Bibliographie inédite des publications françaises sur Nietzsche 1868-1940 (Laure Verbaere et Donato Longo)

1868-1910: BIBLIOGRAPHIE ET COMMENTAIRES DE LAURE VERBAERE

 

(en savoir plus)

1906

Articles sur Nietzsche

MOREAS Jean,  "Nietzsche et la poésie", in Revue littéraire de Paris et de Champagne, t. 1, n°34, janvier 1906, pages 1-3.

Extrait de Jean Moréas, Paysages et sentiments, noté à paraître (Sansot, Paris).

 

ROURE Lucien, "Ernest Seillière. - La Philosophie de l'impérialisme", {Notes bibliographiques}, in Etudes, t. 106, 5 janvier 1906, p. 135-136.

Statue: "L'effort de M. Seillière se porte principalement à montrer le développement de la pensée chez Nietzsche et ses origines intellectuelles. Là est la valeur de son livre. Une érudition solide et une étude consciencieuse des textes donnent autorité à ses conclusions." (p. 135) Discute les éventuels emprunts de Nietzsche à Stirner.

 

SEIPPEL Paul, « Gobineau, Nietzsche, Chamberlain », in Semaine littéraire, 13, janvier 1906, p. 12-15.

 

LICHTENBERGER Henri, « Friedrich Nietzsche. - Gesammelte Briefe III, 2 », {Littérature allemande}, in Revue universitaire, tome I, n˚1, 15 janvier 1906, p. 53-54.

Cf. Friedrich Nietzsches Briefwechsel mit Hans von Bülow, Hugo von Senger, Malwida von Meysenbug, herausgegeben von Elisabeth Förster-Nietzsche und Peter Gast, Berlin und Leipzig, Schuster und Loeffler, 1905 [Krummel, II, AC, p. 203].

 

LICHTENBERGER Henri, « N. Awxentieff. - Kultur-Ethisches Ideal Nietzsches. Darstellung und Kritik », {Littérature allemande}, in Revue universitaire, tome I, n˚1, 15 janvier 1906, p. 54.

Cf. Nikolaus Awxentieff, Kultur-Ethisches Ideal Nietzsches. Darstellung und Kritik, Halle, C. A. Kaemmerer, 1905. [Krummel, II, 459, p. 204-205]

 

CAUSSY Fernand, « La théorie des sacrifices d'après Nietzsche et Joseph de Maistre », in Mercure de France, tome 59, n˚207, 1er février 1906, p. 344-366.

Fernand Caussy est un collaborateur du Mercure de France depuis 1897.

 

Anonyme, {Echos}, in Journal des débats, n°32, 2 février 1906, p. 2.

A propos des souvenirs sur Nietzsche de Franz Overbeck publiés dans la Neue Rundschau (Berlin). Note les rectifications apportées par rapport au témoignage d'Elisabeth Förster-Nietzsche, notamment à propos de Stirner.

 

REICHE Max Mme, "Frédéric Nietzsche et le judaïsme", in Revue des études juives, tome 51, janvier-Mars 1906, p. XXV-LIII.

Texte d’une conférence prononcée le 18 mars 1906.

 

ALBERT Henri, « Memento », {Lettres allemandes}, in Mercure de France, tome 60, n˚209, 1er mars 1906, p. 148-149.

Signale un article publié dans Politisch-Anthropologische Revue : « M. Raoul Richter, à qui l'on doit déjà un excellent ouvrage sur la philosophie de Nietzsche, étudie les idées du philosophe par rapport à la doctrine de l'évolution et la théorie de la race. » (p. 148)

Cf. Raoul Richter, « Nietzsches Stellung zu Entwicklungslehre und Rassetheorie », in Politisch-Anthropologische Monatschrift, Bd. 4, 1906, p. 544-564 [Krummel, II, 573, p. 254]. Voir aussi Krummel, II, 573a, p. 254.

 

SEGOND Jacques, « Le moralisme de Kant et l'amoralisme contemporain », {Revue critique}, in Revue philosophique de la France et de l'étranger, tome 61, n˚3, mars 1906, p. 309-319.

