Bibliographie inédite des publications françaises sur Nietzsche 1868-1940 (Laure Verbaere et Donato Longo)

1868-1910: BIBLIOGRAPHIE ET COMMENTAIRES DE LAURE VERBAERE

 

(en savoir plus)

1907

Ouvrages avec une section sur Nietzsche

DESERS Léon, Les morales d'aujourd'hui et la morale chrétienne, Paris, Vve C. Poussielgue, 1907.

Première conférence, « La morale de la force du du "Moi" » essentiellement consacrée à Nietzsche (p. 3-55)

 

FAGUET Emile, Propos de théâtre, 4ème série, Paris, Société française d'imprimerie et de librairie, 1907.

Contient une critique (datée du 19 novembre 1906) de la pièce de Paul Adam, Les Mouettes (p. 118-123)

 

LASSERRE Pierre, Les idées de Nietzsche sur la musique, Paris, Mercure de France, 1907.

Fausse indication de la page de titre: "1905"

Le livre reproduit la petite thèse (thèse complémentaire) de doctorat de Pierre Lasserre, soutenue le 2 mars 1907. Il paraît bien en 1907.

Réédition en 1927 (Garnier-Mercure de France) et en 1929 (Calmann-Lévy)

 

MIOMANDRE Francis de, Visages, Bruges, A. Herbert, 1907.

Contient "Thomas Graindorge et Zarathoustra", avec des pages sur la réception de Nietzsche. Entre autres:

"Le Nietzsche d'aujourd'hui, en effet, est quelque chose de tellement différent du Nietzsche réel qu'on ne saurait trop insister sur cette distinction.

Le philosophe a subi une telle déformation et la doctrine une interprétation si spéciale que tous deux en sont devenus plus légendaires et religieux que réels. Instrument délicat entre des mains imprudentes et maladroites, la théorie a fini par se fausser et par paraître absurde. (p. 46-47)

Ouvrages qui évoquent Nietzsche

ADAM Paul, La morale des sports, Paris, La librairie mondiale, 1907.

 

BELLAIGUE Camille, Etudes musicales, 3ème série, Paris, 1907.

Reprise de « L'évolution musicale de Nietzsche » publié dans la Revue des deux mondes en 1905.

 

BELOT Gustave, Etudes de morale positive, Paris, Alcan, 1907.

Introduction: « Presque partout, là du moins où, non contente des formules traditionnelles et des dogmes du catéchisme, elle aspire à se comprendre et à se réfléchir elle-même, dans les livres des purs philosophes ou dans l'enseignement des professeurs, c'est d'ordinaire à une doctrine métaphysique qu'elle s'arrête.
Mais on peut dire que la pensée contemporaine et presque la conscience publique elle-même sont aujourd'hui en quête d'une morale positive, et qu'un effort s'y produit dans ce sens, comparable, et sans doute connexe, au travail de laïcisation qui se poursuit, surtout en France, depuis quelques décades. Les entreprises mêmes qui au premier abord semblent purement destructives, comme l'immoralisme d'un Nietzsche, et qui reflètent en partie, en partie stimulent la conscience commune, ne sont peut-être en réalité que les symptômes les plus aigus et les plus révolutionnaires de ce besoin moral. Car une morale plus positive, nous le verrons, sera une morale plus autonome, et l'immoralisme n'est guère au fond qu'une affirmation à la fois intempérante et indéterminée d'autonomie. » (p. 1-2) Présences de Nietzsche tout au cours de l'ouvrage.

 

BOIS Jules, Le miracle moderne, Paris, Ollendorff, 1907.

L'introduction se termine par une partie intitulée « Le surhomme ».

 

BOUYER Raymond, Un contemporain de Beethoven: Obermann, précurseur et musicien, Paris, Fischbacher, 1907.

Contient un passage intitulé Obermann précurseur et le surhomme de Nietzsche (p. 71-74) déjà publié dans Le Ménestrel en septembre 1906.

 

FOUILLEE Alfred, Morale des idées-forces, Paris, Alcan, 1907. (Bibliothèque de philosophie contemporaine)

 

FOURNIERE E., L'individu, l'association et l'Etat, Paris, 1907.

 

GAULTIER Jules de, L'indépendance de la morale et l'indépendance des mœurs, Paris, Société du Mercure de France, 1907.

 

GOURMONT Remy de, Epilogues 1905-1907, Paris, Société du Mercure de France, 1907.

Cf. C. Forth, Becoming a destiny, p. 269. Plusieurs fragments et aphorismes de Remy de Gourmont sur Nietzsche ont été repris dans Remy de Gourmont, Des pas sur le sable, Rennes, éditions Ubac, 1989, p. 14, 26, 33, 56.

 

HALEVY Daniel, Un épisode, Paris, Cahiers de la quinzaine, 1907.

 

HÖFFDING Harald, Philosophes contemporains, traduit de l'allemand par A. Tremesaygues, Paris, Alcan, 1907, 1 vol. in-8.

Nouvelle édition revue, 1908.

Philosophe danois, Harald Höffding (1843-1932) est professeur de philosophie à l'Université de Copenhague. Il a d'abord publié son ouvrage en allemand : cf. Moderne Philosophen. Vorlesungen, gehalten an der Universität in Kopenhagen im Herbst 1902, O. R. Reisland, Leipzig, 1905. [Krummel, II, 458, p. 203-204].

 

JARRY Alfred, Albert Samain (souvenirs), Paris, Victor Lemasle, 1907.

« On imagine à peine aujourd'hui, ou les révolutionnaires d'un peu lointain passé sont des gloires admises, l'éblouissement que ne connurent peut-être point d'autres générations et qui, vers 1892, transporta maints jeunes hommes de vingt ans, amoureux de belles lettres et croyant alors ne les point ignorer, quand leur fut révélée une littérature qui s'avisait manifestement l'unique — au moins à leurs enthousiasmes d'alors. C'était le temps où, près du Panthéon futurs normaliens, avocats, voire officiers ou médecins, (...) s'informaient, assez à fond pour s'en glorifier aujourd'hui, du grec (...) ou de la philosophie en notant le cours, précieux entre tous, de M. Bergson, qui improvisait devant ces adolescents s'éveillant au sérieux, sa théorie du Rire. Dès 1889. en des provinces, M. B. Bourdon leur avait expliqué, pour le scandale futur des examinateurs en Sorbonne et quoiqu'il ne fût point encore traduit, Nietzsche. » (p. 5-6)

 

LAGORGETTE Jean, Le fondement du droit et de la morale, Paris, Giard et Brière, 1907.

 

LE BON Gustave, L'évolution des forces, Paris, Flammarion, Bibliothèque de Philosophie scientifique, 1907.

Ecrit: « A une certaine période de vieillesse, les éléments retournent à l'éther d'où ils sont sortis.
Cette destruction finale est peut-être suivie, dans la suite des âges, d'un nouveau cycle de naissance et d'évolution, sans qu'il soit possible d'assigner un terme à ces destructions et à ces recommencements probablement éternels. » Ajoute une note infrapaginale: « Ce qui précède rappelle un peu le "Retour éternel" de Nietzche; c'est une hypothèse, dénuée d'ailleurs d'importance, que j'avais formulée bien longtemps avant lui, comme l'a rappelé M. le professeur Lichtenberger dans un livre consacré aux doctrines de ce philosophe. »(p. 96)

 

LE BRUN Roger, "Le théâtre", in Almanach des lettres françaises 1906, Paris, Sansot, 1907, p. 231-333.

Contient une critique de la pièce de Paul AdamLes Mouettes (p. 295-298).

Discute le "nietzschéisme" du héros avec un aperçu sur la manière dont le problème est traité en novembre 1906.

