Bibliographie inédite des publications françaises sur Nietzsche 1868-1940 (Laure Verbaere et Donato Longo)

1911-1918: BIBLIOGRAPHIE ET COMMENTAIRES DE LAURE VERBAERE

 

(en savoir plus)

1916


Articles et comptes rendus sur Nietzsche

GRANDMAISON Léonce de, "Le germanisme et l'esprit humain", in Etudes, t. 146, 5 janvier 1916, p. 90-100.

A propos du livre de Pierre Lasserre du même titre.

 

LENOTRE G., "Le surhomme", {Chronique de la semaine}, in Le monde illustré, t.60, n°3030, 15 janvier 1916, p. 34.

 

SOUDAY Paul, "Pierre Lasserre, Le germanisme et l'esprit humain", {Les livres}, in Le Temps, n°19919, 19 janvier 1916, p. 3.

Note que Pierre Lasserre range Nietzsche parmi les bons Allemands européens.

 

LICHTENBERGER Henri, "Nietzsche et la musique", in Musique et Théâtre, 2 février 1916, p. 3-5.

 

BERTRAND Louis, "Les grands coupables", in Paris-Midi, 10 février 1916, p. 2.

Extrait du livre de Louis Bertrand, du même titre. Commence par: "Nietzche (sic) est un Allemand, et même un Sur-Allemand, - un Prussien".

 

Anonyme, "Feuillets", in L'Humanité, 22 février 1916, p. 3.

Sur Nietzsche et Julien Benda.

 

MOREL Léon, "Nietzsche et son influence sur l'Allemagne moderne", in Revue universitaire, mars 1916.

Référence citée d'après Les langues modernes, n°3, mai-juin 1916, p. 124.

 

Anonyme, "M. Sazonof et Nietzsche", {Echos}, in Mercure de France, tome 114, n°428, 16 avril 1916, p. 765.

 

Anonyme, "Le vrai Nietzsche", in L'Humanité, 17 mai 1916, p. 3.

 

MARES Roland de, "Pensées de Nietzsche", {Les revues}, in Le Temps, 20038, 17 mai 1916, p. 3.

A propos de citations de Nietzsche publiées dans La Renaissance.

 

SUARES André, "La nation contre la race. XIII Nietzsche et l'Empire", in L'Opinion, 20 mai 1916, p. 483-486.

 

BRIAND Charles, "Nietzsche et la France", in Le Rappel, n°16628, 28 mai 1916, p. 1-2.

 

ARREAT Lucien, "H. L. Stewart. - Nietzsche and the ideals of modern Germany", {Revue critique}, in Revue philosophique de la France et de l'étranger, t. 41, janvier-juin 1916, p. 377-386.

 

STUREL François, "Les jugements de Goethe et de Nietzsche sur la "Koultour"", in La Presse, n°8744, 30 juillet 1916, p. 1-2.

 

UZANNE Octave, "En lisant Nietzsche. Entrons-nous dans l'Age classique de la Guerre?", in La Dépêche de Toulouse, 11 octobre 1916, p. 1.

 

DAUZATS Ch., "A l'Institut", in Le Figaro, n°289, 15 octobre 1916, p. 3.

A propos de l'intervention d'Henri Welschinger sur Nietzsche à l'Académie des sciences morales.

 

Anonyme, "Académie des sciences morales et politiques", in Journal des Débats, n°290, 16 octobre 1916, p. 3.

A propos de l'intervention d'Henri Welschinger sur Nietzsche.

 

Anonyme, "Académie des sciences morales et politiques", in Le Temps, n°20190, 16 octobre 1916, p. 2.

Reprise des propos d'Henri Welschinger.

 

Anonyme, "Peints par eux-mêmes", in La Presse, n°8823, 19 octobre 1916, p. 2.

Reprise des propos d'Henri Welschinger.

 

BURY Robert de, "Nietzsche et la guerre", {Les journaux}, in Mercure de France, tome 118, n°442, 16 novembre 1916, p. 333-335.

A propos d'un article d'Octave Uzanne dans La Dépêche du 11 octobre 1916. Contient de longues citations de Nietzsche (p. 334-335).

 

TUDESQ André, "Les vrais surhommes", in Le Journal, n°8820, 19 novembre 1916, p. 1.