Constate la fin du règne de la morale kantienne : « (...) sous l'influence de Stirner et de Nietzsche (sans parler des influences plus purement littéraire), à la faveur aussi du crédit accordé aux sciences sociales grandissantes, un mouvement s'est dessiné, indifférent ou hostile à la morale ancienne et aux vieilles évaluations. » (p. 309) Décrit les différentes manifestations et conséquences de ce nouvel amoralisme. Remarque aussi l'apparition d' « immoralistes, comme Nietzsche dans la dernière partie de sa carrière » et souligne qu'Alfred Fouillée « a déjà rencontré et combattu l'immoralisme, alors qu'il consacrait à Nietzsche une étude remarquable et instituait un parallèle entre Nietzsche et Guyau. » (p. 309)

Décrit le nouvel ouvrage de Fouillée comme « une introduction à sa Morale positive » dans laquelle « il réunit à dessein les deux tendances, moralisme et amoralisme, estimant que l'une (la kantienne) explique par son outrance l'autre (surtout sous la forme nietzschéenne) ; et, en les combattant l'une et l'autre à titre de demi-vérités, il indique comment il espère les concilier en sa synthèse ultérieure. » (p. 310) Expose la partie consacrée à l'amoralisme de Nietzsche (p. 316-319).

Cf. Alfred Fouillée, Le moralisme de Kant et l'amoralisme contemporain, Paris, Alcan, 1905.

 

DELBOS Victor, « A. Fouillée. - Le moralisme de Kant et l'amoralisme contemporain », {Philosophie}, in Revue universitaire, tome I, n˚3, 15 mars 1906, p. 215-216.

Souligne que l'ouvrage d'Alfred Fouillée « vise à critiquer et à « dépasser » par une nouvelle esquisse du système des idées-forces les deux grandes théories qui, selon l'auteur, sont aux prises sur la réalité, l'utilité ou la nécessité de la morale : d'une part le moralisme kantien qui assigne à la morale une valeur absolue et y subordonne le reste, d'autre part l'amoralisme sous la forme d'une doctrine du plaisir et sous la forme nietzschéenne d'une doctrine de la force. » (p. 215) Ajoute aussitôt : « Mais c'est certainement pour son nouvel examen de la morale kantienne qu'il sera surtout consulté. » (p. 215)

 

Anonyme, « Nietzsche et la Bibliothèque de Karlsruhe », {Echos}, in Mercure de France, tome 60, n˚211, 1er avril 1906, p. 478.

 

GODFERNAUX André, « Paul Gay. - L'amour-propre psychologique en religion », in Revue philosophique de la France et de l'étranger, tome 61, n˚4, avril 1906, p. 427-429.

Signale que la deuxième partie du livre de Paul Gay est consacrée au problème du sentiment religieux et remarque : « Un des meilleurs chapitres est celui où on étudie le « religieux chez Nietzsche. » Ajoute : « Elle ne contient rien de définitif, mais des vues intéressantes, notamment sur Nietzsche. » (p. 429)

 

ARREAT Lucien, « Ernest Seillière. - La philosophie de l'Impérialisme. II. Apollon ou Dionysos. Etude critique sur Frédéric Nietzsche et l'utilitarisme impérialiste », {II. Philosophie générale}, in Revue philosophique de la France et de l'étranger, tome 61, n˚5, mai 1906, p. 533-535.

Commence en remarquant: "La littérature de Nietzsche est déjà si copieuse et si encombrante qu'un écrivain de mérite n'a d'excuse, pour y ajouter encore, que la nouveauté de son propre point de vue. Tel est le cas avec l'ouvrage, très curieux et très sûrement conduit, de M. Ernest Seillière." (p. 533)

 

ESTEVE Louis et GAUDION, « Nietzsche décadent », in Arts et Lettres, mai 1906.

 

Anonyme {Nouvelles diverses}, in Le Ménestrel, 15 mai 1906, p. 226-227.

Sur l'anniversaire d'Elisabeth Förster-Nietzsche et sur Nietzsche et Wagner (p. 227).

 

BESSE Abbé Clément, "Nietzsche chrétien malgré lui", in Revue pratique d'apologétique, t. 2, n°16, 15 mai 1906, p. 145-160.

 

ROURE Lucien, "Jules de Gaultier. - Nietzsche et la réforme philosophique", {Notes bibliographiques}, in Etudes, t. 107, 20 mai 1906, p. 567.

Compte-rendu du livre de Jules de Gaultier. Commence critique: "Il serait temps que les admirateurs de Nietzsche montrassent qu'ils ont profité de ses enseignements en témoignant de plus de liberté d'esprit à son égard. C'est pour le philosophe un spectacle d'une navrante ironie que celui de gens s'appliquant laborieusement à justifier un homme qui toute sa vie a bafoué la vérité et la raison."

 

ALBERT Henri, {Lettres allemandes}, in Mercure de France, tome 61, n˚215, 1er juin 1906, 460-465.

Compte-rendu de Bernard Scharlitt, « Le Polonisme de Nietzsche », publié dans Politisch-Anthropologische Revue (p. 464).