 

LICHTENBERGER Henri, L'Allemagne moderne ; son évolution, Paris, Flammarion, 1907, 399 pages, vol. in-12. (Bibliothèque de philosophie scientifique)

A propos de Nietzsche (p. 304-318).

 

MARMANDE R. de, Les intellectuels devant les ouvriers, Paris, 1907.

 

RIBOT Théodule, Essai sur les passions, Paris, Alcan, 1907.

Se sert de l'expression "volonté de puissance", et de l'expression "généalogie des passions".

Difficile de croire qu'il ne pense pas à Nietzsche quand il écrit dans la conclusion:

"Pour le psychologue, les grands passionnés sont des héros à leur manière, fascinés et possédés par leur idéal, entraînés par lui jusqu'à la mort; c'est pourquoi les grandes passions s'imposent à l'admiration des hommes comme les grandes forces de la nature 1.
(...)
1. Il n'y a pas lieu de discuter ici leur valeur morale et sociale. " (p. 184)

Nietzsche dans la littérature

ADAM Paul, Les Mouettes, Paris, Ollendorff, 1907.

Comédie en trois actes, en prose, représentée pour la première fois sur la scène du Théâtre-Français le 14 novembre 1906.

Adaptation au cinéma en 1917: film de 58 minutes sorti le 1er septembre 1917.

Restauration en 2018 et projection le 13 mars 2019 (Toute la mémoire du monde. 7ème festival international du film restauré

 

GILLOUIN René, Ars et Vita, Paris, 1907.

Né en 1881, René Gillouin est un ancien élève de l'Ecole normale supérieure et il s'intéresse aux problèmes de philosophie sociale et religieuse. Outre ce roman, Ars et vita, il a publié des ouvrages sur Kant, Bergson, Seillière et plusieurs essais.

 

ORLIAC Jehanne d', Les murmures, les chants, les cris, Paris, Sansot, 1907.

Contient une épigraphe de Nietzsche: « Deviens qui tu es. »

Articles sur Nietzsche

GHEON Henri, « Dieu à Paris. Romantisme et classicisme nietzschéens », in Antée, n˚8, 1er janvier 1907, p. 852-859.

S'indigne : « Chambalot!... Donc, le nietzschéisme qui n'avait pas encore touché les masses vient de retentir à tous les échos du tréteau surélevé de la grande Comédie, par le porte-voix éclatant de M. Paul Adam. Et, bonnes gens, le nietzschéisme, écoutez bien, c'est... Chambalot!! - N'insistons pas. M. Henri Albert a suffisamment répudié le disciple indigne et cocasse dans un récent article. Toute doctrine aura connu ainsi les exagérations ridicules et dénuées de sens, dès qu'elle aura quitté le livre. » (p. 855-856)

 

PAUL Georges, "L'Homme qui vient (Philosophie de l'Autorité), par Georges Valois", {Les livres}, in Les Cahiers de l'Université Populaire, t. 2, n°14, 10 février 1907, p. 618-621.

Note: "Par son esprit réactionnaire, ce livre mériterait plutôt de s'appeler « L'Homme qui s'en va ».
M. Valois, nourri de Nietzsche, a accommodé les idées de cet auteur à la sauce monarchique; il déclare, en effet, dans son introduction, qu'il se dégage de son œuvre une odeur Nietzschéenne. Ce langage est dur, écrit-il. Admettons plutôt qu'il est cassant.
Notre auteur Nietzschéen, autrefois contempteur de l'autorité, cause de tout le mal — évangile anarchiste — est aujourd'hui apologiste de l'autorité, cause de tout le bien — évangile néo-monarchiste. Les extrêmes se touchent. Aussi, M. Valois qui, dans le cours de son ouvrage, entonne quelques hymnes à l'énergie, n'a-t-il pas eu besoin de faire grand effort pour évoluer de la sorte. En effet, l'individualiste Nietzschéen, malgré sa phraséologie d'homme libre, est bien près, par son admiration exagérée de la force, du réactionnaire le plus endurci, tellement près, qu'il peut bien parfois se confondre avec lui. C'est le cas de M. Georges Valois, et c'est pourquoi sa philosophie de l'autorité ne nous change pas beaucoup de la philosophie de la liberté selon Nietzsche ou Stirner, que nous avons entendue - oh, combien souvent - ressasser autrefois dans les groupes libertaires. Seules les conclusions diffèrent, les prémisses sont les mêmes." (p. 618-619)

 

EVE Marie, "Lettre d'une provinciale", in Le Démocrate, 21 février 1907, p. 1.

Lettre à Mme Thérèse D.

Evoque des discussions sur Nietzsche avec son mari.

A propos du "snobisme, flotti-flottant, de Tolstoï à Ibsen, d'Ibsen à Nietzsche, de Nietzsche à d'Annunzio. Et puis, qui après ? Nos écrivains de tout talent parlent de Nietzsche comme s'ils avaient été de ses familiers, il est du reste familier à tous nos subtils intellectuels, je dis même sans ironie, aux plus subtils.
Mais est-on bien sûr que le commun des lecteurs, qui ne s'initiera
jamais, espérons-le pour sa santé intellectuelle, à ses flamboyantes  abstrusions, a compris ce qu'a pu être et dire, à peu près, cet homme étrange ?
(...)Toute la fulguration des images, toute la véhémence tourmentée d'un grand lyrique, toutes les âpretés et tous
les enthousiasmes éclatent dans le style de ce philosophe. Même traduit, il reste beau."

 

LAZARILLE, "La mort de Nietzsche", in Semaine littéraire, n°686, 23 février 1907.

Référence citée d'après la Gazette de Lausanne du 1er mars 1907, p. 3.

 

DUMONT-WILDEN Louis, « Réflexions sur l'immoralisme », in Antée, n˚10, 1er mars 1907, p. 1023-1044.

 

DELBOS Victor, « Etudes sur la Philosophie morale au XIXe siècle », {Philosophie}, in Revue universitaire, tome I, n˚3, 15 mars 1907, p. 262-263.

Examine l'étude d'Henri Lichtenberger consacrée à Nietzsche.

 

FAGUET Emile, « Ars et Vita », in Revue latine 25 mars 1907, p. 270-272.

Compte-rendu du roman de René Gillouin, Ars et Vita. Commence par s'exclamer : « O Nietzsche! que de sottises on écrira en ton nom! » (p. 270) Parce qu'il a lu Nietzsche, le jeune héros s'accorde le droit de tuer la femme qui l'aime mais qui « s'oppose au développement de sa surhumanité » : telle est l'idée sans intérêt du roman, selon Faguet. Préfère s'intéresser au caractère, « moitié néronien, moitié nietzschéen » (p. 270), au type d'homme esquissé dans le roman, : « un type abominable mais très vrai, le type de l'homme qui unit toutes les audaces de pensée à toutes les lâchetés du cœur, et qui prétend excuser les unes par les autres. » (p. 272)

 

PALANTE Georges, « Anarchisme et individualisme », in Revue philosophique de la France et de l'étranger, tome 63, n˚4, avril 1907, p. 337-365.

 

Anonyme, "Publications nouvelles. Œuvres récemment exécutées", in La Revue musicale, n°8, 15 avril 1907, p. 201-212.

Compte-rendu du livre de Pierre Lasserre, Les idées de Nietzsche sur la musique, publié aux éditions du Mercure de France (p. 210)

 

Anonyme, « Schopenhauer und Nietzsche, par Georg Simmel », in Revue de métaphysique et de morale, tome XV, n˚3, supplément de mai 1907, p. 12-13.

