Bibliographie inédite des publications françaises sur Nietzsche 1868-1940 (Laure Verbaere et Donato Longo)

1868-1910: BIBLIOGRAPHIE ET COMMENTAIRES DE LAURE VERBAERE

 

(en savoir plus)

1903

Ouvrages qui évoquent Nietzsche

 

BARRES Maurice, Les amitiés françaises. Notes sur l'acquisition par un petit Lorrain des sentiments qui donnent un prix à une vie, Paris, Félix Juven, 1903.

Nombreuses rééditions (1908, 1911, 1918, 1919, 1924, 1927) d'après le site Maurras.

Note: "[...] tout Wagner et tout Nietzsche et leur solide administration, qu'est-ce que vous voulez que ça me fasse? Ce n'est pas la question de savoir où est la supériorité. Tout mon cœur est parti dans ma sixième année par la route de Mirecourt, avec les zouaves et les turcos qui grelottaient et qui mendiaient et de qui, trente jours avant, j'étais si sûr qu'ils allaient à la gloire" (p. 24).

 

DESCHAMPS Louis, Principes de morale sociale, Paris, Alcan, 1903.

Cite Nietzsche (p. 11).

 

FOUILLEE Alfred, Esquisse psychologique des peuples européens, Paris, Alcan, 1903.

Très nombreuses évocations de Nietzsche notamment dans le livre V sur le peuple allemand.

2ème édition, 1903.

 

FOURNIERE Eugène, L'artifice nationaliste, Paris, 1903.

 

GARNIER Paul-Louis, Les Fins de l'Art contemporain, 1903.

 

GAILLARD Gaston, De l'étude des phénomènes au point de vue de leur problème particulier, Paris, Schleicher, 1903.

Réédition en 1908.

 

GRASSET Joseph, Leçons de clinique générale, Masson et Cie éditeurs, 1903.

 

HALEVY Daniel, Histoire de quatre ans, Paris, 1903.

L'ouvrage est tiré à 3000 exemplaires car Charles Péguy est optimiste. A la fin de l'année 1903, il n'y a que vingt exemplaires vendus. Cf. Sébastien Laurent, Daniel Halévy. Du libéralisme au traditionalisme, Paris, Grasset & Fasquelle, 2001.

 

KOSTYLEFF Nicolas, Esquisse d’une évolution dans l’histoire de la philosophie, Paris, Alcan, 1903.

Sur Nietzsche (p. 77).

 

LEVY-BRUHL Lucien, La morale et la science des mœurs, Paris, Alcan, 1903.

3ème édition en 1927 avec une préface. Réédition en 1970.

Classe Nietzsche parmi les morales excentriques ou les doctrines révolutionnaires (p. 47-48)

 

LOYSON-BRIDET, Mœurs des diurnales, Paris, Mercure de France, 1903.

Signale deux livres de Nietzsche et deux ouvrages sur Nietzsche (p. 8) et une étude sur Nietzsche (p. 82).

 

MEREJKOWSKY Dimitri de, Tolstoï et Dostoïewsky. La personnalité et l’œuvre, Paris, 1903.

 

MORLAND Jacques, Enquête sur l'influence allemande en France, Paris, Mercure de France, 1903.

 

RAUH Frédéric, L'expérience morale, Paris, Alcan, 1903.

Evoque deux fois Nietzsche, notamment en note en bas de la page 74: "Nous tenons Nietzsche pour un des plus grands maîtres de morale individuelle".

 

RETTE Adolphe, Le symbolisme : anecdotes et souvenirs, 1903.

 

SCHINZ Walter, Le problème de la tragédie en Allemagne, Paris, Alcan, 1903.

 

TARDIEU Emile, L'ennui, étude psychologique, Paris, Alcan, 1903. (Bibliothèque de philosophie contemporaine).

Ibid., 2ème édition, revue et corrigée, 1913.

 

TOLSTOÏ Léon, Au clergé, Paris, Stock, 1903.

Commence par une violente critique de Nietzsche.

