1897

Articles qui évoquent Nietzsche


BANVILLE Ch., « Les jeune-Berlin », in Revue des revues, vol. 20, 1er janvier 1897, p. 337-349.

Sur la chronologie de la réception de Nietzsche dans le Nord de l’Europe (p. 338).

 

MILHAUD E., "L'Ethique, par Eugène de Roberty", in Le Devenir Social, février 1897, p. 167-176.

Remarque que "Nietzsche est le précurseur de Roberty, c'est-à-dire un de ceux qui soulignent la primauté de l'esprit sur la matière", (p. 171)

 

SOREL Georges, "H. Mazel. La synergie sociale", in Revue philosophique de la France et de l'étranger, tome 43, n˚2, février 1897, p. 205-206.

Constate que Mazel "résume toute la question sociale dans une question d'éducation morale" et s'exclame : "mais quel éducateur dangereux! "Nietzsche, Ibsen et Tolstoï, Carlyle, Balzac et Taine, tous ces grands penseurs qui isolés seraient d'une action incomplète, harmonisés sont d'un exemple parfait" (p. 354)" (p. 206). Commente aussitôt : "Plaignons la génération qui prendrait au sérieux une pareille pédagogie : les auteurs choisis par M. Mazel laisseront tous dans l'esprit quelque plaie difficile à guérir. Mais, là encore, M. Mazel ne retarde-t-il pas? Ces géants ne commencent-ils pas à être démodés?" (p. 206).

 

GOURMONT Rémy de, "Enquête sur l'influence des lettres scandinaves", in Revue Blanche, tome 12, n˚89, 15 février 1897, p.156-157.

Rappelle que la France a récemment subi "une influence double, quoique enchevêtrée dans ses résultats, philosophique et littéraire". A propos de l'influence philosophique d'Allemagne, constate : "Nietzsche a sans doute une responsabilité dans la folie d'écrivains quasi impubères, petits sur-humains pathologiques".

 

LEGRAND Camille, "Quinzaine parisienne", in Revue illustrée, 15 juin 1897, p. 185-188.

Evoque Nietzsche, Nietzsche contre Wagner, qui a réuni "tout un parti belliqueux et désabusé, Les wagnériens ont objecté que la raison du cruel auteur de Ainsi parla Zarathustra était chancelante déjà quand il écrivit son célèbre pamphlet; néanmoins il existe un parti antiwagnérien qui s'affirme de jour en jour." (p. 187)

 

MONOD Gabriel, « Quelques opinions sur l’œuvre de H. Taine », in Revue Blanche, 15 août 1897, p. 275-279.

Réponse à l'enquête lancée par Léon Bélugou.

Note qu'on ne doit « pas oublier la puissance du talent littéraire à faire vivre et agir les idées. Schopenhauer et Nietzsche ont dû à leur talent littéraire de faire figure de philosophes. » (p. 276)

 

LE ROUX Hugues, « Nos filles. VII L'indépendance », in Figaro, 5 septembre 1897, p. 1.

Déplore que les jeunes filles et les garçons se nourrissent des idées de Nietzsche.

 

ALBERT Henri, "Revues", {Lettres allemandes}, in Mercure de France, tome 24, n˚94, octobre 1897, p. 288-289.

Signale qu'"une dame de Stockholm, Mme Helen Key, a exhumé la grise défroque d'Amiel qu'elle voudrait faire prendre pour un Nietzsche en miniature" (p. 289).

 

ALBERT Henri, "Revues", {Lettres allemandes}, in Mercure de France, tome 24, n˚94, octobre 1897, p. 288-289.

A propos de la mort de Jacob Burckhardt, Henri Albert déplore que personne n'ait trouvé les mots justes, regrette que Nietzsche ne soit plus là et cite finalement une phrase élogieuse de Nietzsche : "Les éducateurs font défauts, abstraction faite de l'exception des exceptions, de là l'abaissement de la culture allemande. Mon ami Jacob Burckhardt à Bâle est une de ces rares exceptions..." (p. 289).

 

MAZEL Henri, {Science sociale}, in Mercure de France, tome 24, n˚94, octobre 1897, p. 243-251.

A propos de l'entrée de Jean Izoulet au Collège de France, Mazel rappelle que ce dernier a commis un contre sens en traduit Representative Men par Surhumains (p. 245).

 

Anonyme, "Geschichte der neueren deutschen Psychologie, von Max Dessoir", in Revue de métaphysique et de morale, supplément de novembre 1897, p. 5-6.