Cf. Georg Simmel, Schopenhauer und Nietzsche. Ein Vortragszyklus, Duncker & Humblot, Leipzig, 1907 [Krummel, II, 602, p. 272-273]. Voir aussi Krummel, II, 602a et 602b, p. 274.

 

HALEVY Daniel, « L'enfance et la jeunesse de Nietzsche », in Revue de Paris, 1er mai 1907, p. 105-120.

 

HALEVY Daniel, « L'enfance et la jeunesse de Nietzsche », in Revue de Paris, 15 mai 1907, p. 372-394.

 

LICHTENBERGER Henri, « Georg Simmel. - Schopenhauer und Nietzsche. Ein Vortragszyklus », {Littérature allemande}, in Revue universitaire, tome I, n˚5, 15 mai 1907, p. 441-442.

Cf. Georg Simmel, Schopenhauer und Nietzsche. Ein Vortragszyklus, Duncker & Humblot, Leipzig, 1907 [Krummel, II, 602, p. 272-273]. Voir aussi Krummel, II, 602a et 602b, p. 274.

 

LICHTENBERGER Henri, « R. Saitschick. - Deutsche Skeptiker : Lichtenberg, Nietzsche. Zur Psychologie des neueren Individualismus », {Littérature allemande}, in Revue universitaire, tome I, n˚5, 15 mai 1907, p. 442-443.

Cf. Robert Saitschick, Deutsche Skeptiker : Lichtenberg - Nietzsche. Zur Psychologie des neueren Individualismus, Berlin, Ernest Hofmann, 1906 [Krummel, II, 542, p. 242-243]. Robert Saitschick (1868-1965), philosophe, professeur à l'Université de Berne en 1889 puis écrivain indépendant à Berlin, Genève et Paris.

 

LICHTENBERGER Henri, « Pierre Lasserre. - Les idées de Nietzsche sur la musique », {Littérature allemande}, in Revue universitaire, tome I, n˚5, 15 mai 1907, p. 443-444.

 

Anonyme, "Un élève de Nietzsche", in La Liberté, n°125, 3 juin 1907, p. 1.

  

VAN TIEGHEM Paul, « Le Surhomme dans les romans de Gabriele d'Annunzio », in Revue du mois, tome 3, n˚18, 10 juin 1907, p. 658-679.

Constate : « (...) jusqu'ici peu de doctrines ont eu un tel succès, au moins de curiosité et de vogue : succès dont il est difficile à l'heure présente de prévoir la durée, mais dont il est impossible de nier la grandeur. La philosophie du fier aristocrate est devenue presque populaire : on parle couramment aujourd'hui de Surhomme ou de Surhumain, de morale d'esclaves et de morale des maîtres, et l'ont agit « par delà le bien et le mal » dans le sens du Jenseits allemand. On est assez d'avis entre gens distingués que « l'homme est quelque chose qui doit être surmonté » et qu'il convient de changer la « table des valeurs ». Ainsi parla Zarathustra... » (p. 658)

 

MASSON Paul-Marie, "Les idées de Nietzsche sur la musique", {Esthétique musicale}, in Le Mercure musical, vol. 3, 15 août 1907, p. 841-846.

 

LAZARILLE, "Une amoureuse de Nietzsche", {Echos de partout}, in Semaine littéraire, 17 août 1907.

Référence citée d'après l'annonce publiée dans le Journal de Genève du 18 août 1907, p. 5.

 

LALANDE André, « G. Papini. - Il Crepusculo dei Filosofi », {Philosophie générale}, in Revue philosophique de la France et de l'étranger, tome 64, n˚9, septembre 1907, p. 288-291.

Constate que pour faire le procès de la philosophie, l'auteur passe en revue les gloires philosophiques du XIXe siècle : « Kant, Hegel, Schopenhauer, Aug. Comte, Spencer, Nietzsche. » (p. 289) Au sujet de Nietzsche en particulier, remarque : « On s'attendrait à voir mieux traiter l'auteur de Zarathustra. Il y a tant de Nietzschéisme dans la manière de M. Papini! Eloge constant de l'action, seule valeur et seul critérium ; mépris de la foule moutonnière ; enthousiasme pour l'héroïsme, pour la vie, pour la santé, pour la force ; immoralisme, individualisme outrancier, culte de la nouveauté ; même confiance dans l'avenir, même goût du décor, même manière virulente de déclarer ses antipathies. D'ailleurs, le titre même du Crépuscule des philosophes n'est-il pas une imitation de la Götterdämmerung? L'auteur ne prétend-il pas, lui aussi, philosopher à coups de marteau? » (p. 290) Or, constate en détaillant que « Nietzsche n'est pourtant pas plus épargné que les autres. » (p. 290-291)

Cf. G. Papini, Il Crepusculo dei Filosofi, Societa editrice Lombarda, Milan, 1906.

 

BENOIST-HANAPPIER Louis, « Le prophète Nietzsche », in Pages libres, n°350, 14 septembre 1907.

Contient: I Sa vie, sa folie, II Caractère de son œuvre, III Le surhomme, IV Valeurs morales, V Christianisme, socialisme.

 

BENOIST-HANAPPIER Louis, « Le prophète Nietzsche », in Pages libres, n°351, 21 septembre 1907.

Contient: VI Le retour éternel, VII Précurseurs de Nietzsche,  VIII Influence, morale, IX Conclusion.

 

ANDLER Charles, « Nietzsche et Jacob Burckhardt : Leur philosophie de l'histoire », in Revue de synthèse historique, tome XV-2, n˚44, octobre 1907, p. 121-149.

Remarque d'emblée : « Il faut, quand on parle de l'amitié qui a uni Jacob Burckhardt et Nietzsche, faire un grand effort d'impartialité. Ils ont tous deux des admirateurs qui tenteront d'accaparer pour l'un ou pour l'autre à l'exclusion du rival, le mérite d'une œuvre entreprise par eux en commun. » (p. 121)

Pour sa part, il se situe sur le terrain de l'impartialité en ajoutant aussitôt : « Représentons-nous ce que fut, dans la vie réelle, cette amitié. » (p. 121)

Il existe une traduction allemande de cet article ; cf. Nietzsche et Jacob Burckhardt, mit einer Einführung : Andlers Nietzschewerk von Geneviève Bianquis, Basel-Strassburg, s. d. (Le nom du traducteur n'est pas indiqué. Cf. Ernst Tonnelat, Charles Andler, sa vie et son œuvre, Paris, Société d'édition : les Belles Lettres, 1937, p. 160.

Andler précise que cette étude fait partie d'un ouvrage en préparation sur Frédéric Nietzsche, sa vie et sa pensée.

 

MARNOLD Jean, « Nietzsche et la musique. Classicisme et romantisme », in Mercure de France, tome 69, n˚247, 1er octobre 1907, p. 443-452.

 

D [illisible] A.,« Le miracle et le surhomme », in La Croix, 5 octobre 1907, p. 5.

 

LAZARILLE, "Nietzsche dans l'intimité", {Echos de partout}, in Semaine littéraire, 12 octobre 1907.

Référence citée d'après l'annonce publiée dans la Gazette de Lausanne du 17 octobre 1907, p. 5.

 

BESSON Paul, « A. Bossert. - Essais sur la littérature allemande », {Analyses et comptes rendus}, in Revue internationale de l'enseignement, tome 54, n˚10, 15 octobre 1907, p. 378-379.

Présente chacun des onze essais dont se compose le volume de Bossert. Conclut particulièrement brièvement : « Enfin les trois derniers chapitres du livre de M. B. sont consacrés à Ernest Curtius d'après sa correspondance, à L'album poétique de Strauss et à L'idée du retour éternel d'après Nietzsche. » (p. 379)

 

DELFOUR Abbé, "Une définition du sans-patrie", in L'Univers, 26 octobre 1907, p. 1.