Articles qui évoquent Nietzsche

HIRSCH Charles-Henry, "La Revue: Wagner juge ses compatriotes", {Les revues}, in Mercure de France, tome 113, n°421, 1er janvier 1916, p. 134-140.

A propos des lettres inédites de Nietzsche à Wagner publiées dans La Revue en novembre 1915. (p. 134-135).

 

ALBERT Henri, "Maurice Muret: L'orgueil allemand. Psychologie d'une crise", {Lettres allemandes}, in Mercure de France, tome 113, n°421, 1er janvier 1916, p.150-153.

Contient des extraits qui évoquent Nietzsche.

 

ALBERT Henri, "Pierre Lasserre: Le germanisme et l'esprit humain", {Lettres allemandes}, in Mercure de France, tome 113, n°421, 1er janvier 1916, p. 153-155.

Souligne la position "courageuse" de Pierre Lasserre sur Nietzsche (p. 154).

 

FARGUES Paul, "Les livres", in Revue Chrétienne, t. 1, sér. 4, janvier 1916, p. 429-433.

Compte-rendu de Ed. Perrier, France et Allemagne (p. 432).

 

VIENOT John, "Le mois", in Revue chrétienne, t. 1, série 4., janvier 1916, p. 434-440.

A propos d'un article de Paul Souday sur Péladan. Juge Péladan injuste envers les grands génies allemands, dont Nietzsche (p. 438).

 

DOUMERGE Emile, "Propos de guerre", in Foi et vie, n°2, 16 janvier 1916, p. 30-34.

A propos du pangermanisme de Gobineau, note: "Il en est de Gobineau un peu comme de Nietzsche. On peut lire sur Nietzsche deux articles bien faits, remplis de citations, et les deux séries de citations n'ont aucun rapport. L'une prouve que Nietzsche est le père du pangermanisme ; l'autre prouve que Nietzsche a dit toutes les horreurs possibles sur les Allemands. Mais ceci contredit-il cela ? En fin de compte il y en a qui nous disent : si Nietzsche a tellement prêché la dureté, c'est qu'il était ultra-sensible ; c'était pour se fortifier contre lui-même ! Ce que le papier peut supporter de sottises. en temps de guerre !" (p. 30)

 

L. "Rôle de l'effort dans la pédagogie", in Comment enseigner, 5ème année, n°17, février 1916, p. 7-28.

Rappelle que dans la revue "nous n'avons jamais salué sa méthode, sa culture, sa philosophie, ses Kant, ses Nietzsche, ses Schopenhauer, non plus que, par ailleurs, ses colossales bâtisses édifiées dans nos expositions. Notre patriotisme n'a donc pas aujourd'hui à donner le change. Il continue à aimer nos gloires, à défendre nos vertus, à combattre nos défauts." (p. 7)

 

LENOTRE G., "Haine", {Chronique de la semaine}, in Le monde illustré, t. 60, n°3034, 12 février 1916, p. 98.

A propos de la haine des Allemands pour la France, soutient: "leur Kant, leur Fichter, leur Nietzsche et tant d'autres, qui gardent chez nous encore des admirateurs et des défenseurs, l'ont théorisée et rendue méthodique".

 

BENDA Julien, "Feuillets 1914-1915", in Mercure de France, tome 113, n°424, 16 février 1916, p. 596-626.

Reproduction de notes "d'un habitant de la Nièvre décédé subitement". Contient une "Lettre à un journaliste" sur Nietzsche (p. 611-613).

 

LARRIEU P. -J., "Allocution prononcée le 25 novembre 1915 à la 316ème réunion de l'Actualité médicale", in La Médecine internationale, n°3, mars 1916, p. 17-21.

Sur Nietzsche (p. 20-21) Note par exemple: "Tel est ce philosophe, doublé comme Rousseau d'un poète, dont les principes énoncés sous forme d'aphorismes on fourni le principal aliment intellectuel de la jeunesse allemande. On ne saurait croire quelle influence a eue ce Boche détraqué sur sa nation, et aussi malheureusement en France notre enseignement d'Etat avait été infecté de son virus ; on peut dire que nos écoles supérieures étaient foncièrement nietzschéennes, on n'y jurait plus que par la force et tous les moyens devenaient bons. On voit aujourd'hui les effets de cette absence de morale créée par l'immoralisme de Nietzsche." (p. 21)

Note: "L'impression de cette allocution été votée à l'issue de la Réunion, par tous les membres présents."