Cf. Bernard Scharlitt, « Über Nietzsches Polentum », in Politisch-Anthropologische Monatschrift, Bd. 5, 1906, p. 38-44 [Krummel, II, 499, p. 222].

 

HIRSCH Charles-Henry, « Mémento », {Les revues}, in Mercure de France, tome 61, n˚216, 15 juin 1906, p. 606-607.

Signale : « Arts et Lettres (mai. Nietzsche décadent, par M. L. Estève et M. G. Gaudion. » (p. 606)

 

LICHTENBERGER Henri, « August Horneffer. - Nietzsche als Moralist und Schriftsteller », {Littérature allemande}, in Revue universitaire, tome II, n˚7, 15 juillet 1906, p. 151-152.

Cf. August Horneffer, Nietzsche als Moralist und Schriftsteller, Jena, Diederichs, 1906 [Krummel, II, 519, p. 229-230].

 

LICHTENBERGER Henri, « A. Düringer. - Nietzsches Philosophie vom Standpunkte des modernen Rechts », {Littérature allemande}, in Revue universitaire, tome II, n˚7, 15 juillet 1906, p. 152-153.

Cf. Dr. Adalbert Düringer, Nietzsches Philosophie vom Standpunkte des modernen Rechts, Leipzig, Veit, 1906 [Krummel, II, 537, p. 240-241]. Voir aussi Krummel, II, 537a, p. 241.

 

Anonyme, "Mme Forster-Nietzsche", in Le Journal, 23 août 1906, p. 5.

A propos des fêtes organisées à Weimar en l'honneur d'Elisabeth Förster-Nietzsche.

 

Anonyme, {Informations}, in Le Radical, n°237, 25 août 1906, p. 2.

A propos des fêtes organisées à Weimar en l'honneur d'Elisabeth Förster-Nietzsche.

 

Anonyme, "A la mémoire de Nietzsche", in Journal de Genève, 25 août 1906, p. 2.

A propos des fêtes organisées à Weimar en l'honneur d'Elisabeth Förster-Nietzsche.

 

Grains de bon sens, "La sœur de Nietzsche", {Echos}, in La Justice, 28 août 1906, p. 1.

A propos des fêtes organisées à Weimar en l'honneur d'Elisabeth Förster-Nietzsche. Signale et reproduit une partie de l'ode de Gabriel d'Annunzio.

La Justice est un quotidien dirigé par Georges Clemenceau.

 

BOUHELIER Saint-Georges de, "Les antigones", in L'Aurore, n°3242, 4 septembre 1906, p. 1.

A propos d'Elisabeth Förster-Nietzsche.

 

BOUYER Raymond, ""Obermann" précurseur et le surhomme de Nietzsche", {Petites notes sans portée}, in Le Ménestrel, 9 septembre 1906, p. 281-282.

 

JEAN Lucien, « Le romantisme nietzschéen. A Henri Vandeputte », in Antée, n˚16, 15 octobre 1906, p. 482-489.

 

DERENNES Charles, "En suivant Nietzsche", in Le Journal, n°5131, 18 octobre 1906, p. 3.

 

PANURGE, "Surhomme!", {Echos}, in Le Radical, n°296, 23 octobre 1906, p.2.

 

Anonyme, « Il Crepuscolo dei Filosofi, par G. Papini », in Revue de métaphysique et de morale, tome XIV, n˚6, supplément de novembre 1906, p. 11.

« Œuvre facile à lire, vivante, amusante même, où l'auteur, avec une désinvolture admirable, dit son fait à chacun des maîtres de la pensée moderne. » Passe en revue ces penseurs : Kant, Hegel, Schopenhauer, Comte, spencer et Nietzsche qui « n'a fait que la théorie de sa faiblesse, de sa maladie et de son impuissance. »

 

ADAM Paul, "Les Mouettes", in L'Illustration théâtrale, 45,11 novembre 1906.

Texte de la pièce.

 

BEAUNIER André, "Les idées de Chambalot", in Le Figaro, n°318, 14 novembre 1906, p. 1.

Compte-rendu des Mouettes de Paul Adam. Procès du nietzschéisme qui est une "caricature des idées de Nietzsche".

 

LAUNAY Guy, {Au théâtre}, in Le Matin, n°8297, 15 novembre 1906, p. 2.

A propos de la pièce de Paul Adam, Les Mouettes, note: "Depuis. de longues années, des philosophes enseignent la jeunesse qu'elle doit se délivrer d'une vaine sensibilité et lutter farouchement pour la vie les professeurs d'énergie sont les ennemis de la pitié, et l'on ne saurait imaginer l'influence qu'a eue, par exemple, l'Allemand Nietzsche sur les étudiants français."