A propos des vues de Nietzsche (le "sans-patrie") sur le socialisme et l'Allemagne.

 

Anonyme, « L'Année philosophique », {Revues et périodiques}, in Revue de métaphysique et de morale, tome XV, n˚6, supplément de novembre 1907, p. 22-23.

Compte-rendu de l'article publié par Lionel Dauriac, « Le Crépuscule de la morale kantienne, impression et réflexions sur la crise actuelle ». (p. 22-23) Résume en soulignant cette tendance qu'ont « les jeunes gens, avides de jouer un rôle dans la crise contemporaine, mais dénués trop souvent d'une sérieuse culture philosophique, à poser la question morale sous la forme rudimentaire de ce dilemme : Ou Tolstoï, ou Nietzsche. » (p. 23)

 

SEGOND J., « Le concept de valeur d'après deux ouvrages récents », in Revue philosophique de la France et de l'étranger, tome 64, n˚11, novembre 1907, p. 546-554.

Signale que Trojano est déjà connu grâce à très assez grand nombre d'essais tandis qu'Orestano, « écrivain beaucoup moins fécond, en dehors de deux études sur Kant, s'est fait connaître - et non pas seulement en Italie - par un essai sur les idées fondamentales de Frédéric Nietzsche, le plus objectif peut-être, au jugement de M. Ribot, de tous ceux qui furent consacrés à l'auteur de Zarathoustra. » (p. 547)

Discutant les idées de Trojano, explique que les théories volontaristes sont aussi inefficaces que les théories intellectualistes et précise : « (...) L'on ne saurait réduire toutes les valeurs aux pures valeurs biologiques, affirmer comme idéal exclusif avec Nietzsche « la vie luxuriante et tropicale », sans nier les valeurs morales qui impliquent une défaite au regard de la vie physiologique. » (p. 549)

Cf. P. R. Trojano, Le basi dell' Umanismo, Turin, Fratelli Bocca, 1907 et F. Orestano, I valori umani, Turin Fratelli Bocca, 1907.

 

LICHTENBERGER Henri, « Johannes Schlaf. - Der « Fall » Nietzsche. Eine « Ueberwindung » », {Littérature allemande}, in Revue universitaire, tome II, n˚9, 15 novembre 1907, p. 337-339.

Cf. Johannes Schlaf, Der "Fall" Nietzsche. Eine "Ueberwindung", Leipzig, Theodor Thomas, 1907 [Krummel, II, 657, p. 295-298].

 

LICHTENBERGER Henri, « A. Düringer. - Nietzsches Philosophie und das heutige Christentum », {Littérature allemande}, in Revue universitaire, tome II, n˚9, 15 novembre 1907, p. 339-340.

Cf. Dr. Adalbert Düringer, Nietzsches Philosophie und das heutige Christentum, Leipzig, Veit, 1907 [Krummel, II, 621, p. 280-281].

 

LICHTENBERGER Henri, « Elisabeth Foerster-Nietzsche. - Das Nietzsche-Archiv, seine Freunde und Feinde », {Littérature allemande}, in Revue universitaire, tome II, n˚9, 15 novembre 1907, p. 340.

Se range toujours parmi les « amis » du Nietzsche-Archiv. Loin d'être critique ou même simplement perplexe, Henri Lichtenberger écrit : « Cette intéressante publication ne peut manquer d'intéresser et d'instruire ceux qui ont suivi la longue polémique engagée ces derniers temps entre Mme Förster-Nietzsche et les héritiers d'Overbeck. Ils y trouveront exposé et défendu, avec de nombreux documents à l'appui, le point de vue auquel se tient le Nietzsche-Archiv. - Mme Förster-Nietzsche explique comment est née et s'est réalisée l'idée de réunir en une collection unique tous les manuscrits et lettres de Nietzsche. Elle montre quelle a été jusqu'à présent l’œuvre du Nietzsche-Archiv, les difficultés contre lesquelles il a eu à lutter, ce qu'il a fait et ce qui lui reste à faire. »

Continue en se faisant l'écho fidèle du point de vue d'Elisabeth Förster : « Elle indique notamment les motifs pour lesquels elle croit que des manuscrits de Nietzsche, peut-être importants, ont pu être détournés après sa mort et sont enfouis aujourd'hui au fond du tiroir de quelque « collectionneur » peu scrupuleux. Elle expose en outre son sentiment sur une série de questions litigieuses, par exemple sur la valeur qu'il convient d'attribuer aux souvenirs d'Overbeck (Mme F. -N. nie qu'on puisse les accepter comme le témoignage des sentiments d'Overbeck à l'égard de Nietzsche au moment de leur intimité), ou encore sur les raisons qui font considérer comme défectueuse l'édition parue de la Volonté de puissance. »

Conclut en faisant l'éloge de ce pamphlet rempli de mensonges : « C'est, on le voit, non pas seulement ne brochure de polémique mais un document d'une réelle importance pour l'histoire posthume de l’œuvre de Nietzsche. »

Cf. Elisabeth Foerster-Nietzsche, Das Nietzsche-Archiv, seine Freunde und Feinde, Berlin, Marquardt, 1907 [Krummel, II, 666, 300-301]. Voir aussi Krummel, II, 666a, p. 301.

 

TIS Georges, « Ainsi parlait Zarathoustra », in Le Courrier français, n°48, 28 novembre 1907, p. 10.

Poème. Porte le sous-titre: "imité de Nietzsche".

 

PALANTE Georges, « Georg Simmel. - Schopenhauer und Nietzsche. Ein Vortragszyklus », in Revue philosophique de la France et de l'étranger, tome 64, n˚12, décembre 1907, p. 651-653.

Cf. Georg Simmel, Schopenhauer und Nietzsche. Ein Vortragszyklus, Duncker & Humblot, Leipzig, 1907 [Krummel, II, 602, p. 272-273]. Voir aussi Krummel, II, 602a et 602b, p. 274.

 

BATAULT Georges, « Nietzsche négateur de sa philosophie », in Archiv für systematische Philosophie, tome 13, 1907, p. 526-542.

 

MONOD Gabriel, « Souvenirs sur Nietzsche », in La Grande Revue, 1907.

 

LESUEUR Daniel, « Nietzschéenne, roman », in Supplément de l'Illustration, Paris, 13 rue St Georges, 1907.

Daniel Lesueur est le pseudonyme de Jeanne Loiseau, épouse Henry Lapauze (1860-1921), auteur de nombreux romans et de sonnets philosophiques. Il a tiré d'un de ses romans un drame joué au théâtre par Sarah Bernhardt en 1905.

Le roman Nietzschéenne paraît en volume en 1908.

Articles avec des allusions à Nietzsche

SEGOND J., « Quelques publications récentes sur la morale », {Revue générale}, in Revue philosophique de la France et de l'étranger, tome 63, n˚1, janvier 1907, p. 81-99.

Dans son analyse du livre d'Alfred Fouillée, Les éléments sociologiques de la morale (p. 93-99), souligne que, selon l'auteur, la morale de la vie n'est pas un immoralisme car, « en dépit de Nietzsche, elle sanctionne les vertus morales. » (p. 95) Précise que l'auteur, tenant compte des biologistes et des nietzschéens qui font de la vie le règne de la force, étudie la moralité des animaux et qu'il conclut : « La morale des pseudo-darwinistes et des nietzschéens n'est même pas vraie des bêtes, et on voudrait en faire la règle des hommes. » (p. 96)

Cf. Alfred Fouillée, Les éléments sociologiques de la morale, Paris, Alcan, 1905.