Objecte qu'il n'y a pas lieu de chercher des ancêtres dans la Renaissance aux littérateurs et aux moralistes, ainsi qu'à Nietzsche (p. 6).

 

REBELL Hugues, "Défense de l'Italie", in L'Ermitage, 15, novembre 1897, p. 307-315.

Regrette que d'Annunzio se soit laissé influencer et remarque : "L'influence étrangère qui lui a été le moins funeste est celle de Nietzsche, mais le philosophe allemand eut-il approuvé M. d'Annunzio de l'imiter, lui qui voulait méditerraniser l'art et qui, d'avance, a écarté tout disciple, s'est défendu de tout enseignement?" (p. 313).

 

COLLEVILLE Vicomte de, « Le bilan de nos détracteurs », in La Plume, 7e année, 1897, p. 138-140.

Signale que la jeunesse s'est évadée et "réfugiée dans une sorte d'anarchisme aristocratique à la façon de Frédéric Nietzsche" (p. 139).

 

 


EXPOSITION: Übermensch - Friedrich Nietzsche et les conséquences 16 octobre 2019 - 22 mars 2020 voir

 

NOUVEAU:

 

Nietzsche et Zola

(Jean-Pierre Dumont, septembre 2019)

 

Que pensait Emile Zola de Nietzsche? de Wagner? lire

 

"Nietzsche wirkt in die populäre Breite, und man muss in die Breite gehen" (Andreas Urs Sommer, Nietzsche und die Folgen, 2017)

 

"Viele neue Nietzsches sollen zutage treten? - Ein paar wenige würden genügen..." (Reto Winteler, Friedrich Nietzsche, der erste tragische Philosoph, eine Entdeckung, Basel Schwabe Verlag, 2014)

NOUVEAU

Laure Verbaere

Nietzsche et l'agrégation de philosophie (avril 2019) lire

OUTIL: Nietzsche et les philosophes français: traces empiriques et paroles 1889-1903 lire

Les éditions de Zarathoustra de 1920 à 1935 voir

et de 1935 à 1950 voir

 

Nouvelle trace inédite

Lettre d'Eric Blondel à Don Longo lire

  

Dominique de Gaultier de Laguionie, petit-neveu du philosophe français Jules de Gaultier (1858-1942) met à disposition les archives dont il dispose. voir

Jules de Gaultier et Nietzsche

Don Longo:

Les pèlerins à Sils-Maria voir

 

Alan Schrift:

“Le nietzschéisme comme épistémologie”, extrait de Patrice Maniglier (dir.), Le Moment philosophique des années 1960 en France (PUF, 2011) lire

 

Alan Schrift:

French Nietzscheanism lire

The Nietzsche Canon: a publication history and bibliography (William Schaberg) lire

" (...) [l]es philosophes de profession [...] oublient que Nietzsche ne promulgue pas un catéchisme nouveau mais nous invite à créer nous- même le système des valeurs auquel nous voulons dévouer notre vie. Dosons en nous la quantité de dionysisme et de christianisme mystique qui va nous inspirer. Il y aura autant de solutions qu'il y aura d'individus et c'est de leur collaboration que naîtra la vie nouvelle." (Charles Andler, 1932)

Becoming a Destiny: The Nietzsche Vogue in French intellectual Life, 1891-1918 (Christopher E. Forth, Dissertation, State University of New York, Buffalo, 1994)

Traces orales

Nietzsche « n'est pas allé assez loin dans le sens de sa propre doctrine ; il n'a pas été assez nietzschéen. (…) Nietzsche n'a pas encore un sens suffisant de la relativité : il est encore trop systématique. » (Frédéric RAUH, extrait de cours à la Sorbonne, 1904)

 

"Chaque doctrine nouvelle présente certaines arêtes et extrémités outrancières autour desquelles la curiosité frivole de la multitude voltige hâtivement mais ce n'est pas l'exactitude ou la fausseté de quelques points particuliers, ce sont l'étendue et la profondeur de la création qui doivent retenir notre attention. Je ne me suis jamais demandé si les théories nietzschéennes du «surhomme » ou de l'« éternel retour » sont justes ou non: et qui se le demanderait encore, en dehors de quelques ratiocineurs et éplucheurs de livres ? Une grande œuvre ne nous intéresse toujours que par ce double côté: l'homme créateur et l'action créatrice." (Stefan Zweig, L'Humanité, 21 mai 1926)

Comoedia, 28 mars 1914
Comoedia, 28 mars 1914

Le Rire, 10 décembre 1910