 

SOUDAY Paul, "Malebranche", in Le Temps, n°19973, 13 mars 1916, p. 1.

"Spinoza et à Leibnitz, le premier emploie le latin, le second également le latin, ou notre langue, presque jamais sa langue maternelle tous deux s'expriment aussi nettement que possible, sans qualités proprement littéraires. Mais Kant est terriblement aride et broussailleux; Hegel est décourageant. Presque tous les philosophes allemands sont d'une lecture redoutable, à l'exception de Schopenhauer, qui n'est qu'un philosophe de second rang, et de Nietzsche, qui est surtout un littérateur."

 

Anonyme, "Les femmes allemandes", in Le Pêle-mêle, n°12, 19 mars, p. 8.

Sur le sort des femmes en Allemagne, note que les plus célèbres détracteurs de la femmes sont allemands: Nietzsche et Schopenhauer.

 

DUPOUY Auguste, "Le zinc et l'alambic dans l'Ouest", in Revue de Paris, t. 2, mars-avril 1916, p. 531-558.

Sur les "reîtres" qui ont mal compris Nietzsche (p. 533).

 

BEAUNIER André, "Revue littéraire", in Revue des Deux Mondes, t. 33, juin 1916, p. 685-696.

Compte-rendu de J. Joergensen, La Cloche Roland. Insiste: " Il me semble même que, jusqu'à ces derniers temps, M. Johannes Joergensen aimait l'Allemagne et l'aimait assez tendrement. Avant de venir au catholicisme, il a subi l'influence de Goethe, celle de Heine, celle de ce Nietzsche, qui est Allemand, bien Allemand, quoiqu'on essaye maintenant de le dégermaniser, et qui est l'un des bons représentans de la mégalomanie allemande". (p. 686)

 

SOUDAY Paul, "Les livres", in Le Temps, n°20066, 14 juin 1916, p. 3.

En désaccord avec Maurice Barrès qui accuse les admirateurs de Wagner et de Nietzsche d'être de mauvais citoyens.

 

BURY Robert de, "Le symbolisme et la tradition française", {Les journaux}, in Mercure de France, tome 115, n°432, 16 juin 1916, p. 716-723.

Reconnaît l'influence de l'Allemagne sur les poètes symbolistes mais ceux-ci ne retrouvaient chez "les penseurs d'outre-Rhin la propre pensée française" (p. 720).

 

VILLIERS Noël, "La Discorde", in L'Anti-boche illustré, n°26, 24 juin 1916, p. 2-3.

A propos des soldats allemands: "Le remords d'être inutilement la cause de morts innombrables ne les tenaille pas autant que l'humiliation de se voir des sous-hommes, après tant d'efforts accomplis pour paraître des surhommes. Ils savent maintenant qu'ils n'ont l'un et l'autre ni génie, ni mission divine; pauvres bougres à la vérité, ils se débattent contre des difficultés que leur intelligence médiocre n'avait pas prévues" (p. 3).

 

Anonyme, "Rédaction. Cours supérieur", in L'Ecole et la famille, n°13, 1er juillet 1916, p. 305-308.

Correction du sujet du Brevet supérieur de Pau (1915): "La Martyre de la grande guerre. Vous avez appris la destruction do la cathédrale de Reims par les Allemands. Quels sentiments et quelles réflexions cet acte de barbarie vous a-t-il inspirés ?" Le développement propose une deuxième partie: "II. Historique succinct du bombardement et circonstances aggravantes. Le vœu de Zarathustra (philosophie de Nietzche) est accompli." (p. 306)

 

HIRSCH Charles-Henry, "Revue des Deux mondes: M. Emile Boutroux sur "l'Allemagne et la guerre", {Les revues}, in Mercure de France, tome 116, n°433, 1er juillet 1916, p. 119-122.

Evoque Nietzsche (p. 720).

 

GAYRAUD Louise-Amélie, "L’œuvre féminine et le féminisme", in Revue hebdomadaire, t. 7, n°30, 22 juillet 1916, p. 525-540.

Conclut: "Ce que nous pouvons affirmer dès aujourd'hui, c'est que cette phase prochaine du féminisme ne sera ni américaine, malgré des points de ressemblance, ni « nietzschéenne », ni « ibsénienne ». Ces mots-là ne sont pas de chez nous. Elle sera française, déterminée par les caractères des hommes et des femmes de France." (p. 540)

 

CARRILLO Gomez, "Sur le front britannique", in Le Gaulois, n°14163, 24 juillet 1916, p. 1-2.

