon et les femmes", {Quinzaine littéraire}, in Nouvelle revue, tome 85, décembre 1893, p. 625-628.

Evoque le sur-homme de Nietzsche (p . 626).

 

JEANNINE B., « Sören Kierkegaard », in Nouvelle revue, tome 85, décembre 1893, p. 578-596.

Cite Nietzsche (p. 596)

 

ARREAT Lucien, "Max Nordau. Entartung (Dégénérescence). 2e vol.", {Analyses et comptes rendus}, in Revue philosophique de la France et de l'étranger, tome 36, n˚12, décembre 1893, p. 660-665.

Compte-rendu du deuxième volume. Commentant le chapitre consacré à Nietzsche : "Quant à Nietzsche, que M. Nordau réduit à rien, j'ai eu récemment, ici, l'occasion de parler de lui. La folie apparaît dans Nietzsche dès la première heure. Ses lueurs n'éclairent pas ; les vérités, sous sa plume, se transforment en erreurs ou en sophismes. Il proclame la nécessité d'une aristocratie, voilà qui est bien. Mais le "noble" de l'avenir ne sera pas l'égotiste, le malfaiteur, la bête lâchée qu'il nous dépeint".

 

BOUYER L. Raymond, {La musique}, in L’Ermitage, vol. 7, juillet-décembre 1893, p. 245-248.

Evoque Nietzsche, « un ennemi » (p. 245) et cite Le Cas Wagner dans l’actualité wagnérienne (p. 247).

 

BIERBAUM Otto-Julius, {Chroniques}, in L’Ermitage, vol. 7, juillet-décembre 1893, p. 308-310.

Extraits d'une lettre sur l'état intellectuel de l'Allemagne. Bierbaum remarque que l'influence de Wagner est insignifiante par rapport à celle de Nietzsche (p. 309)

 

PORTAL Emile, "L'œuvre : Un ennemi du peuple, par Henrik Ibsen", {Les théâtres}, in L'Ere Nouvelle, décembre 1893, p. 585-589.

Admire la pièce d'Ibsen et critique la "causerie" de Laurent Tailhade qui précédait la représentation. Refuse d'admettre qu'Ibsen est un aristocrate comme l'a prétendu Tailhade et remarque que cette idée vient de "Renan et de Nietzsche, non d'Un Ennemi du peuple" (p. 589).

 

Anonyme, « Documents concernant le théâtre. Bibliographie », in Almanach des spectacles, Paris, Flammarion, 1893.

Cite Richard Wagner à Bayreuth et Le Cas Wagner (p. 105).

 

WILLY, « Wagner embêté par Nordau », in La Plume, Année 5, n°89-112, 1893, p. 406-407.

Remarque que comme Nietzsche, Nordau fut « wagnérophile » et que Nietzsche, il devint « wagnérophage » (p. 406).

 

 


Moteur de recherche:

Site: dernières modifications

 

BREVES 

EXPOSITION: Übermensch - Friedrich Nietzsche et les conséquences 16 octobre 2019 - 22 mars 2020 voir

 

NOUVEAU:

 

Nietzsche et Zola

(Jean-Pierre Dumont, septembre 2019)

 

Que pensait Emile Zola de Nietzsche? de Wagner? lire

 

"Nietzsche wirkt in die populäre Breite, und man muss in die Breite gehen" (Andreas Urs Sommer, Nietzsche und die Folgen, 2017)

 

"Viele neue Nietzsches sollen zutage treten? - Ein paar wenige würden genügen..." (Reto Winteler, Friedrich Nietzsche, der erste tragische Philosoph, eine Entdeckung, Basel Schwabe Verlag, 2014)

Laure Verbaere

Nietzsche et l'agrégation de philosophie (avril 2019) lire

OUTIL: Nietzsche et les philosophes français: traces empiriques et paroles 1889-1903 lire

Les éditions de Zarathoustra de 1920 à 1935 voir

et de 1935 à 1950 voir

 

Nouvelle trace inédite

Lettre d'Eric Blondel à Don Longo lire

  

Dominique de Gaultier de Laguionie, petit-neveu du philosophe français Jules de Gaultier (1858-1942) met à disposition les archives dont il dispose. voir

Jules de Gaultier et Nietzsche

Don Longo:

Les pèlerins à Sils-Maria voir

" (...) [l]es philosophes de profession [...] oublient que Nietzsche ne promulgue pas un catéchisme nouveau mais nous invite à créer nous- même le système des valeurs auquel nous voulons dévouer notre vie. Dosons en nous la quantité de dionysisme et de christianisme mystique qui va nous inspirer. Il y aura autant de solutions qu'il y aura d'individus et c'est de leur collaboration que naîtra la vie nouvelle." (Charles Andler, 1932)

Becoming a Destiny: The Nietzsche Vogue in French intellectual Life, 1891-1918 (Christopher E. Forth, Dissertation, State University of New York, Buffalo, 1994)

Traces orales

Nietzsche « n'est pas allé assez loin dans le sens de sa propre doctrine ; il n'a pas été assez nietzschéen. (…) Nietzsche n'a pas encore un sens suffisant de la relativité : il est encore trop systématique. » (Frédéric RAUH, extrait de cours à la Sorbonne, 1904)

 

"Chaque doctrine nouvelle présente certaines arêtes et extrémités outrancières autour desquelles la curiosité frivole de la multitude voltige hâtivement mais ce n'est pas l'exactitude ou la fausseté de quelques points particuliers, ce sont l'étendue et la profondeur de la création qui doivent retenir notre attention. Je ne me suis jamais demandé si les théories nietzschéennes du «surhomme » ou de l'« éternel retour » sont justes ou non: et qui se le demanderait encore, en dehors de quelques ratiocineurs et éplucheurs de livres ? Une grande œuvre ne nous intéresse toujours que par ce double côté: l'homme créateur et l'action créatrice." (Stefan Zweig, L'Humanité, 21 mai 1926)

Comoedia, 28 mars 1914
Comoedia, 28 mars 1914

Le Rire, 10 décembre 1910