 

DUMONT-WILDEN Louis, « Maurice Barrès et l'esprit européen », in Revue bleue, tome VII, n˚3, 19 janvier 1907, p. 76-81.

Constate : « De certaines raisons, parmi lesquelles il ne faut pas oublier une sorte de rudesse barbare qui parut réconfortante à certaines lassitudes, ont fait qu'un Nietzsche fut goûté de tout le public européen dès que la traduction d'Henry Albert l'eut fait connaître. » (p. 76)

Compare, au niveau européen et au niveau français, l'influence de Maurice Barrès et celle de Nietzsche « qui est aujourd'hui le grand maître de l' « Elite » cosmopolite. » (p. 77) Se référant aux œuvres des deux hommes, explique comment elles ont contribué à sauver la « culture française. »

 

BALLOT Marcel, « Consolata, fille du soleil par Henry Daguerches », {La Vie littéraire}, in Le Figaro, n°21, 21 janvier 1907, p. 4.

Note que la philosophie de l'auteur, comme celle de Pierre Loti, "se résume très nettement en cette épigraphe que le nouveau venu a empruntée à Zarathoustra: « L'homme doit être élevé pour la guerre, la femme pour le délassement du guerrier; et tout le reste est folie. »
A un nietzsçhéisme légèrement attardé, qui croit avoir fait table rase de toutes conventions et de tous préjugés, il se trouve allier ainsi un très respectable idéal d'honneur militaire et de patriotique orgueil, un bel enthousiasme de héros et cela n'a, au fond, rien de contradictoire."

 

DAURIAC Lionel, « A. Chide. - L'idée de rythme », {I. Philosophie générale}, in Revue philosophique de la France et de l'étranger, tome 63, n˚2, février 1907, p. 206-209.

Signale qu'Alphone Chide « annonce le crépuscule du rationalisme, renouvelé du « Crépuscule des idoles » de Nietzsche et de son antisocratisme outrancier! » (p. 208) Se demande si Chide a lu Jules de Gaultier, De Kant à Nietzsche, mais constate que, « dans l'affirmative, ce serait son vrai maître. » (note 1, p. 208) Ajoute encore qu'il considère que l'ouvrage de Chide « est un signe des temps. Je ne sais pas d'ouvrage d'une actualité plus criante si ce n'est Il Crepuscolo degli Philosophi de Giovanni Papini, le bouillant « pragmatiste » italien, féru, tout comme M. Chide, de Nietzschéisme et d'Autothéisme. » (p. 208) Termine en signalant que la Revue de métaphysique et de morale a récemment consacré un article élogieux à l'idée de rythme et réclamé pour M. Chide une place d'honneur « parmi les jeunes philosophes animés de l'esprit nouveau. » (p. 209) Conclut à ce sujet : « Or, je me demande si une philosophie mélangée de barrésisme et de nietzschéisme, additionnée d'une forte dose de bergsonisme plus ou moins habilement « sollicité », a droit au nom de philosophie. » (p. 209)

Cf. A. Chide, L'idée de rythme, Digne, imprimerie Chaspoul, 1905.

 

FAGUET Emile, « M. Léon Blum », in Revue latine, n˚2, 25 février 1907, p. 65-78.

Compte-rendu de Léon Blum, En lisant, réflexions critiques. A propos des idées et des passions de Blum : « M. Léon Blum a horreur du christianisme ; il a horreur, par suite, d'une certaine morale traditionnelle qu'il ne définit guère, mais qui me semble être tout simplement la morale : il est nietzschéen. » (p. 66) Discute les idées de Léon Blum sur Paul Adam, Le Serpent noir, en refusant de concéder que Guichardot incarne l'homme fort de Nietzsche (p. 66-70). Conteste le soi-disant internationalisme de Nietzsche et considère que Nietzsche n'est au fond qu'une réaction contre Kant : « Or rien n'est plus allemand que le kantisme et aussi l'antikantisme, puisque kantisme et antikantisme, c'est toujours l'influence de Kant. Personne ne me paraît plus Allemand que Nietzsche. » (p. 74)

 

Anonyme, « La Philosophie de l'Impérialisme. III. L'impérialisme démocratique, par Ernest Seillière », in Revue de métaphysique et de morale, tome XV, n˚2, supplément de mars 1907, p. 4-5.

Compte-rendu très critique : l'utilisation des idées de Nietzsche est soulignée et critiquée (p. 4).

 

Anonyme, {Carnet de Paris}, in Nouvelle Revue, tome XLV, mars-avril 1907, p. 276-279.

Compte-rendu de Valentine de Saint-Point, Un inceste. Note: "Madame de Saint-Point, écrit le rêve très esthétique d'un fils qui serait très beau au physique comme au moral, et qu'elle aimerait jusqu'à l'âge de dix-sept ans d'un cœur tout à fait maternel. Ensuite. pour ne pas perdre cette beauté qu'elle a créée, pour lui éviter les souffrances et les souillures des amours vulgaires, elle le prendrait dans ses bras d'amante pour lui donner les joies de l'amour le plus pur. Ainsi serait repétri le couple idéal, le « surcouple » comme le qualifie de la façon la plus heureuse Madame de Saint-Point. Le « surcouple » sera le couple de l'avenir réunissant en un androgynat sublime le surhomme et la surfemme. Déjà Alfred Jarry nous avait fait pressentir ce couple en esquissant l'anatomie du surmâle. Mais Alfred Jarry n'est pas un poète son cœur ne vibre pas aux accents mystérieux des hymnes de beauté. Son surmâle restait, malgré ses prouesses, un personnage assez banal. Il se nourrissait de suroeufs et de surboeufs et cette suralimentation en faisait un suramant surprenant. Tandis que le Siegfried de Madame de Saint-Point, revêtu des somptuosités d'un style prestigieux, apparait comme le véritable héros d'une aube nouvelle." (p. 278)

 

JANKELEVITCH Dr. S., « Dr. E. Houzé. - L'Aryen et l'anthroposociologie », {Philosophie scientifique}, in Revue philosophique de la France et de l'étranger, tome 63, n˚3, mars 1907, p. 313-315.

Commence par résumer les dogmes essentiels de l'école anthroposociologique : « D'après cette école, les véritables fondateurs de la civilisation européenne auraient été les « Aryens », des populations dites indo-européennes ou indo-germaniques, parlant une ou des langues directement dérivées du sanscrit, ayant un crâne nettement dolichocéphale couvert d'une abondante chevelure blonde, de véritables « bêtes blondes », selon l'expression de Nietzsche, des hommes nés pour commander, dominer, gouverner. » (p. 313-314)

Cf. Dr. E. Houzé, L'Aryen et l'anthroposociologie, Bruxelles, Misch, Thron, éditeurs, 1906.

 

PAUL Georges, "Le système politique d'Auguste Comte (de Montesquiou)", {Les livres}, in Les Cahiers de l'Université Populaire, t. 2, n°15, 10 mars 1907, p. 717-719.

Note: "Qu'il nous soit permis cependant de rester quelque peu perplexe en voyant Auguste Comte et Nietzsche, réunis pour la même œuvre de réaction sociale, sous l'étendard néo-monarchiste.
Avec Nietzsche, ou plutôt son disciple monarchique M. Valois, nous avons vu que la société monarchique est le régime par excellence des forts, un régime individualiste, favorisant la complète expansion de l'individu intelligent, de l'aristocrate, apte à faire son chemin." (p. 718)

 

SEILLIERE Ernest, « De la signification du mot « impérialisme » en philosophie morale », in Revue bleue, tome VII, n˚11, 16 mars 1907, p. 341-345.