Nietzsche dans la littérature

 

HOUVILLE Gérard d', L'inconstante, Paris, Calmann Lévy, 1903, 278 pages.

9ème édition, 1905.

Une nouvelle édition paraîtra chez Fayard en 1925.

 

NOAILLES Anna de, La Nouvelle espérance, Paris Calmann Lévy, 1903.


dernières mises à jour

 

 

Moteur de recherche:

NOUVEAU:

 

Jean-Pierre DUMONT

Nietzsche et Loti. Et vice versa (2021)

 

 

 Julien Dupré

Nietzsche et les nationalistes français. Réceptions et usages d’une œuvre philosophique (1898 – 1945) lire

 

Renée Thomas

"Nietzsche dans l'enseignement de la philosophie en classe Terminale" (1985)

 

Rahel Wartenweiler

Charles Andler et la politisation de Nietzsche: une analyse de la dimension politique d’un transfert culturel (1890-1933)  lire

 

Projet de recherche

“The work must go on.” An investigation of Charles Andler, Malwida von Meysenbug, and the Nexus of Nietzschean Socialism (1890-1930) (Martine Béland) – CCÉAE (umontreal.ca)

 

La philosophie de  Nietzsche et le mouvement socialiste français (1890-1914)

Don LONGO

 

"Le Sang de Nietzsche" testament d'Arnaud Dandieu. Edition commentée par Christian Roy (2015/2020) 

 

 

Nietzsche et Zola

(Jean-Pierre Dumont, septembre 2019)

 

Que pensait Emile Zola de Nietzsche? de Wagner? lire

 

 

"Nietzsche wirkt in die populäre Breite, und man muss in die Breite gehen" (Andreas Urs Sommer, Nietzsche und die Folgen, 2017)

 

"Viele neue Nietzsches sollen zutage treten? - Ein paar wenige würden genügen..." (Reto Winteler, Friedrich Nietzsche, der erste tragische Philosoph, eine Entdeckung, Basel Schwabe Verlag, 2014)

Laure Verbaere

Nietzsche et l'agrégation de philosophie (avril 2019) lire

OUTIL: Nietzsche et les philosophes français: traces empiriques et paroles 1889-1903 lire

Les éditions de Zarathoustra de 1920 à 1935 voir

et de 1935 à 1950 voir

Dominique de Gaultier de Laguionie, petit-neveu du philosophe français Jules de Gaultier (1858-1942) met à disposition les archives dont il dispose. voir

Jules de Gaultier et Nietzsche

Don Longo:

Les pèlerins à Sils-Maria voir

" (...) [l]es philosophes de profession [...] oublient que Nietzsche ne promulgue pas un catéchisme nouveau mais nous invite à créer nous- même le système des valeurs auquel nous voulons dévouer notre vie. Dosons en nous la quantité de dionysisme et de christianisme mystique qui va nous inspirer. Il y aura autant de solutions qu'il y aura d'individus et c'est de leur collaboration que naîtra la vie nouvelle." (Charles Andler, 1932)

 

Traces orales

Nietzsche « n'est pas allé assez loin dans le sens de sa propre doctrine ; il n'a pas été assez nietzschéen. (…) Nietzsche n'a pas encore un sens suffisant de la relativité : il est encore trop systématique. » (Frédéric RAUH, extrait de cours à la Sorbonne, 1904)

 

 

"Chaque doctrine nouvelle présente certaines arêtes et extrémités outrancières autour desquelles la curiosité frivole de la multitude voltige hâtivement mais ce n'est pas l'exactitude ou la fausseté de quelques points particuliers, ce sont l'étendue et la profondeur de la création qui doivent retenir notre attention. Je ne me suis jamais demandé si les théories nietzschéennes du «surhomme » ou de l'« éternel retour » sont justes ou non: et qui se le demanderait encore, en dehors de quelques ratiocineurs et éplucheurs de livres ? Une grande œuvre ne nous intéresse toujours que par ce double côté: l'homme créateur et l'action créatrice." (Stefan Zweig, L'Humanité, 21 mai 1926)

Le Rire, 10 décembre 1910