 

LICHTENBERGER Henri, « Th. Lessing. - Schopenhauer. Wagner. Nietzsche. Einführung in Moderne deutsche Philosophie », {Littérature allemande}, in Revue universitaire, tome II, n˚9, 15 novembre 1906, p. 326-327.

Cf. Theodor Lessing, Schopenhauer, Wagner, Nietzsche. Einführung in moderne deutsche Philosophie, München, C. H. Beck, 1906 [Krummel, II, 517, p. 227-228].

 

BRULAT Paul, "Les devoirs de l'homme", in Le Radical, n°322, 18 novembre 1906, p. 1.

A propos de Paul Adam et de la morale de Nietzsche.

 

PASCAL Félicien, "Du romantisme à l'anarchie. La déformation de l'énergie dans le surhomme", in Le Correspondant, 25 novembre 1906, p. 75-780.

 

ALBERT Henri, « A propos des « Mouettes ». Nietzsche et M. Paul Adam », in Mercure de France, tome 64, n˚227, 1er décembre 1906, p. 384-389.

 

BURY Robert de, « Nietzsche et la presse française (le Figaro, le Temps, le Radical, etc., etc.) », {Les journaux}, in Mercure de France, tome 64, n˚227, 1er décembre 1906, p. 447-449.

A propos de l'accueil de la pièce de Paul Adam

 

BONHOMME CHRYSALE Le, "L'arrivisme", {Notes de la semaine}, in Annales politiques et littéraires, t. 47, n°1223, 2 décembre 1906, p. 353.

Suite à la pièce de Paul Adam, Les Mouettes, qui défraie les conversations, s'efforce de définir le "surhomme".

 

FAGUET Emile, "Le « Surhomme » d'après Nietzsche", {Etudes et portraits}, in Annales politiques et littéraires, t. 47, n°1223, 2 décembre 1906, p. 355-357.

 

Anonyme, "Deux philosophes", in Supplément des annales littéraires, t. 47, n°1223, 2 décembre 1906, p. 1.

Parallèle entre Robert Auget, baron de Montyon (1733-1820) et Nietzsche. Avec un portrait de Nietzsche et un extrait de Zarathoustra sous le titre "Une leçon de « surhomie »".

 

D.[AGAN] H. [enri], "Frédéric Nietzsche et M. Paul Adam", {Les revues}, in Les Cahiers de l'Université Populaire, t. 1, n°12, 10 décembre 1906, p. 561-563.

A propos de Paul Adam et de l'article d'Henri Albert dans le Mercure de France. Longs extraits.

 

ADAM Paul, « Défense de Chambalot », in Mercure de France, tome 64, n˚228, 15 décembre 1906, p. 553-558.

 

DOUMIC René, « Le théâtre déliquescent », {Revue dramatique}, in Revue des Deux Mondes, tome 36, 15 décembre 1906, p. 912-922.

A propos de la pièce de Paul Adam, Les Mouettes (p. 912-917). Résume l'intrigue et présente le personnage de Chambalot comme un « butor » qui « s'étale avec impudence dans son cynisme de malotru : il parle fort, fait taire les gens, fume devant les dames, se sert le premier à table et commet toutes les incongruités qui concernent son état. » Remarque que sa « goujaterie s'autorise des plus récentes hypothèses mise en circulation par la philosophie et la science » et en conclut que Chambalot est « darwinien et nietzschéen. » (p. 914)

 

LEVY Paul, "La parodie de Nietzsche", in L'Aurore, n°3344, 15 décembre 1906, p. 1.

En réaction à l'article d'André Beaunier dans le Figaro en novembre.

 

FLORENCE Jean, « Zarathoustra parmi les nations », in Phalange, n˚18, 15 décembre 1906, p. 522-528.

Fondée en 1906, La Phalange est une revue littéraire mensuelle fondée et dirigée par Jean Royère. Elle est l'organe du mouvement néo-symboliste. A partir du 15 mars 1908, elle fusionne avec la revue symboliste belge Antée ; elle paraîtra jusqu'en 1939. Pour un descriptif détaillé, cf. La vie littéraire en France en 1908. Analyse et dépouillement des périodiques, Paris, 1986, tome III, p. I-IV.

 

L., « Compte rendu de « En lisant Nietzsche » d'Emile Faguet », in Bulletin des bibliothèques populaires, 1906, p. 115.