" Les conseils de Nietzsche sur l'existence heureuse, les gens de la zone militaire les mettent d'instinct en pratique. Où, en effet, a-t-on jamais vécu d'une manière plus périlleuse? Et où, en même temps, a-t-on vécu avec une gaieté plus intense ?" (p. 2)

 

Anonyme, "Bibliographie", in L'action féminine, n°45, août 1916, p. 108-109.

Compte-rendu d'Albert Nast, La vie morale et la guerre. Note que: "Sans vouloir poser au surhomme, il y a mieux à faire que de se laisser choir au rang de « sous-hommes » (p. 109).

 

BRIERE Yves de la, "Charles Maurras. - Quand les Français ne s'aimaient pas", {Revue des livres}, in Etudes, t. 148, juillet-septembre 1916, p. 686-687.

Compte-rendu du livre de Charles Maurras. Cite avec "un plaisir particulier" une "exécution de Fichte" et "surtout une exécution de Nietzsche". (p. 687)

 

Anonyme, "La relève", {Echos et nouvelles du front}, in Le Front, n°5, 1er septembre 1916, p. 4.

Mentionne les "surboches".

 

CLEMENCEAU Georges, "Au bas de la pente", in L'Homme libre, n°687, 3 septembre 1916, p. 1.

Parle des "surhommes de Verdun".

 

STANTON Théodore, "Paul Elmer More: Shelburne Essays", {Lettres américaines}, in Mercure de France, tome 117, n°440, 16 octobre 1916, p. 728-729.

Signale que l'œuvre de More contient un essai sur Nietzsche et que l'auteur "est une autorité aux Etats-Unis en ce qui concerne ce philosophe" (p. 729).

 

LE MASQUE DE FER, "Peints par eux-mêmes", {Echos}, in Le Figaro, n°297, 23 octobre 1916, p. 2.

Cite une "perle" de Nietzsche contre les Allemands et conclut: "Continuons de feuilleter Nietzsche".

 

FUNCK-BRENTANO Frantz, "Les sophistes allemands", in Revue hebdomadaire, t. 12, n°49, 2 décembre 1916, p. 73-85.

Contre l'influence allemande sur l'esprit français, cite Goethe et Nietzsche (p. 76).

 

Anonyme, "Romain Rolland et les bafouilleurs", in Les Hommes du jour, 2 décembre 1916.

Se moque des critiques d'Henri Albert, "sans doute, pour se faire pardonner d'avoir traduit Nietzsche".

 

PELADAN, "Exposition du germanisme contemporain", in Revue hebdomadaire, t. 12, décembre 1916, p. 230-256.

A propos de la "Kultur forme pacifique de la conquête", contre Romain Rolland, Au-dessus de la mêlée, évoque Nietzsche (p. 239)

 

PARISET G., "Les enseignements du haut professorat d'Allemagne sur la guerre", in Revue de Paris, tome 6, 15 décembre 1916, p. 835-856.

Plusieurs allusions. le Zarathoustra de Nietzsche ferait partie des trois livres les plus demandés par les militaires (avec la Bible et le Faust de Goethe) (p. 849).

 

BLONDEL Georges, "Mélanges et notices", in La Réforme sociale, juillet-décembre 1916, p. 245-262.

Selon l'auteur, "la théorie du surhomme de Nietzsche" devait fatalement engendrer la théorie de la surnation au profit de l'État prussien qui après avoir dompté, discipliné et unifié la surhumanité allemande, se trouve chargé d'organiser le monde en organisant sur son propre type les autres Etats." (p. 249)

 

CHERVOILLOT Louis, "Littérature de guerre en Italie", in Etudes, t. 149, octobre-décembre 1916, p. 375-391.

