1894

Ouvrages qui évoquent plus ou moins brièvement Nietzsche

BERNARDINI Léonie, La littérature scandinave, Paris, Plon, Nourrit, 1894.

Mentionne Nietzsche (p. 139-140) dans une partie de l’ouvrage qui est une reprise de « En Scandinavie », publié en janvier 1894 dans la Revue hebdomadaire.

 

BOIS Jules, L'Eternelle Poupée, Paris Ollendorf, 1894.

Citation extraite de Zarathoustra et évocation de Nietzsche dans la préface. La préface paraît dans Gil Blas le 8 juillet 1894, p. 3.

 

BRINN’GAUBAST Louis-Pilate de et BARTHELEMY Edmond (trad.) La tétralogie de l’anneau de Nibelung de Richard Wagner, Paris, E. Dentu, 1894.

Voir l’avant-propos des traducteurs p. 104, note (2). Les traducteurs remarquent que, concernant la maîtrise de la langue de Wagner, Nietzsche n’a pas changé d’avis entre Richard Wagner in Bayreuth et Le Cas Wagner.

 

BRUNETIERE Ferdinand, L'évolution de la poésie lyrique en France au XIXe siècle, Paris, Hachette, 1894, 2 vol. in-16.

Contient des leçons professées à la Sorbonne. Au cours de la quinzième leçon consacrée au symbolisme, le 13 mai 1893, étudie Le Cas Wagner de Frédéric Nietzsche (p. 240-242).

Se défend de parler de l'Or du Rhin ou de la Valkirie en reconnaissant qu'il en est incapable. Ajoute : "Mais, en dehors de toute préoccupation d'ordre proprement musical, quand j'interroge, quand je consulte, quand je cherche autour de moi les raisons de la popularité de Wagner, je ne puis pas ne pas être frappé de ce que j'entend dire ou de ce que je lis" (p. 240).

Suit un extrait du Cas Wagner : "(...) l'art de Wagner est malade. (...) Wagner est une névrose (...) Wagner est l'artiste moderne par excellence, le Cagliostro de la modernité. En son art se trouve mélangé de la manière la plus séductrice, ce qui est aujourd'hui nécessaire au monde entier, - les trois stimulants des épuisés, la Brutalité, l'Artifice et la Candeur (l'idiotie)" (p. 240-241).

Brunetière commente : "C'est le philosophe à la mode, c'est Frédéric Nietzsche, - névropathe lui-même, Wagnérien forcené jadis, - qui s'exprime ainsi dans sa curieuse brochure : le Cas Wagner (...)" (p. 241). Qualifie Nietzsche d'"ancien admirateur, - ou, si j'ose dire, d'un renégat du wagnérisme" (p. 241). [11]

Ibid., 2ème édition, 1895.

Ibid., 3ème édition, 1899.

 

DESCHAMPS Gaston, La Vie et les livres, Paris, A. Colin, 1894.

Signale: "Des critiques allemands et même français proclament Frédéric Nietzche le premier écrivain de l'Allemagne contemporaine." (p. 102)

 

ERNST Alfred,L’art de Richard Wagner, Paris, Plon, Nourrit, 1894.

Evoque les relations entre Nietzsche et Wagner, p. 65.

 

PUJO Maurice, L'idéalisme intégral. Le règne de la grâce, Paris, Alcan, 1894.

 

SOUBIES Albert, Almanach des spectacles, année 1893, Paris, E. Flammarion successeur, 1894.

Dans la partie « Documents concernant le théâtre. I Bibliographie » (p. 99-108), signale Nietzsche, Le Cas Wagner (1893) et Richard Wagner à Bayreuth traduit par Marie Baumgartner (p. 105).

 

REBELL Hugues, Union des trois aristocraties, Paris, Bibliothèque artistique et littéraire, 1894.

A propos du mode de gouvernement, cite Nietzsche (p. 43).