Extrait de Seillière, Philosophie de l'impérialisme. III L'Impérialisme démocratique. Analyse l'impérialisme dans l’œuvre de Nietzsche (p. 342-345).

 

VONTADE Jacques, « Les pierres du chemin », in Figaro, n°18, 4 mai 1907, p. 1-2.

Roman feuilleton publié dans le Figaro en 1906 et 1907. Au cours d'un dîner:

« La conversation marche. Un ironiste professionnel vient de dire:
- Nietzsche affirme positivement que « la femme n'aurait pas le génie de la parure si elle n'avait pas l'instinct du second rôle ».
Une charmante indignation générale règne aussitôt. Je me tourne vers ma voisine et je demande:
- Que pensez-vous, madame, d'une telle insolence ?
Elle assure son pince-nez, - comme s'il en avait besoin! - et d'une voix pleine et chaude qu'on s'étonne de trouver chez une personne aussi desséchée:
- Nietzsche a bien raison, répond-elle. Les femmes sont des sottes. Elles méritent tous ses reproches. Vous souvenez-vous du passage où il dit que la preuve indiscutable de leur infériorité, c'est qu'ayant eu de tout temps la direction de la cuisine, elles ne soient pas parvenues à dominer le monde. Je ne garantis pas le texte, mais quant au sens, j'en suis sûre.
Elle prend le menu piqué devant elle dans un petit ustensile d'argent, le lit d'un coup d’œil et le jette sur la nappe avec un geste assez dédaigneux. Cette dame maigre commence à m'intéresser. Elle est aussi inexplicable que son mari, mais elle a l'air moins bête, beaucoup moins. » (p. 1)

 

GAULTIER Paul, « L'individu dans la société », in Revue bleue, tome VII, n˚21, 25 mai 1907, p. 660-664.

S'interroge sur les rapports entre l'individu et la société et commence en remarquant : « L'individualisme passe un mauvais quart d'heure. Par réaction contre les revendications exacerbées des Stirner et des Nietzsche, des Ibsen et des Renan, les attaques partent de tous côtés contre lui. » (p. 660)

Né en 1872, Paul Gaultier commence par enseigner la philosophie au collège Stanislas et publie quelques ouvrages de psychologie expérimentale. Il devient directeur de la Revue bleue et de la France nouvelle et collabore à divers périodiques dont le journal Le Temps.

 

BALDENSPERGER F., « Pierre Lasserre. Le romantisme français », in Revue critique d’histoire et de littérature, t. 63, janvier-juin 1907, p. 456-458.

Compte-rendu du livre de Pierre Lasserre.

 

TISSOT Ernest, « Plus que l'Amour, de Gabriel d'Annunzio », {Théâtre italien}, in Revue bleue, tome VII, n˚25, 22 juin 1907, p. 796-799.

S'interroge sur le problème posé par d'Annunzio dans les deux premiers actes : « (...) ce n'est pas, comme on l'a dit, la réhabilitation du crime commis par le surhomme, mais -d'après les explications de l'auteur - la nécessité du crime pesant sur quiconque prétend s'élever au-dessus des autres. » (p. 797) Conclut pour sa part que la nécessité du crime est illusoire : « Bien loin de céder à la tentation, celui qui vise à la surhumanité devra la repousser au contraire avec la dernière énergie, comme le plus néfaste à l'avenir de son intelligence que tous les obstacles de la carrière et de la destinée. » (p. 798)

 

GAULTIER Paul, « Vrai et faux individualisme », in Revue bleue, tome VII, n˚26, 29 juin 1907, p. 819-823.

Défend l'idée d'un vrai individualisme qui n'est pas « néfaste aux sociétés » mais qu'il ne faut pas confondre avec « l'égoïsme » ou avec « le particularisme révolutionnaire ou anarchique » : « Les Néron, les Caligula, les Borgia et les Malatesta ne constituent pas des types supérieurs d'humanité, ainsi que Nietzsche se plaisait à dire, mais des monstres. » (p. 819-822) Conclut que les « soit-disant individualistes » sont en réalité des despotes : « Rien de plus tyrannique, en ce sens, que le révélateur de Zarathoustra. Ne rêvait-il pas d'une sorte d'aristocratie de « surhommes » qui aurait dominé la foule? » (p. 823)

 

Anonyme, "Sujets de devoirs", in Revue des cours et conférences, tome 15, mars-juillet 1907, p. 815.

Sujet: "Pédagogie: la conception de l'individualisme dans Nietzsche".

 

LALOY Louis, « Musiques étrangères », in Revue de Paris, tome 3, 15 juin 1907, p. 755-781.

Evoque Carmen de Bizet que Nietzsche opposa à Wagner (p. 756).

 

GOURMONT Remy de, « Les Lettres françaises et la concurrence des morts », {Epilogues}, in Mercure de France, tome 68, n˚241, 1er juillet 1907, p. 115-119.

A propos de l'article 3 d'un projet de loi qui vise à taxer les traductions, Gourmont raconte dans quelles conditions s'est négocié l'achat des droits de traduction des œuvres de Nietzsche et remarque que si une telle loi avait existé, le Mercure de France aurait renoncé à publier du Nietzsche.

 

Anonyme, « Philosophes contemporains, par Harald Höffding », in Revue de métaphysique et de morale, tome XV, n˚5, supplément de septembre 1907, p. 17-18.

Détaille les différents systèmes et philosophes étudiés par l'auteur. Remarque que l'ouvrage se termine par un exposé de la « philosophie des valeurs » dans lequel l'auteur, après M. Fouillée, relève les analogies des doctrines de Guyau et Nietzsche, et aussi des deux tempéraments (p. 18).

 

Anonyme, « Sulle tracce della vita, saggi, par Leo G. Sera », in Revue de métaphysique et de morale, tome XV, n˚5, supplément de septembre 1907, p. 22-23.

Commence : « On reconnaît, au titre, un adepte de la philosophie à la mode. Mais cette philosophie elle-même, nous la voyons tantôt viser à l'édification, tantôt viser au scandale. Chez M. Sera, elle vise au scandale.

M. Sera, en Nietzschéen véritable, n'expose pas sa pensée sous une forme systématique ; il procède sinon par aphorismes, du moins par essais détachés. » (p. 22) Résume brièvement avant de conclure : « Bref, la philosophie de Nietzsche, interprétée par un Napolitain - que dis-je? par un Napolitain : c'est « par un Nègre » qu'il faudrait dire. Beaucoup de verve, beaucoup d'amphigouri aussi, beaucoup de jeunesse, beaucoup d'ignorance. »

 

Anonyme, {Les livres}, in Nouvelle Revue, tome 48, 1er septembre 1907, p. 144.

Compte-rendu de Marcel Roland, Le presqu’homme, Bibliothèque générale d’édition, 1907. Evoque le « surhomme » inventé par Nietzsche (p. 144).

 

FONTAINE Abbé J., "Le moralisme philosophique et la déchristianisation", in Revue catholique des institutions et du droit, septembre 1907, p. 219-238.

Etudie la morale de Guyau et déplore: "Ainsi la morale, sans obligation ni sanction, aboutit au triomphe, à la déification de la force ; elle rejoint celle de Nietzsche ; toutes les deux contribuent à créer le surhomme, la belle bête humaine, fière et forte, orgueilleuse et féroce, rugissant de joie en dépeçant ses victimes, perdue dans la pleine et enivrante satisfaction de toutes ses passions et de toutes ses convoitises, en dehors de tout frein moral et religieux" (p. 227). 

 

LESTRA Antoine, « L'Homme qui vient », in Revue catholique des institutions et du droit, septembre 1907, p. 285-287.

Compte-rendu de Georges ValoisL'Homme qui vient. Philosophie de l'autorité.