 

DAURIAC Lionel, « Le crépuscule de la morale kantienne : impressions et réflexions sur la crise actuelle », in L'année philosophique, volume XVII, 1906, p. 125-151.

A la question « Kant ou Aristote » qui caractérise le déclin de la morale kantienne va se substituer ou plutôt se superposer le dilemme : Tolstoï ou Nietzsche (p. 140). Analyse l’œuvre de ces « deux maîtres » (p. 141-143) et se demande ensuite « pourquoi le dilemme « Tolstoï ou Nietzsche » se conclut le plus souvent, par l'option Nietzsche. » (p. 143-149) Conclut en remarquant que la crise actuelle dont Nietzsche et ses disciples sont à l'origine « est moins une crise de la pensée ou de la conscience, qu'une crise de l'imagination, autrement dit une crise surtout littéraire, quelques chose comme une survivance de feu le Romantisme. » (p. 151)


dernières mises à jour

 

 

Moteur de recherche:

NOUVEAU:

 

Jean-Pierre DUMONT

Nietzsche et Loti. Et vice versa (2021)

 

 

 Julien Dupré

Nietzsche et les nationalistes français. Réceptions et usages d’une œuvre philosophique (1898 – 1945) lire

 

Renée Thomas

"Nietzsche dans l'enseignement de la philosophie en classe Terminale" (1985)

 

Rahel Wartenweiler

Charles Andler et la politisation de Nietzsche: une analyse de la dimension politique d’un transfert culturel (1890-1933)  lire

 

Projet de recherche

“The work must go on.” An investigation of Charles Andler, Malwida von Meysenbug, and the Nexus of Nietzschean Socialism (1890-1930) (Martine Béland) – CCÉAE (umontreal.ca)

 

La philosophie de  Nietzsche et le mouvement socialiste français (1890-1914)

Don LONGO

 

"Le Sang de Nietzsche" testament d'Arnaud Dandieu. Edition commentée par Christian Roy (2015/2020) 

 

 

Nietzsche et Zola

(Jean-Pierre Dumont, septembre 2019)

 

Que pensait Emile Zola de Nietzsche? de Wagner? lire

 

 

"Nietzsche wirkt in die populäre Breite, und man muss in die Breite gehen" (Andreas Urs Sommer, Nietzsche und die Folgen, 2017)

 

"Viele neue Nietzsches sollen zutage treten? - Ein paar wenige würden genügen..." (Reto Winteler, Friedrich Nietzsche, der erste tragische Philosoph, eine Entdeckung, Basel Schwabe Verlag, 2014)

Laure Verbaere

Nietzsche et l'agrégation de philosophie (avril 2019) lire

OUTIL: Nietzsche et les philosophes français: traces empiriques et paroles 1889-1903 lire

Les éditions de Zarathoustra de 1920 à 1935 voir

et de 1935 à 1950 voir

Dominique de Gaultier de Laguionie, petit-neveu du philosophe français Jules de Gaultier (1858-1942) met à disposition les archives dont il dispose. voir

Jules de Gaultier et Nietzsche

Don Longo:

Les pèlerins à Sils-Maria voir

" (...) [l]es philosophes de profession [...] oublient que Nietzsche ne promulgue pas un catéchisme nouveau mais nous invite à créer nous- même le système des valeurs auquel nous voulons dévouer notre vie. Dosons en nous la quantité de dionysisme et de christianisme mystique qui va nous inspirer. Il y aura autant de solutions qu'il y aura d'individus et c'est de leur collaboration que naîtra la vie nouvelle." (Charles Andler, 1932)

 

Traces orales

Nietzsche « n'est pas allé assez loin dans le sens de sa propre doctrine ; il n'a pas été assez nietzschéen. (…) Nietzsche n'a pas encore un sens suffisant de la relativité : il est encore trop systématique. » (Frédéric RAUH, extrait de cours à la Sorbonne, 1904)

 

 

"Chaque doctrine nouvelle présente certaines arêtes et extrémités outrancières autour desquelles la curiosité frivole de la multitude voltige hâtivement mais ce n'est pas l'exactitude ou la fausseté de quelques points particuliers, ce sont l'étendue et la profondeur de la création qui doivent retenir notre attention. Je ne me suis jamais demandé si les théories nietzschéennes du «surhomme » ou de l'« éternel retour » sont justes ou non: et qui se le demanderait encore, en dehors de quelques ratiocineurs et éplucheurs de livres ? Une grande œuvre ne nous intéresse toujours que par ce double côté: l'homme créateur et l'action créatrice." (Stefan Zweig, L'Humanité, 21 mai 1926)

Le Rire, 10 décembre 1910