 

WILLY, Rythmes et rires/ L’ouvreuse du cirque d’été, Paris, Bibliothèque de « La Plume », 1894.

Reprise de l’article sur Le Cas Wagner publié en 1892 (p. 15-19).

 

WILLY, Soirées perdues, Paris, Tresse et Stock, 1894.

Reprend en partie article « Bayreuth 22 juillet » à propos du Cas Wagner (p. 264)

 

 


EXPOSITION: Übermensch - Friedrich Nietzsche et les conséquences 16 octobre 2019 - 22 mars 2020 voir

 

NOUVEAU:

 

Nietzsche et Zola

(Jean-Pierre Dumont, septembre 2019)

 

Que pensait Emile Zola de Nietzsche? de Wagner? lire

 

"Nietzsche wirkt in die populäre Breite, und man muss in die Breite gehen" (Andreas Urs Sommer, Nietzsche und die Folgen, 2017)

 

"Viele neue Nietzsches sollen zutage treten? - Ein paar wenige würden genügen..." (Reto Winteler, Friedrich Nietzsche, der erste tragische Philosoph, eine Entdeckung, Basel Schwabe Verlag, 2014)

NOUVEAU

Laure Verbaere

Nietzsche et l'agrégation de philosophie (avril 2019) lire

OUTIL: Nietzsche et les philosophes français: traces empiriques et paroles 1889-1903 lire

Les éditions de Zarathoustra de 1920 à 1935 voir

et de 1935 à 1950 voir

 

Nouvelle trace inédite

Lettre d'Eric Blondel à Don Longo lire

  

Dominique de Gaultier de Laguionie, petit-neveu du philosophe français Jules de Gaultier (1858-1942) met à disposition les archives dont il dispose. voir

Jules de Gaultier et Nietzsche

Don Longo:

Les pèlerins à Sils-Maria voir

 

Alan Schrift:

“Le nietzschéisme comme épistémologie”, extrait de Patrice Maniglier (dir.), Le Moment philosophique des années 1960 en France (PUF, 2011) lire

 

Alan Schrift:

French Nietzscheanism lire

The Nietzsche Canon: a publication history and bibliography (William Schaberg) lire

" (...) [l]es philosophes de profession [...] oublient que Nietzsche ne promulgue pas un catéchisme nouveau mais nous invite à créer nous- même le système des valeurs auquel nous voulons dévouer notre vie. Dosons en nous la quantité de dionysisme et de christianisme mystique qui va nous inspirer. Il y aura autant de solutions qu'il y aura d'individus et c'est de leur collaboration que naîtra la vie nouvelle." (Charles Andler, 1932)

Becoming a Destiny: The Nietzsche Vogue in French intellectual Life, 1891-1918 (Christopher E. Forth, Dissertation, State University of New York, Buffalo, 1994)

Traces orales

Nietzsche « n'est pas allé assez loin dans le sens de sa propre doctrine ; il n'a pas été assez nietzschéen. (…) Nietzsche n'a pas encore un sens suffisant de la relativité : il est encore trop systématique. » (Frédéric RAUH, extrait de cours à la Sorbonne, 1904)

 

"Chaque doctrine nouvelle présente certaines arêtes et extrémités outrancières autour desquelles la curiosité frivole de la multitude voltige hâtivement mais ce n'est pas l'exactitude ou la fausseté de quelques points particuliers, ce sont l'étendue et la profondeur de la création qui doivent retenir notre attention. Je ne me suis jamais demandé si les théories nietzschéennes du «surhomme » ou de l'« éternel retour » sont justes ou non: et qui se le demanderait encore, en dehors de quelques ratiocineurs et éplucheurs de livres ? Une grande œuvre ne nous intéresse toujours que par ce double côté: l'homme créateur et l'action créatrice." (Stefan Zweig, L'Humanité, 21 mai 1926)

Comoedia, 28 mars 1914
Comoedia, 28 mars 1914

Le Rire, 10 décembre 1910