Observe que "dans l'histoire de la pensée et de la littérature allemande, le cas de Henri Heine ne fut point un cas isolé. Pour ne pas nommer d'autres forcenés adversaires allemands de l'Allemagne, Frédéric Nietzsche a formulé sur son pays des jugements parmi lesquels, s'il fallait choisir, je citerais volontiers une page l'auteur de Ainsi parla Zarathoustra affirme que les métaphysiciens et les psychologues d'Allemagne, en fait d'études sérieuses et pénétrantes sur l'âme et la destinée humaine, n'ont jamais rien produit que l'on puisse comparer aux œuvres de nos moralistes et de nos penseurs français du dix-septième siècle. Mais, dans la guerre d'idées que les écrivains des nations alliées mènent contre l'Allemagne, faut-il demander des armes à Nietzsche, à Henri Heine et à d'autres transfuges? M. G. A. Borgese ne le pense pas, et il en donne une raison pénétrante." (p. 378)


dernières mises à jour

 

 

Moteur de recherche:

NOUVEAU:

 

Jean-Pierre DUMONT

Nietzsche et Loti. Et vice versa (2021)

 

 

 Julien Dupré

Nietzsche et les nationalistes français. Réceptions et usages d’une œuvre philosophique (1898 – 1945) lire

 

Renée Thomas

"Nietzsche dans l'enseignement de la philosophie en classe Terminale" (1985)

 

Rahel Wartenweiler

Charles Andler et la politisation de Nietzsche: une analyse de la dimension politique d’un transfert culturel (1890-1933)  lire

 

Projet de recherche

“The work must go on.” An investigation of Charles Andler, Malwida von Meysenbug, and the Nexus of Nietzschean Socialism (1890-1930) (Martine Béland) – CCÉAE (umontreal.ca)

 

La philosophie de  Nietzsche et le mouvement socialiste français (1890-1914)

Don LONGO

 

"Le Sang de Nietzsche" testament d'Arnaud Dandieu. Edition commentée par Christian Roy (2015/2020) 

 

 

Nietzsche et Zola

(Jean-Pierre Dumont, septembre 2019)

 

Que pensait Emile Zola de Nietzsche? de Wagner? lire

 

 

"Nietzsche wirkt in die populäre Breite, und man muss in die Breite gehen" (Andreas Urs Sommer, Nietzsche und die Folgen, 2017)

 

"Viele neue Nietzsches sollen zutage treten? - Ein paar wenige würden genügen..." (Reto Winteler, Friedrich Nietzsche, der erste tragische Philosoph, eine Entdeckung, Basel Schwabe Verlag, 2014)

Laure Verbaere

Nietzsche et l'agrégation de philosophie (avril 2019) lire

OUTIL: Nietzsche et les philosophes français: traces empiriques et paroles 1889-1903 lire

Les éditions de Zarathoustra de 1920 à 1935 voir

et de 1935 à 1950 voir

Dominique de Gaultier de Laguionie, petit-neveu du philosophe français Jules de Gaultier (1858-1942) met à disposition les archives dont il dispose. voir

Jules de Gaultier et Nietzsche

Don Longo:

Les pèlerins à Sils-Maria voir

" (...) [l]es philosophes de profession [...] oublient que Nietzsche ne promulgue pas un catéchisme nouveau mais nous invite à créer nous- même le système des valeurs auquel nous voulons dévouer notre vie. Dosons en nous la quantité de dionysisme et de christianisme mystique qui va nous inspirer. Il y aura autant de solutions qu'il y aura d'individus et c'est de leur collaboration que naîtra la vie nouvelle." (Charles Andler, 1932)

 

Traces orales

Nietzsche « n'est pas allé assez loin dans le sens de sa propre doctrine ; il n'a pas été assez nietzschéen. (…) Nietzsche n'a pas encore un sens suffisant de la relativité : il est encore trop systématique. » (Frédéric RAUH, extrait de cours à la Sorbonne, 1904)

 

 

"Chaque doctrine nouvelle présente certaines arêtes et extrémités outrancières autour desquelles la curiosité frivole de la multitude voltige hâtivement mais ce n'est pas l'exactitude ou la fausseté de quelques points particuliers, ce sont l'étendue et la profondeur de la création qui doivent retenir notre attention. Je ne me suis jamais demandé si les théories nietzschéennes du «surhomme » ou de l'« éternel retour » sont justes ou non: et qui se le demanderait encore, en dehors de quelques ratiocineurs et éplucheurs de livres ? Une grande œuvre ne nous intéresse toujours que par ce double côté: l'homme créateur et l'action créatrice." (Stefan Zweig, L'Humanité, 21 mai 1926)

Le Rire, 10 décembre 1910