Note les affinités et les différences avec Nietzsche.

 

MICHAUD Régis, « Bernard Shaw », in Revue de Paris, tome 5, 1er septembre 1907, p. 165-181.

Note que Bernard Shaw a lu Nietzsche (p. 167). Il a composé Hommes et surhommes, à propos des relations avec les femmes (p. 174).

 

TRUC Gonzague, « Les conséquences morales de l'effort », in Revue philosophique de la France et de l'étranger, tome 64, n˚9, septembre 1907, p. 225-247.

Constate que pour avoir méconnu, ou pour n'avoir tenu aucun compte de l'effort, les grands théoriciens de la morale sont devenus une proie facile pour leurs successeurs : ainsi Schopenhauer par rapport à Kant puis Nietzsche par rapport à Schopenhauer. Ajoute : « Il ne s'agissait pas d'immoler à Nietzsche tous ses devanciers, et il ne serait que trop facile de montrer l'importance et la grandeur des contingences que méprise l'illustre philosophe. Mais on peut remarquer qu'il renoue une tradition à laquelle il appartient par un point, bien qu'il le combatte avec âpreté, en instaurant à la base et au faite de sa doctrine, l'effort. » (p. 239) Précise que « l'effort, s'il est susceptible d'engendrer comme conséquence le plaisir, est douleur, et il y a unanimité chez les philosophes à noter la valeur morale de la douleur » (p. 244) ; cite Emerson et Nietzsche : « Les sanctions, les rites cruels, dit Nietzsche : « tout cela a son origine dans cet instinct qui a su deviner dans la douleur l'adjuvant le plus puissant de la mnémotechnie ». » (p. 244)

 

KAHN Gustave, « Femmes russes », in Gil Blas, n°10189, 15 septembre 1907, p. 1.

« Faut-il plaindre le comte Kamarowsky ? Evidemment, on le plaindra! Trop, peut-être. Une femme fatale n'est pas toujours sans mérites.
L'aventurière cosmopolite actuelle, c'est la forme neuve et moderne de la fille de marbre, de la femme fatale, de la lionne. Elle est Nietzsohienne et féline. Elle est surfemme et quasi surhomme. Elle ne lit pas Nietzsche, et le lire lui serait fort inutile. Elle est arrivée par le simple instinct, dès qu'elle a pu comparer la poupée et le petit garçon, à penser qu'il y a dans le monde deux sortes d'êtres, soit, comme disait Rops, et après lui Pierre Louys, les femmes et les pantins. »

Le comte Kamarowsky a été tué par Nicolas Naoumoff hypnotisé par la comtesse Marie Tarnowska.

 

GAULTIER Paul, « La nécessité de l'individualisme », in Revue bleue, tome VIII, n˚13, 28 septembre 1907, p. 403-407.

Défend l'idée d'un vrai individualisme qui n'est pas « ce que les Stirner et les Nietzsche, les Renan et les Ibsen ont tenté d'accréditer sous ce vocable. » (p. 407)

 

GAULTIER Jules de, « La dépendance de la morale et l'indépendance des mœurs », in Revue philosophique de la France et de l'étranger, tome 64, n˚10, octobre 1907, p. 337-364.

Exposé inspiré de la pensée de Nietzsche et qui contient des références explicites. Définit la morale en tant que phénomène social, un « instinct du troupeau dans l'individu selon la formule de Nietzsche. » (p. 349) Décrit le parti-pris, « ce roc de fatalité », ce « je suis cela » de Nietzsche. » (p. 362) Parle du « créateur de valeurs de Nietzsche ». (p. 363)

 

LICHTENBERGER Henri, « Histoire de la musique : la musique allemande au XIXème siècle : Richard Wagner », {Revues générales}, in Revue de synthèse historique, tome XV-2, n˚44, octobre 1907, p. 211-236.

Remarque que « les théories de Wagner sur la musique semblent bien avoir perdu du terrain depuis quelques temps » et souligne : « Il semble que sur ce point en particulier, les critiques de Nietzsche aient fait impression. » (p. 232) A ce sujet, évoque brièvement la thèse récemment soutenue en Sorbonne par Pierre Lasserre, Les idées de Nietzsche sur la musique (p. 232-233).

 

PINEAU Léon, « La littérature allemande à la fin du XIXème siècle. Du naturalisme au néo-romantisme », in Revue de synthèse historique, tome XV-2, n˚44, octobre 1907, p. 159-178.

Remarque qu'à partir de 1885, après quinze années de lassitude et d'incertitude, les jeunes écrivains allemands « soutenus par l'abondante pâture d'idées qu'à pleines mains Nietzsche leur avait jetée, pâture excitante et qui pour beaucoup fut indigeste, se lancèrent enfin, à corps perdu, dans la vie. » (p. 159) Présente Richard Dehmel comme « un penseur, élevé dans le culte de Nietzsche. » (p. 176) Evoque « les poètes de l'art pour l'art », Hugo von Hoffmannsthal et Stefan George, qui prétendent ne s'exprimer que pour « une élite de délicats et de raffinés » : « La poésie est assimilé à l'opium, au haschich, au champagne. Toutes choses de luxe à l'usage exclusif des « surhommes ». L'âme est insensiblement transportée de ce monde misérable dans le monde futur annoncé par Nietzsche : et là, où l'homme vulgaire ne parvient point avec des soucis et son prosaïsme, là est le bonheur rêvé, le bonheur réservé à la nouvelle aristocratie. » (p. 177)

 

FOUILLEE Alfred, « Doit-on fonder la science morale et comment? », in Revue philosophique de la France et de l'étranger, tome 64, n˚11, novembre 1907, p. 449-475.

Explique que sa théorie des idées-forces suppose comme fondement psychologique les fins idéales de l'humanité : écarte alors Nietzsche en remarquant : « Qu'un Nietzsche arrive réellement à établir la théorie « haschichéenne » du « Rien n'est vrai », il aura justifié du même coup la pratique du "Tout est permis. » (p. 463) Explique que la doctrine des idées-forces dépassera la théorie nietzschéenne (p. 469-470).

Cet article est un extrait de l'Introduction à son ouvrage, La Morale des idées-forces.

 

MOREAS Jean, "Voltaire et la Tragédie", in Les Cahiers de l'Université Populaire, t. 2, n°23, novembre 1907, p. 1025-1032.

Nietzsche outrait à peine lorsqu'il écrivait : « Voltaire fut le dernier des grands poètes dramatiques qui entrava par la mesure grecque son âme aux mille formes, née même pour les plus grands orages tragiques, — il pouvait ce qu'aucun Allemand ne pouvait encore, parce que la nature du Français est beaucoup plus pareille de la grecque que la nature de l'Allemand; - de même qu'il fut aussi le dernier grand écrivain qui, dans le maniement de la langue de la prose, eut l'oreille d'un Grec, la conscience d'artiste d'un Grec, la simplicité et l'agrément d'un Grec..» (p. 1031-1032)

Conclut: "C'est encore Nietsche (sic) qui fait observer que si Sophocle est parvenu à tant de noblesse, de grâce et de mesure, c'est qu'il ne craignait pas de mettre de l'eau dans son vin.
Oui, Nietzsche a raison : que celui qui le peut fasse de même, comme homme et comme artiste !" (p. 1032)

 

ROBERTY Eugène de, « Le rôle civilisateur des abstractions. Du totémisme au socialisme », in Revue philosophique de la France et de l'étranger, tome 64, n˚11, novembre 1907, p. 476-494.

Convaincu du rôle civilisateur des abstractions, remarque : « C'est si vrai que c'est justement à notre époque - caractérisée par un foisonnement prodigieux de menues connaissances qui échappent aux processus réducteurs et régulateurs de l'abstraction et de la généralisation - que ce cri sacrilège a retenti comme un appel à la délivrance : à bas le savoir hostile à la vie! Au lieu d'exciter la réprobation universelle, cette parole impie eut un écho retentissant ; elle trouva des auditoires enthousiastes. Telle nous semble la raison cachée de l'influence qu'exercèrent sur les esprits contemporains le pathos cruel d'un Nietzsche ou la philosophie naïve d'un Tolstoï. » (p. 476) Etudie le cas de Nietzsche qu'il trouve « particulièrement instructif » et souligne : « (...) dans ses invectives les plus violentes contre la science, Nietzsche apparaît toujours, en vérité, comme le servant involontaire, l'organe inconscient de ce troupeau humain qui lui faisait horreur, de ces foules abêties pour lesquelles il n'avait pas assez de dédain et de méprisante pitié. Sans s'en douter, il défend avec une vigueur que personne ne surpassa, les intérêt pressants de la multitude, ses droits imprescriptibles aux hautes jouissances de l'âme. » (p. 477) Conclut son analyse des idées de Nietzsche : « Quoiqu'il en soit, le cri d'alarme jeté par les prédécesseurs de Nietzsche et par Nietzsche lui-même dans l'intérêt direct - je le répète - des foules démocratiques, fut des plus utiles. Par lui s'exprima l'un des besoins urgents de l'époque. » (p. 477)

 

DORCHAIN Eugène, {Revue des livres}, in Annales politiques et littéraires, n°1271, 3 novembre 1907, p. 414-416.

Compte-rendu de Jehanne d'Orliac, Les murmures, les chants, les cris, Paris, Sansot, 1907. Note que le livre contient une épigraphe de Nietzsche: « Deviens qui tu es. » Regrette moqueur: « (...) on devine qu'elle ne manque jamais de se dire, avant de prendre la plume:
— Soyons excessive, frénétique, fatale, morbide, amorale, énigmatique, compliquée, nietzschéenne... C'est là grande manière!
Non, ce qui est beau, ce qui est grand, c'est la santé, c'est la simplicité, c'est l'équilibre. L'incohérence n'a rien à faire avec le génie; l'attaque de nerfs ne prouve pas la force nerveuse; ce n'est pas une supériorité que d'être malade. » (p. 415)

 

LICHTENBERGER Henri, « E. Seillière. - Der demokratische Imperialismus. Rousseau, Proudhon, Marx », {Littérature allemande}, in Revue universitaire, tome II, n˚9, 15 novembre 1907, p. 331-333.

Rappelle que l'auteur a précédemment étudié « en Gobineau et Nietzsche deux représentants authentiques de l'impérialisme de race et de l'impérialisme individuel. » (p. 331)

Cf. E. Seillière, Der demokratische Imperialismus. Rousseau, Proudhon, Marx, Berlin, Barsdorf, 1907. Il s'agit du troisième volume d'Ernest Seillière, La philosophie de l'impérialisme. La traduction allemande a été publiée avant l'original en français et est plus complète que l'édition française.

 

VOGÜE Eugène-Melchior de, "Comment rapprocher la France de l'Allemagne?", in Gazette de Lausanne, 23 décembre 1907, p. 1.

Lettre en réponse à un questionnaire sur le sujet. Note: "Aux jours de ma jeunesse, Schopenhauer jouissait, dans les sociétés françaises les moins philosophiques, d'un crédit et d'une vogue qui rendaient jaloux nos philosophes moins écoutés. Nietzsche lui a succédé dans l'engouement d'une autre génération de Français. Le géant Wagner, incompris chez nous avant 1870, a envahi depuis lors tout le ciel musical : en dehors même et au-delà de son art, ce prodigieux poète a commandé dans tous les arts certaines façons nouvelles de voir, de sentir, de rêver. Plus récemment, nous avons fait grand et juste accueil aux admirables romans de Sudermann, aux pièces de Hauptmann. L'échange scientifique continue, toujours plus abondant."

 


dernières mises à jour

 

 

Moteur de recherche:

NOUVEAU:

 

Jean-Pierre DUMONT

Nietzsche et Loti. Et vice versa (2021)

 

 

 Julien Dupré

Nietzsche et les nationalistes français. Réceptions et usages d’une œuvre philosophique (1898 – 1945) lire

 

Renée Thomas

"Nietzsche dans l'enseignement de la philosophie en classe Terminale" (1985)

 

Rahel Wartenweiler

Charles Andler et la politisation de Nietzsche: une analyse de la dimension politique d’un transfert culturel (1890-1933)  lire

 

Projet de recherche

“The work must go on.” An investigation of Charles Andler, Malwida von Meysenbug, and the Nexus of Nietzschean Socialism (1890-1930) (Martine Béland) – CCÉAE (umontreal.ca)

 

La philosophie de  Nietzsche et le mouvement socialiste français (1890-1914)

Don LONGO

 

"Le Sang de Nietzsche" testament d'Arnaud Dandieu. Edition commentée par Christian Roy (2015/2020) 

 

 

Nietzsche et Zola

(Jean-Pierre Dumont, septembre 2019)

 

Que pensait Emile Zola de Nietzsche? de Wagner? lire

 

 

"Nietzsche wirkt in die populäre Breite, und man muss in die Breite gehen" (Andreas Urs Sommer, Nietzsche und die Folgen, 2017)

 

"Viele neue Nietzsches sollen zutage treten? - Ein paar wenige würden genügen..." (Reto Winteler, Friedrich Nietzsche, der erste tragische Philosoph, eine Entdeckung, Basel Schwabe Verlag, 2014)

Laure Verbaere

Nietzsche et l'agrégation de philosophie (avril 2019) lire

OUTIL: Nietzsche et les philosophes français: traces empiriques et paroles 1889-1903 lire

Les éditions de Zarathoustra de 1920 à 1935 voir

et de 1935 à 1950 voir

Dominique de Gaultier de Laguionie, petit-neveu du philosophe français Jules de Gaultier (1858-1942) met à disposition les archives dont il dispose. voir

Jules de Gaultier et Nietzsche

Don Longo:

Les pèlerins à Sils-Maria voir

" (...) [l]es philosophes de profession [...] oublient que Nietzsche ne promulgue pas un catéchisme nouveau mais nous invite à créer nous- même le système des valeurs auquel nous voulons dévouer notre vie. Dosons en nous la quantité de dionysisme et de christianisme mystique qui va nous inspirer. Il y aura autant de solutions qu'il y aura d'individus et c'est de leur collaboration que naîtra la vie nouvelle." (Charles Andler, 1932)

 

Traces orales

Nietzsche « n'est pas allé assez loin dans le sens de sa propre doctrine ; il n'a pas été assez nietzschéen. (…) Nietzsche n'a pas encore un sens suffisant de la relativité : il est encore trop systématique. » (Frédéric RAUH, extrait de cours à la Sorbonne, 1904)

 

 

"Chaque doctrine nouvelle présente certaines arêtes et extrémités outrancières autour desquelles la curiosité frivole de la multitude voltige hâtivement mais ce n'est pas l'exactitude ou la fausseté de quelques points particuliers, ce sont l'étendue et la profondeur de la création qui doivent retenir notre attention. Je ne me suis jamais demandé si les théories nietzschéennes du «surhomme » ou de l'« éternel retour » sont justes ou non: et qui se le demanderait encore, en dehors de quelques ratiocineurs et éplucheurs de livres ? Une grande œuvre ne nous intéresse toujours que par ce double côté: l'homme créateur et l'action créatrice." (Stefan Zweig, L'Humanité, 21 mai 1926)

Le Rire, 10 décembre 1910